La sécurité redevient la priorité en matière de technologie pour les CPA, selon un sondage nord-américain

Les résultats de la 25e édition du sondage sur les principales initiatives technologiques en Amérique du Nord présentent les 10 priorités en matière de technologie pour les professionnels comptables des États-Unis et du Canada. Réalisé conjointement par l’American Institute of Certified Public Accountants (AICPA) et CPA Canada, le sondage demandait aux répondants de classer par ordre de priorité leurs initiatives technologiques pour 2014.

NEW YORK/TORONTO (le 16 avril 2015) – Tant aux États-Unis qu’au Canada, les professionnels comptables disent que la protection contre les menaces à la sécurité est leur priorité en matière de technologie.

La plupart des CPA estiment faire du bon travail en ce qui a trait à la sécurisation des réseaux et des serveurs traditionnels de leur cabinet, de leurs clients et de leur employeur, selon les résultats de la 25e édition du sondage sur les principales initiatives technologiques en Amérique du Nord, mené conjointement par l’American Institute of Certified Public Accountants (AICPA) et les Comptables professionnels agréés du Canada (CPA Canada). Toutefois, ils s’inquiètent toujours de la vulnérabilité des appareils mobiles ainsi que de la complexité et de la persistance des risques de cyberattaques.

Les résultats du sondage pour huit des dix dernières années aux États-Unis ont montré que la sécurisation de l’environnement informatique était la priorité des comptables. En 2013, celle-ci avait été supplantée par la gestion et la conservation des données. Toutefois, plusieurs cyberattaques récentes, largement publicisées, ayant entraîné la perte de renseignements confidentiels concernant des millions de Nord-Américains, la sécurisation de l’environnement informatique s’est de nouveau imposée en tant que priorité des deux côtés de la frontière.

Près de la moitié des répondants américains sont persuadés de faire ce qu’il faut en matière de sécurisation de l’environnement informatique. En effet, 47 % d’entre eux se disent certains ou très certains de s’y prendre correctement. Ce résultat constitue tout de même une légère baisse par rapport au sondage précédent.

« La sécurité de l’information et la protection des renseignements personnels sont des questions cruciales, tant pour les petites entreprises en démarrage que pour les grandes multinationales, soutient Joel Lanz, CPA, CITP, président de la division Information Management and Technology Assurance de l’AICPA. Ce sondage souligne le fait que les CPA sont très conscients du rôle unique qu’ils jouent en évaluant et en gérant les risques liés à la sécurité des technologies du point de vue des entreprises de leurs clients et de leurs employeurs. »

Il s’agit du deuxième sondage sur la technologie mené conjointement par les deux organisations. Parmi les répondants canadiens, 68 % se sont dits confiants quant à leur façon d’aborder la sécurité informatique, soit une hausse de 12 % par rapport au sondage précédent. Ces résultats sont toutefois tirés de données recueillies avant que se soient produites certaines des atteintes les plus notoires à l’intégrité des données.

«Les responsables de la sécurité informatique ont un défi de taille à surmonter, compte tenu de la rapidité actuelle des avancées technologiques, signale Frank Colantonio, CPA, CA, CITP, directeur à CPA Canada. Les atteintes à la sécurité pouvant entraîner des coûts inattendus, il n’est donc pas étonnant que les professionnels comptables veuillent que les entreprises mobilisent des ressources pour se prémunir contre ces atteintes. »

La sécurité n’est pas la seule initiative à avoir grimpé dans le classement par rapport à 2013 : la nécessité d’assurer la confidentialité est passée du quatrième au troisième rang aux États-Unis, et du sixième au quatrième rang au Canada. Aux États-Unis, 58 % des CPA disent qu’ils ont une bonne compréhension des exigences réglementaires liées à la conformité en matière de confidentialité des renseignements personnels, et 60 % disent qu’ils disposent des sauvegardes appropriées liées à la confidentialité.

Au Canada, trois professionnels comptables sur quatre estiment qu’ils ont mis en place des sauvegardes et des contrôles appropriés en matière de confidentialité.

Classement des principales initiatives technologiques en Amérique du Nord

Résultats aux États-Unis

  1. Sécuriser l’environnement informatique 
  2. Gérer et conserver les données
  3. Assurer la confidentialité
  4. Gérer les risques liés à l’informatique et la conformité des systèmes
  5. Prévenir la fraude informatique et prendre des mesures à cet égard
  6. Permettre le soutien à la prise de décisions et l’analyse
  7. Gérer la mise en œuvre des systèmes
  8. Assurer la gouvernance et la gestion des investissements en informatique
  9. Gérer les fournisseurs de produits et de services
  10. Tirer parti des technologies émergentes

Résultats au Canada

  1. Sécuriser l’environnement informatique 
  2. Gérer et conserver les données
  3. Gérer les risques liés à l’informatique et la conformité des systèmes
  4. Assurer la confidentialité
  5. Gérer la mise en œuvre des systèmes
  6. Prévenir la fraude informatique et prendre des mesures à cet égard
  7. Permettre le soutien à la prise de décisions et l’analyse
  8. Assurer la gouvernance et la gestion des investissements en informatique
  9. Tirer parti des technologies émergentes
  10. Gérer les fournisseurs de produits et de services
On trouve le rapport complet en ligne aux adresses www.aicpa.org et www.cpacanada.ca/initiativestechno2014.

Méthodologie du sondage

Aux États-Unis, 3 061 professionnels comptables ont participé à la 25e édition du sondage sur les principales initiatives technologiques, lequel a été mené en ligne du 14 octobre au 3 novembre 2014 dans ce pays. Parmi les répondants américains, 39 % ont indiqué travailler dans un cabinet d’experts-comptables, 36 % en entreprise, et les autres dans le secteur des organismes sans but lucratif, dans le domaine des services-conseils, dans l’enseignement, dans la fonction publique et dans d’autres domaines. La plupart occupent des postes de direction.

Un total de 256 professionnels comptables ont participé au volet canadien du sondage, lequel a été mené du 7 février au 14 mars 2014. Près de la moitié (46 %) ont dit travailler en entreprise, 16 % dans un cabinet d’experts-comptables, 14 % dans la fonction publique, et les autres dans le domaine des services-conseils, dans le secteur des organismes sans but lucratif, dans l’enseignement et dans d’autres domaines. La plupart occupent des postes de direction. Le sondage a été réalisé à des dates différentes dans les deux pays en raison de problèmes concernant la collecte des données, lesquels ont entraîné la nécessité de recommencer le sondage aux États-Unis. Compte tenu du décalage qui en a résulté, le sondage ne peut être utilisé pour établir des comparaisons directes entre les résultats des volets américain et canadien.

À propos de CPA Canada

La profession comptable canadienne s’unit sous une bannière nouvelle et unique, celle du titre de comptable professionnel agréé (CPA). L’organisation nationale de la profession, Comptables professionnels agréés du Canada (CPA Canada), représente et soutient plus de 190 000 membres au pays. Les CPA sont reconnus pour leur expertise financière et fiscale, leur capacité de réflexion stratégique, leur compréhension des affaires, leurs compétences en gestion et leur leadership. CPA Canada réunit les activités des trois organisations comptables nationales qui l’ont précédée, soit l’Institut Canadien des Comptables Agréés, l’Association des comptables généraux accrédités du Canada et la Société des comptables en management du Canada. Elle mène des recherches sur des sujets d’actualité dans le domaine des affaires et soutient l’établissement de normes de comptabilité et de normes d’audit et de certification pour les secteurs privé et public ainsi que pour les organismes sans but lucratif. CPA Canada publie également des recommandations sur le contrôle et la gouvernance ainsi que des documents destinés à la profession comptable, en plus d’élaborer des programmes d’agrément et de formation continue.

À propos de l’AICPA

Au service de l’intérêt public depuis 1887, l’American Institute of CPAs (AICPA) compte plus de 400 000 membres dans 145 pays, ce qui en fait la plus grande association professionnelle comptable au monde. Les membres de l’AICPA exercent dans de nombreux domaines et travaillent notamment en entreprise, en cabinet d’experts-comptables, dans la fonction publique, dans l’enseignement et dans les services-conseils. L’AICPA établit les normes de déontologie ainsi que les normes américaines qui régissent l’audit des entreprises à capital fermé, des organismes sans but lucratif, du gouvernement fédéral, des gouvernements des États et des Administrations locales. Il élabore et corrige le Uniform CPA Examination et propose des titres de compétences spécialisées en planification financière personnelle, en juricomptabilité, en évaluation d’entreprises et en gestion de l’information et certification technologique. En collaboration avec le Chartered Institute of Management Accountants (CIMA), il a créé le titre de Chartered Global Management Accountant (CGMA), qui établit une nouvelle norme favorisant la reconnaissance de la comptabilité de gestion dans le monde entier. L’AICPA a des bureaux à New York, Washington (D.C.), Durham (N.C.) et Ewing (N.J.).

Pour de plus amples renseignements, veuillez communiquer avec :

Diana Sorace
Responsable, Relations avec les médias
CPA Canada
T : 604-694-6700
C : 604-551-4487
dsorace@cpacanada.ca
www.cpacanada.ca

Jeff May
Responsable des relations avec les médias
AICPA
T : 212-596-6122
jmay@aicpa.org
www.aicpa.org

Faits saillants

Mettez vos connaissances à jour et élargissez votre réseau grâce à ce colloque à ne pas manquer (en anglais), qui porte sur les questions et tendances essentielles pour les membres des comités d’audit.

Dans votre entourage se tapit sûrement une personne surendettée. Si vous êtes observateur, vous reconnaîtrez l’un ou plusieurs de ces symptômes.