Empreinte carbone : coûteux, le bitcoin?

La création d’unités monétaires exige d’immenses ressources informatiques – et électriques.

S’il continue son envolée spéculative, le bitcoin risque non seulement, comme le prédisent certains, d’entraîner la chute du dollar américain, mais peut-être de causer l’effondrement du réseau électrique. Selon le bureau de presse Grist, il en va – rien de moins – de l’avenir énergétique de la planète.

 

Établi à 1 000 $ US il y a un peu plus d’un an, le cours unitaire du bitcoin excédait 15 000 $ US début décembre. De fait, les unités acquises pour une centaine de dollars américains en 2011 valent maintenant près de 4 M$.

 

La montée en flèche de la cryptomonnaie cache toutefois un risque environnemental, vu le mode de création des nouvelles unités. Processus mathématique d’une complexité croissante, le « minage » nécessite une puissance de calcul exponentielle et, partant, des quantités faramineuses d’électricité. Une seule opération d’ajout de bitcoins gobe autant d’énergie que neuf ménages américains pendant toute une journée.

 

« La capacité de traitement totale du réseau correspond déjà à presque 100 000 fois celle des 500 superordinateurs les plus rapides du monde réunis », lit-on dans Grist. L’assise informatique du système engloutit annuellement 31 térawattheures, ce qui excède la consommation nationale d’électricité de plus de 150 pays. Et la consommation quotidienne de la plateforme s’établit à environ 450 gigawattheures, soit le total de l’énergie utilisée par Haïti pendant une année.

 

À ce rythme, une telle dépense d’énergie deviendra simplement insoutenable : toujours selon Grist, elle aura dépassé la capacité de production totale des États-Unis en juillet 2019, et équivaudra, en février 2020, à l’ensemble de la consommation mondiale d’électricité.

 

L’éditorialiste de Grist, Eric Holthaus, conclut à l’impasse. Si cette croissance exponentielle intenable n’est pas freinée, la planète devra revenir aux combustibles fossiles. Ce qui ne fera qu’aggraver le changement climatique.