Ni sonnantes ni trébuchantes

Peu de gens ont entendu parler de Blockstream, mais il est l'heure d'y prêter attention: cette jeune entreprise entend transformer le système financier mondial, un « bitcoin » à la fois.

Austin Hill trace le portrait de Blockstream, jeune entreprise effrontée qui entend transformer le système financier mondial grâce à l’assise technologique du « bitcoin », nouvelle monnaie virtuelle.

La plupart des entrepreneurs nourrissent des projets relativement modestes. Ce n’est pas le cas de Blockstream. S’appuyant sur la technologie du bitcoin, elle souhaite ni plus ni moins réaménager de fond en comble le système économique mondial, rapporte le journal Les Affaires.

Peu de gens ont entendu parler de Blockstream, une jeune entreprise montréalaise qui compte aussi quelques employés à San Francisco. Elle a pourtant récemment annoncé la clôture d’une deuxième ronde de financement en capital de risque de pas moins de 55 M$ US, une somme qui s’ajoute aux 21 M$ US mobilisés lors de la première ronde.

Il s’agit là de sommes considérables pour une entreprise en démarrage, si on les compare à celles levées par Uber en 2011 (11 M$) et par Snapchat en 2013 (12,5 M$). Elles se rapprochent cependant des 60 M$ US mobilisés par la new-yorkaise Digital Asset Funding, rivale de Blockstream, lors de sa deuxième ronde de financement.

Ces afflux de capitaux sans précédent se justifient, selon Austin Hill, dirigeant de Blockstream, qui  ambitionne de « remplacer le système financier international, qui est basé sur des technologies qui n’ont pas évolué depuis 20 ans ».

En réalité, Blockstream ne s’appuie pas sur la technologie du bitcoin, mais sur celle de la « blockchain », c’est-à-dire la chaîne de blocs, immense registre chiffré et décentralisé qui consigne toutes les opérations exécutées par les utilisateurs du bitcoin. La chaîne de blocs est considérée comme la principale innovation technologique du bitcoin, puisqu’elle atteste toutes les transactions enregistrées dans le réseau. Le bloc est la partie « courante » d’une chaîne de blocs, qui contient une partie ou la totalité des opérations récentes et qui, une fois complété, intègre la base de données permanente que constitue la chaîne de blocs.

Comme cet équivalent virtuel d’un livre comptable est inviolable et infalsifiable, la nécessité du recours aux intermédiaires financiers comme les banques s’en trouve réduite.

La première initiative de Blockstream a été de lancer The Elements Project, un code source ouvert : cette boîte à outils permet à quiconque le souhaite de créer des applications compatibles entre elles. Selon Austin Hill, certains États étudieraient la possibilité d’émettre une monnaie nationale basée sur la technologie de la chaîne de blocs.

À propos de l’auteur

Yan Barcelo


Yan Barcelo est journaliste dans la région de Montréal.

comments powered by Disqus

Faits saillants

Mettez vos connaissances à jour et élargissez votre réseau grâce à ce colloque à ne pas manquer (en anglais), qui porte sur les questions et tendances essentielles pour les membres des comités d’audit.

Dans votre entourage se tapit sûrement une personne surendettée. Si vous êtes observateur, vous reconnaîtrez l’un ou plusieurs de ces symptômes.