Réorientation de carrière en vue?

Avant de choisir une carrière, il faut évaluer sérieusement les effets de la technologie sur le marché du travail. Si les ordinateurs peuvent faire le travail auquel vous vous destinez, mieux vaut vous réorienter.

Il est rare qu’un article sur les finances produise une forte impression sur moi. Mais l’autre jour, j’ai reçu un courriel contenant un texte qui m’a renversé. Le nom de l’auteur n’étant pas mentionné, j’ai cherché sur Internet et trouvé l’original sur la page Facebook d’Udo Gollub. Ce texte commence ainsi : « J’arrive du sommet de la Singularity University et voici ce que j’y ai appris. » La suite est très éclairante, mais inquiétante pour quiconque est en quête de stabilité professionnelle.

L’auteur y va d’abord d’une note historique. En 1998, Kodak comptait 170 000 employés et contrôlait 85 % du marché mondial du film et du traitement photo sur papier. Quelques années plus tard, ce secteur disparaissait, et l’entreprise faisait faillite. En 1998, qui aurait prédit la fin de la photographie sur film? Où ces 170 000 personnes ont-elles trouvé un emploi?

Le principal postulat de M. Gollub? L’intelligence artificielle aura le même effet sur beaucoup d’autres secteurs. Autrement dit, les ordinateurs et les logiciels remplaceront une bonne partie de la main-d’œuvre.

C’est déjà commencé. Utilisez-vous Uber? Cette application gratuite vous met en lien avec des personnes prêtes à vous conduire à destination. Finis les paiements en espèces, le montant de la course est viré automatiquement de votre carte de crédit à votre compte Uber, auquel celle-ci est liée. Bien qu’elle ne possède aucun véhicule, Uber est aujourd’hui la principale société de taxis au monde. Le glas sonne-t-il pour l’industrie traditionnelle du taxi? Et consultez-vous Airbnb? La plateforme met en relation des gens à la recherche d’hébergement avec des particuliers qui offrent leur logement en location. Airbnb ne détient aucun bien immobilier, mais compte plus de 1,5 million d’offres dans 34 000 villes de 191 pays, ce qui en fait la plus grande chaîne hôtelière du monde. Qu’adviendrat-il des millions de travailleurs du secteur hôtelier?

Avant de choisir une carrière, il faut donc évaluer sérieusement les effets de la technologie sur le marché du travail. Si les ordinateurs peuvent faire le travail auquel vous vous destinez, mieux vaut vous réorienter.

En 1997, Deep Blue, d’IBM, battait le champion d’échecs Garry Kasparov. Cette année, un ordinateur l’emportait sur le meilleur joueur de go du monde (voir « CPA Ex Machina », août). La victoire d’un ordinateur à ce jeu chinois ancestral était jusque-là considérée comme invraisemblable, du moins pour les 10 prochaines années. Si les ordinateurs peuvent gagner au go, où vont-ils s’arrêter?

Selon Udo Gollub, les jeunes avocats américains ont du mal à trouver du travail à cause d’IBM Watson, un programme cognitif capable de compiler et d’organiser l’information juridique en quelques secondes, avec un taux d’exactitude de 90 %. Or, il faut des heures à un être humain pour exécuter les mêmes tâches, avec 70 % d’exactitude. D’après M. Gollub, cela signifie 90 % moins d’avocats dans l’avenir. Et en matière de placement, un ordinateur peut-il faire mieux qu’un humain? Je dirais que oui, car les ordinateurs n’ont pas d’émotions, le fléau de l’investissement à long terme. De toute façon, le virage est amorcé. Il existe déjà au Canada des services de placement robotisé. Et les transports? Avec Tesla, Toyota, Honda, Google et Apple qui investissent dans les voitures autonomes, la demande de chauffeurs d’autobus, de camion et autres véhicules baissera fortement.

Rassurez-vous, les ordinateurs n’excellent pas dans tout. J’ai vu à l’émission NOVA le documentaire « Rise of the Robots », qui montre une compétition de robotique où on cherchait le robot pouvant le mieux remplacer un humain dans des opérations après sinistre. Des cerveaux d’organisations comme la NASA et le MIT devaient évaluer quel robot réussissait le mieux à se déplacer durant un parcours à obstacles et à effectuer des tâches simples comme percer un trou dans un mur. Les robots ont en partie échoué. Ils se sont montrés peu maniables, enclins à tomber et à se briser. S’ils excellent dans les tâches répétitives en milieu contrôlé, comme une chaîne de montage automobile, les robots s’adaptent mal au monde réel.

Voilà une bonne nouvelle pour les personnes concernées par les emplois exigeant dextérité manuelle et adresse d’esprit (plombiers, électriciens, travailleurs de la construction, dentistes, infirmiers, etc.). Ceux-ci ne seront pas remplacés de sitôt par des robots. Alors, votre avenir professionnel est-il en péril?

À propos de l’auteur

David Trahair


David Trahair, CPA, CA, chroniqueur, conférencier et auteur, a publié cinq ouvrages sur les finances personnelles. Son plus récent, rédigé pour CPA Canada, s’intitule Retraite et procrastination : guide de survie. Site web : www.trahair.com

comments powered by Disqus

Faits saillants

Mettez vos connaissances à jour et élargissez votre réseau grâce à ce colloque à ne pas manquer (en anglais), qui porte sur les questions et tendances essentielles pour les membres des comités d’audit.

Dans votre entourage se tapit sûrement une personne surendettée. Si vous êtes observateur, vous reconnaîtrez l’un ou plusieurs de ces symptômes.