Enquête de CPA Canada : le REEE, un incitatif sous-utilisé

Près de la moitié des parents ayant participé à une enquête nationale menée pour les Comptables professionnels agréés du Canada (CPA Canada) n’ont pas encore ouvert un régime enregistré d’épargne-études (REEE).

TORONTO, le 28 avril 2015 – Près de la moitié des parents ayant participé à une enquête nationale menée pour les Comptables professionnels agréés du Canada (CPA Canada) n’ont pas encore ouvert un régime enregistré d’épargne-études (REEE).

« Les parents qui ont la souplesse financière pour le faire devraient se prévaloir le plus tôt possible de cette mesure d’encouragement à l’épargne », insiste Cairine Wilson, vice-présidente, Responsabilité sociétale, à CPA Canada. « Le programme de REEE est structuré de façon à favoriser la croissance de l’épargne-études, notamment grâce à une subvention gouvernementale qui est en lien avec vos cotisations. Plus la conjoncture est favorable à l’épargne, plus les sommes économisées seront importantes. »

Selon l’enquête, 53 % des parents interrogés ont un REEE. Le programme peut servir à financer les études dans un collège ou une université au Canada ou à l’étranger. Il peut également être utilisé pour l’acquisition de compétences dans des établissements d’enseignement du Canada accrédités par Emploi et Développement social Canada.

« Un manque de sensibilisation, des contraintes budgétaires ou l’horaire de travail représentent tous des facteurs expliquant pourquoi un grand nombre de parents ne profitent pas du programme de REEE, explique Mme Wilson. Il n’est jamais trop tard pour que les parents prennent le temps d’apprendre quelles options s’offrent à eux et passent à l’action. »

Parmi les parents qui ont répondu à l’enquête, 80 % disent avoir commencé à épargner en vue des études postsecondaires de leur enfant.

« Il n’y a pas que les frais de scolarité à prendre en considération, indique David Trahair, comptable professionnel agréé et auteur financier. Les coûts du transport, du logement, des manuels et de l’alimentation entrent aussi en ligne de compte. »

Les trois quarts (75 %) des répondants qui épargnent activement croient être sur la bonne voie pour avoir suffisamment d’argent pour couvrir les coûts liés à l’éducation. Bien que cette proportion représente une forte baisse par rapport à 2010, alors que 86 % croyaient être sur la bonne voie, elle est essentiellement la même qu’en 2012 (74 %).

« C’est inquiétant de constater qu’environ le quart des parents qui essaient d’épargner pour l’éducation de leur enfant affirment prendre du retard, affirme M. Trahair. Faire du rattrapage n’est jamais facile, mais s’en tenir à ce qui était prévu peut éventuellement contribuer à la tranquillité d’esprit des parents. »

Parmi les parents qui épargnent activement, les hommes (dans une proportion de 82 %) sont plus susceptibles de trouver qu’ils sont sur la bonne voie, comparativement aux femmes (dans une proportion de 69 %). En outre, 86 % des répondants ayant des enfants disent posséder les connaissances et les compétences financières requises pour s’acquitter adéquatement de la tâche consistant à épargner en vue des études postsecondaires de leur enfant.

Les constatations qui se dégagent de l’enquête permettent à CPA Canada de mieux comprendre comment aider les Canadiens à améliorer leurs compétences et connaissances financières, et ainsi, à devenir plus habiles à gérer leur argent.

Méthodologie

CPA Canada a chargé Nielsen de mener une étude visant à déterminer ce que font les Canadiens au quotidien pour mieux gérer leurs finances, de même qu’à connaître leur niveau de confiance quant à certaines activités financières. Les constatations publiées aujourd’hui sont axées sur l’épargne en vue d’études postsecondaires. Les résultats de l’enquête qui concernent d’autres activités financières seront publiés à une date ultérieure. L’enquête 2014 de CPA Canada sur les finances des Canadiens a été menée par téléphone, du 14 au 30 octobre 2014. Parmi les 1 002 répondants de l’enquête nationale, 301 ont indiqué avoir des enfants de moins de 18 ans. Puisque le présent communiqué de presse ne traite que des questions posées aux parents, la marge d’erreur est de ± 5,7 %, 19 fois sur 20.


À propos de CPA Canada

La profession comptable canadienne s’unit sous une bannière nouvelle et unique, celle du titre de comptable professionnel agréé (CPA). L’organisation nationale de la profession, Comptables professionnels agréés du Canada (CPA Canada), représente et soutient plus de 190 000 membres au pays. Les CPA sont reconnus pour leur expertise financière et fiscale, leur capacité de réflexion stratégique, leur compréhension des affaires, leurs compétences en gestion et leur leadership. CPA Canada réunit les activités des trois organisations comptables nationales qui l’ont précédée, soit l’Institut Canadien des Comptables Agréés, l’Association des comptables généraux accrédités du Canada et la Société des comptables en management du Canada. Elle mène des recherches sur des sujets d’actualité dans le domaine des affaires et soutient l’établissement de normes de comptabilité et de normes d’audit et de certification pour les secteurs privé et public ainsi que pour les organismes sans but lucratif. CPA Canada publie également des recommandations sur le contrôle et la gouvernance ainsi que des documents destinés à la profession comptable, en plus d’élaborer des programmes d’agrément et de formation continue.

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :

Tobin Lambie
Directeur de projets, Relations avec les médias
CPA Canada
Tél. : 416-204-3228
Cell. : 647-302-3761
tlambie@cpacanada.ca
www.cpacanada.ca

Diana Sorace
Relations avec les médias
CPA Canada
Tél. : 604-694-6700
Cell. : 604-551-4487
dsorace@cpacanada.ca
www.cpacanada.ca

Faits saillants

Le Canada célèbre son 150e anniversaire. Quant à nous, nous fêtons nos membres, les CPA canadiens. Dites-nous pourquoi vous portez avec fierté le titre canadien de CPA. C’est une fierté à partager : nous préparons une grande fête en juillet.

Participez à ce rendez-vous annuel (en anglais) des dirigeants financiers d’OSBL pour obtenir des conseils sur la gestion de votre organisation et tirer parti des connaissances d’experts.