TransCanada : échos canadiens – octobre 2016

Un comptable retraité de Saskatchewan vend sa collection de 130 voitures anciennes, et la télévision IP pourrait aider les distributeurs de câble et de satellite à contrer la concurrence des diffuseurs en ligne.

COLLECTIONS

Belles d’autrefois et vieux tacots

Len Schmidt, comptable retraité de 89 ans, voudrait bien vendre sa ferme pour déménager 20 km plus loin, à Regina (Sask.). Mais sa propriété a une particularité : elle comporte une collection d’environ 130 voitures anciennes!                                        

On y trouve des véhicules de valeur : une Gray-Dort 1917, une Packard 1937, une Oldsmobile Toronado 1966, et même une Packard 1934 adaptée aux rails qui servait à l’inspection des chemins de fer. Mais d’autres modèles, qui rouillent sous la pluie et le soleil, semblent bons pour la ferraille.

M. Schmidt s’est aussi adonné à la revente. Un jour, il a même acheté 14 véhicules qu’il a ramenés chez lui avec l’aide de ses trois frères, puis revendus en quelques semaines.

TÉLÉVISION

Obsolète, le câble?

IP TV

Ces dernières années, les diffuseurs en ligne comme Netflix ont fait office de Terminators dans les secteurs du câble et du satellite, en amenant des dizaines de milliers de clients à résilier leur contrat. Au second trimestre seulement, Rogers Communications a perdu 23 000 clients, et Vidéotron, 39 400.

Mais, comme le rapporte Le Devoir, il semble y avoir une solution : la télévision IP (Internet Protocol TV), qui regroupe les services de vidéo à la demande et de télévision en direct. Grâce à la télé IP, Telus a pu recruter 13 000 nouveaux clients, selon son porte-parole Richard Gilhooley. Et Bell, qui a perdu 33 154 abonnés du satellite, en a gagné 35 255 grâce à sa télé IP.

Toutefois, le secteur enregistrera encore de nombreuses pertes, signale le Convergence Research Group, qui prévoit que 190 000 abonnés pourraient se départir du câble ou du satellite d’ici un an ou deux.

ÉCONOMIE

Des actifs Ô Canada

La part de l’économie canadienne contrôlée par des Canadiens en 2014 a été plus grande qu’à tout autre moment des 10 années précédentes, rapporte le Business in Vancouver d’après les chiffres de Statistique Canada. Entre 2005 et 2014, la part des actifs sous contrôle étranger a fluctué entre un sommet de 21,6 % (2007) et son niveau le plus bas de 18,1 % (2014). Les bénéfices sous contrôle étranger sont passés de 28,7 % en 2005 à 20,1 % en 2013 et 2014. Le secteur de la fabrication a quelque peu freiné cette baisse : les actifs sous contrôle étranger y sont passés de 48,9% en 2013 à 49,6% en 2014. Les bénéfices des fabricants canadiens ont augmenté de 11,7 %, mais ceux des sociétés étrangères ont bondi de 23,6 %.

MAISONS

Marché de l’habitation

À vendre

Le marché canadien de l’habitation n’existe pas, selon Wayne Karl, chroniqueur au Huffington Post. Cela ne veut pas dire qu’il n’y a pas de maisons à vendre au Canada, mais plutôt que le marché de l’habitation n’est pas national. Il est local.

Parler du marché canadien de l’habitation revient à dire que « la densité de la circulation est la même partout au pays », écrit M. Karl. Or, le marché de Vancouver a connu une hausse de 32,6 % par rapport à juillet l’an dernier, et celui de Calgary a fléchi de 1,5 % durant la même période.

À propos de l’auteur

Yan Barcelo


Yan Barcelo est journaliste dans la région de Montréal.

comments powered by Disqus

Faits saillants

Pour ne rien manquer des principales mesures du #budget2017, suivez CPA Canada sur les médias sociaux et regardez notre vidéo en direct.

Notre Répertoire des cabinets de CPA vous permet de trouver des cabinets de CPA au Canada grâce à une carte interactive et à différents critères de recherche.

Présenté par CPA Canada et CPA Ontario, le congrès national UNIS (en anglais) est un rendez-vous annuel incontournable qui propose un programme multidisciplinaire approfondi à tous les CPA qui souhaitent rester maîtres du jeu.