Conseils santé – mars 2016

Les gens qui se passent de Facebook sont plus heureux, tandis que les marcheurs qui textent sans lever le knez s’exposent à des dangers graves.

ADIEU FACEBOOK, BONJOUR BONHEUR

Une étude de l’Institut danois de recherche sur le bonheur montre que passer une semaine sans Facebook rend heureux. 1 095 participants étaient répartis en deux groupes : l’un consultait le réseau social comme d’habitude, l’autre s’en abstenait. À la fin de la semaine, 88 % de ceux qui s’étaient passés de Facebook se disaient « heureux » (contre 81 % des autres) et 84 % se disaient satisfaits de leur vie (contre 75 %). Les « déconnectés » estimaient avoir eu moins de mal à se concentrer et avoir eu une vie sociale plus riche.

CES MARCHEURS QUI TEXTENT

D’après un sondage Ipsos mené pour l’Association des chirurgiens orthopédiques américains (AAOS), 78 % des marcheurs qui textent sans lever le nez s’exposent à des dangers « très graves » ou « assez graves ». Cela dit, chacun avait tendance à blâmer autrui : pour 74 % des répondants, les autres étaient « généralement » ou « systématiquement » distraits en marchant, mais seulement 29 % en disaient autant d’eux-mêmes. Selon Alan Hilibrand, porte-parole de l’étude, les dangers du « zombisme numérique » sont pourtant réels : chutes dans les escaliers ou sur les trottoirs, collision avec des piétons, rues traversées imprudemment. 

À propos de l’auteur

Martha Beach


Martha Beach travaille comme pigiste à titre de rédactrice, correctrice d’épreuves et vérificatrice de faits à Toronto.

comments powered by Disqus

Faits saillants

Participez à ce rendez-vous annuel (en anglais) des dirigeants financiers d’OSBL pour obtenir des conseils sur la gestion de votre organisation et tirer parti des connaissances d’experts.

Pour ne rien manquer des principales mesures du #budget2017, suivez CPA Canada sur les médias sociaux et regardez notre vidéo en direct.