Les suites de films rapportent gros

Les recettes de Star Wars confirment que la production de suites de films est maintenant une activité fondamentale pour Hollywood.

Quelques semaines après sa sortie, Star Wars : Le réveil de la force avait amassé la somme spectaculaire de 1,76 milliard de dollars américains aux guichets, confirmant sans l’ombre d’un doute que la production de suites de films est devenue une activité clé pour Hollywood. Le magazine Web The Week s'est intéressé aux chiffres sous-jacents à cette transformation.

En 1999, seulement 4 des 35 titres les plus populaires en salle étaient des suites; 15 ans plus tard, 12 des 14 films les plus populaires sont des suites, selon le magazine Web. À ce sujet, The Week rapporte les propos de l’auteur Mark Harris : « En 2014, les franchises ne sont pas uniquement une grande part de l’industrie du cinéma. Elles sont l’industrie du cinéma. »

Et elles continueront de l’être, du moins pour l’instant. Au cours des quatre prochaines années, plusieurs suites de tous genres sont prévues, dont celles d’Avatar, d’Ironman et de Pirates des Caraïbes. Quant à Star Wars, il y aura non seulement deux prochains épisodes, mais aussi des films originaux se déroulant dans l’univers Star Wars.

Malgré le prix élevé des billets pour un film en 3D, le prix d’entrée au cinéma est en fait moins cher qu’en 1970, toutes proportions gardées. Toutefois, les budgets de production ont augmenté de 200 % entre 1980 et 2003, et les budgets de marketing, de 230 % entre 1980 et 2007.

Puisque les films sont plus coûteux à produire, Hollywood en produit moins, mais dépense davantage pour en faire la promotion. D’où la production de suites, que Mark Harris qualifie de mécanisme d’évitement des risques.

Walt Disney offre un exemple probant du nouveau paysage hollywoodien. Selon le quotidien Le Monde, la division cinéma de Disney ne représente que 14 % des ventes de 52 milliards de dollars américains de la société, mais elle agit comme locomotive pour tous les autres produits : parc d’attractions, produits dérivés, réseaux de télévision.

Un des éléments clés qui poussent les studios à mettre l’accent sur les suites de films est le contexte mondial, qui force l’industrie du cinéma à être plus concurrentielle que jamais. « Hollywood essaie de faire des profits en offrant ses produits par divers moyens (salles de cinéma, vidéos, distribution numérique) à des publics multinationaux et multiculturels qui ont aussi accès à des centaines de chaînes et à Internet pour se divertir », écrit The Week.

La voie du succès ne semble pas être celle des histoires originales fondées sur des valeurs et des traits culturels, mais plutôt celle des héros populaires, des histoires déjà connues, des magiciens, des combats à l’épée et des artifices qui interpellent la multitude.