Adapter sa planification d’entreprise au changement climatique et à l’économie à faibles émissions

Les organisations qui tiennent compte du changement climatique dans leurs plans stratégiques à long terme sont plus résilientes. Découvrez les stratégies qui permettront à votre organisation de s’inscrire dans la durée et de répondre aux demandes des investisseurs, qui exigent une plus grande transparence financière.

Certains plans d’affaires traditionnels prévoient des dispositifs permettant à l’organisation de faire face aux phénomènes météorologiques extrêmes, mais ils reposent souvent sur des données historiques. Ils ne tiennent pas compte du changement climatique, qui risque pourtant d’accentuer le caractère imprévisible des conditions environnementales extrêmes. L’élaboration d’une approche à long terme tenant compte des incidences du réchauffement climatique revêt donc une importance capitale. À la clé : une capacité de résilience accrue pour votre organisation, des profits sûrs et des stratégies de gestion des risques plus efficaces.

CONSEILS POUR ADAPTER VOTRE MODÈLE D’ENTREPRISE AU CHANGEMENT CLIMATIQUE

En 2011, de graves inondations en Thaïlande ont perturbé les chaînes d’approvisionnement de nombreuses entreprises, dont Ford, Toyota et Dell. Selon le Centre for Climate and Energy Solutions (C2ES), un organisme sans but lucratif indépendant qui s’affaire à trouver des solutions pratiques au changement climatique mondial, le total combiné des pertes subies par ces entreprises s’est situé entre 15 et 20 milliards.

Quand les résultats d’une entreprise ou d’une organisation sont si durement touchés, celle-ci est forcée de regarder la réalité en face. Le temps extrême entrave la fabrication des produits, perturbe l’approvisionnement en ressources et coupe les voies de transport et de communication.

Pour élaborer une stratégie efficace d’adaptation au changement climatique, C2ES recommande :

  • de mettre au point des solutions flexibles, en matière de gestion des risques, auxquelles les nouvelles informations peuvent être intégrées au fur et à mesure
  • d’examiner l’intégralité de la chaîne de production et d’approvisionnement (fonctionnement, activités de fabrication, disponibilité des ressources)
  • de prévoir des sources d’approvisionnement de secours et de faire des réserves de fournitures essentielles
  • de renforcer les installations ou de les déménager dans des endroits moins vulnérables au changement climatique

DÉVELOPPER UN AVANTAGE CONCURRENTIEL EN RÉDUISANT LES ÉMISSIONS ET EN SE CONFORMANT AUX EXIGENCES

En plus de prendre des mesures pour parer aux effets imprévisibles du changement climatique, les entreprises doivent préparer le terrain pour un avenir plus vert en réduisant leurs émissions de gaz à effet de serre. Les coûts initiaux de la modernisation des installations ou du matériel peuvent être récupérés en moins de trois ans, selon la Banque de développement du Canada (BDC). Ensuite, grâce aux économies engendrées par une meilleure efficacité énergétique, qui vont de 5 à 15 %, l’entreprise peut accroître sa rentabilité.

La réduction des gaz à effet de serre se justifie d’autant plus sur le plan économique qu’Ottawa entend mettre en place une taxe sur le carbone pour respecter les engagements pris dans le cadre de l’Accord de Paris. À compter de 2018, les entreprises devront payer une taxe fédérale sur le carbone de 10 $ par tonne d’émissions de carbone. Celle-ci augmentera de 10 $ la tonne chaque année jusqu’à atteindre 50 $ la tonne en 2022.

Mais dès lors que les États-Unis se sont retirés de l’Accord de Paris, la tarification du carbone va-t-elle défavoriser les entreprises canadiennes? De nombreux économistes réputés soutiennent que les plans de réduction des émissions de carbone vont au contraire stimuler l’innovation. Un vaste marché international s’ouvre pour les technologies vertes : celui des 153 pays signataires de l’Accord de Paris.

AVANTAGES ÉCONOMIQUES DE L’ATTÉNUATION ET DE LA TRANSPARENCE

De plus en plus, les investisseurs et les parties prenantes exigent également une plus grande reddition de comptes de la part des entreprises en matière de changement climatique. Ils veulent des informations sur la résilience financière des entreprises dans une économie à faibles émissions de carbone. Puisque les entreprises sont encore nombreuses à ne pas présenter d’informations sur la réduction de leurs émissions ou le prix du carbone, les investisseurs peuvent avoir recours à des tiers pour les obtenir. Dans une étude récente portant sur 75 entreprises cotées à la Bourse de Toronto, CPA Canada a constaté que seules 24 % d’entre elles faisaient état de stratégies proactives en vue de la transition vers une économie à faibles émissions de carbone.

Cette démarche s’avère pourtant payante : si vous prenez le contrôle du discours sur le changement climatique au sein de votre organisation et que vous présentez un plan d’adaptation et d’atténuation de ses effets, les parties prenantes se tourneront d’abord vers vous pour obtenir des informations sur votre performance financière et sur votre stratégie de pérennité et de développement durable.

Apprenez-en plus sur les incidences du changement climatique sur votre organisation et découvrez comment adapter votre approche stratégique à cette nouvelle réalité lors de l’activité de perfectionnement professionnel suivante :

Changement climatique : Repenser le modèle d’affaires et la stratégie
Apprentissage en ligne – Salle de classe virtuelle (en anglais) | le 19 octobre 2017
De 12 h à 14 h (HE) | PPC : 3 heures