Prévisions technologiques : horizon dégagé pour Big Brother

Aucune boule de cristal ne peut prédire quelles seront nos habitudes en matière de consommation dans 10 ans. On a néanmoins une bonne idée de ce qui nous attend dans les toutes prochaines années.

Imaginez-vous demain. Votre infatigable assistant numérique prend en charge certaines corvées et, au magasin, vous êtes dirigé vers les aubaines dont il faut profiter, en temps réel et sur place. Vous imprimez des pièces de rechange au centre commercial et vous réglez vos achats en un clin d’œil, par empreinte digitale sur votre téléphone intelligent. Vision futuriste? Que non. Ces nouveautés se généralisent, dans un univers où les progrès s’accélèrent.

La société de conseil et de recherche en technologie Gartner vient de publier ses prévisions phares quant aux prochaines innovations numériques qui déferleront sur les marchés et transformeront le commerce de détail comme les affaires. Les pronostics qui suivent ne correspondent peut-être pas à l’utopie dont vous rêviez, mais vous constaterez que de grands changements se profilent à l’horizon.

PRÉVISION N° 1

En 2016, plus de 2 G$ US seront dépensés en ligne par des assistants numériques.
Les assistants numériques ne se limitent pas aux outils activés par la voix sur un appareil mobile. Tout logiciel ou système qui exécute une tâche peut être considéré comme un assistant numérique.

Selon les futurologues de Gartner, ces assistants sont en passe d’effectuer des tâches complexes, comme planifier une soirée parfaite avec resto, cinéma et transport en voiture Uber. Ayant accès à nos données et donc capables de cerner nos préférences, ces outils seront également en mesure de prendre des décisions d’achat éclairées.

Avouons-le, la perfection n’est pas encore au rendez-vous. « Il faut savoir comment procède le logiciel, y compris les éléments qu’il prend en considération et ceux qu’il écarte », estime Robert Parker, CPA et expert en technologie. « Les consommateurs doivent redoubler de prudence avant de s’en remettre à un assistant numérique. »

En outre, ces assistants peuvent vous priver de certains plaisirs, comme l’agréable surprise de tomber sur un article qui vous plaît, au hasard de vos déambulations. « Ils trouvent exactement ce que vous avez demandé, sans élargir les critères, ajoute M. Parker. Fini le plaisir de la chasse aux aubaines. »

PRÉVISION N° 2

D’ici 2017, sur l’ensemble du commerce numérique aux États-Unis, la part dévolue au commerce mobile atteindra 50 % des ventes réalisées.
Cette hypothèse s’applique aux achats en ligne, mais il faut savoir que le paiement mobile se généralisera aussi en point de vente. Comme le lancement d’Apple Pay a suscité un regain d’intérêt envers le paiement mobile, les détaillants en ligne et les grandes surfaces en pèsent le pour et le contre.

« Le détaillant s’interroge : Les clients vont-ils quand même fréquenter le magasin si je n’offre pas le paiement mobile? Dépenseront-ils davantage? Mes frais de transaction gonfleront-ils? Ma part de marché va-t-elle augmenter? Ces questions restent posées », souligne Michael LeBlanc, vice-président directeur du Conseil canadien du commerce de détail.

Les entreprises doivent également choisir une plateforme de paiement mobile ou développer la leur. Google et Samsung, à l’instar d’Apple, en offrent déjà une, comme quelques grandes banques. Quelques détaillants (dont Walmart et Starbucks) sont à deux doigts de lancer leur propre système de paiement mobile.

Même si les commerçants sont partants, les consommateurs, eux, devront patienter. Les nouveaux modes de paiement peuvent prendre du temps à s’imposer, puisqu’il ne s’agit pas forcément d’une priorité dans certains secteurs.

PRÉVISION N° 3

D’ici 2017, un algorithme concevra une nouvelle sphère d’activité numérique, qui changera la donne, et qui sera lancée la même année.
L’évolution de l’intelligence informatique ne profitera pas seulement aux consommateurs. Les sociétés et les investisseurs auront recours à l’intelligence artificielle pour obtenir des orientations sur certaines réalités financières, et même pour déterminer la viabilité de jeunes entreprises.

« Les assistants numériques intelligents, qui se multiplient au travail, nous facilitent la tâche », explique Daryl Plummer, chef de la recherche et vice-président directeur de Gartner. « Nous disposons d’un nombre croissant de systèmes habilités à prendre des décisions, dans les limites d’un cadre défini. »

Certains de ces systèmes intelligents jouissent déjà d’une notoriété indéniable. L’ordinateur Watson d’IBM, vainqueur d’une épreuve en trois manches à l’émission Jeopardy et qui jouait contre les gagnants de la saison 2011, fournit aujourd’hui des conseils financiers multifactoriels à de grandes entreprises, dont le groupe financier américain Citi.

Par ailleurs, de nombreuses jeunes entreprises tirent profit d’une veille stratégique fondée sur l’intelligence artificielle, comme Qlikview ou Path Intelligence, qui propose entre autres un outil de suivi automatique des itinéraires empruntés dans des espaces intérieurs.

PRÉVISION N° 4

D’ici 2018, le recours aux appareils intelligents et aux services industriels automatisés allégera de 30 % le budget des entreprises.
Pour répondre à la demande des consommateurs, assoiffés de produits plus performants mais moins coûteux, les entreprises s’appuieront sur les machines intelligentes et exploiteront d’autres technologies numériques. Puisqu'il est possible d’utiliser la plupart des logiciels partout, en tout temps, la demande d’accès à certains systèmes informatiques, dont les résultats égalent ou surpassent ceux de l’être humain, pourrait grimper.

« La société Narrative Science sur plateforme Quill a créé des modules de rédaction automatique pour les textes répétitifs ou qui laissent peu de place à la créativité, souligne M. Plummer. Les énoncés du budget de Chicago ont été rédigés par un de ces logiciels, n’en déplaise aux rédacteurs professionnels. »

On comprend vite pourquoi une entreprise se tournerait vers un logiciel. Automated Copywriting, à Dallas, voit grand. La société fait miroiter des économies annuelles considérables (plus de 52 M$ US) aux clients qui choisissent son forfait à 25 000 $ US par année, sans parler de la réduction des heures de travail. Trop beau pour être vrai? Qui sait. Selon divers observateurs, la rédaction automatisée peut donner des résultats criants de vérité. Le logiciel Persado pond, semble-t-il, des textes naturels et convaincants pour amener le lecteur – qui n’y voit que du feu – à consommer davantage.

PRÉVISION N° 5

D’ici 2020, les détaillants qui auront recours aux messages ciblés et aux systèmes de repérage intérieur verront leur chiffre d’affaires augmenter de 5 %.
On a cru que les téléphones intelligents et Internet sonneraient le glas des visites en points de vente, mais les détaillants les mettront bientôt en œuvre pour offrir à leurs clients une expérience enrichie. Grâce aux systèmes de repérage intérieur, les technologies Wi-Fi et Bluetooth serviront à suivre les déplacements des acheteurs en magasin, pas à pas. « On comprendra mieux le comportement du consommateur, pour favoriser la hausse de la fréquentation », explique Allan Toy, cofondateur de Spectre, jeune entreprise de Calgary qui développe un tel système. Les détaillants sauront où les clients se sont arrêtés et quels articles ils ont examinés. « C’est une mine de renseignements », conclut-il.

La technologie pourra également servir à diriger les acheteurs vers des endroits précis ou des articles en particulier, en temps réel, ou encore à leur envoyer des messages ciblés selon leur position. Si bien que ce seront les aubaines qui dénicheront les clients, et non l’inverse.

Je vous rassure : si la protection de la vie privée vous tient à cœur, vous pourrez désactiver les fonctions de repérage.

PRÉVISION NO 6

D’ici 2017, près de 20 % des détaillants de biens durables en ligne utiliseront l’impression 3D pour personnaliser leurs offres.
L’impression 3D sera bientôt appelée à jouer un rôle marquant à certains stades de la conception ou de la production.

« L’impression 3D facilite la création de prototypes et réduit le risque d’erreur à l’étape de l’usinage des moules », explique Daniel Southwick, doctorant à l’Université de Toronto, spécialiste de la question. « Pour la fabrication personnalisée en lots restreints, cette méthode aura une place de choix. »

Comme l’impression 3D réduit les coûts de production de certains produits et facilite leur modification, Gartner estime que des entreprises en tout genre privilégieront la fabrication d’articles personnalisés, comme les lunettes et les chaussures de sport.

Mais ne vous attendez pas à voir des biens de consommation de masse fabriqués exclusivement au moyen de ces appareils. Il faut des heures pour confectionner les objets, dont la qualité reste souvent médiocre, même sur les meilleures imprimantes. « On dirait des prototypes bricolés, avoue M. Southwick. Je n’en voudrais pas chez moi. » Les rares produits de masse imprimés en 3D comprendront sans doute les vis, les roues dentées et les couvercles.

Les particuliers peuvent déjà se procurer une imprimante 3D, mais les applications pratiques sont limitées. Ces coûteux appareils, de grandes dimensions, dégagent une forte odeur de plastique. Mieux vaut faire imprimer ses objets au kiosque d’un établissement spécialisé, conclut M. Southwick.

À propos de l’auteur

Dexter Brown


Dexter Brown est rédacteur indépendant à Whitby, Ont.

comments powered by Disqus

Faits saillants

Participez à ce rendez-vous annuel (en anglais) des dirigeants financiers d’OSBL pour obtenir des conseils sur la gestion de votre organisation et tirer parti des connaissances d’experts.

Notre Répertoire des cabinets de CPA vous permet de trouver des cabinets de CPA au Canada grâce à une carte interactive et à différents critères de recherche.