Mot du rédacteur en chef : Tous ici, tous d’ailleurs

Okey Chigbo, le rédacteur en chef de CPA Magazine, présente les articles du numéro spécial de juin/juillet 2016 sur l’immigration.

Le Canada doit tout à l’immigration. Et selon certaines théories, même les peuples autochtones viendraient d’ailleurs. Pourquoi donc la question est-elle si controversée? Si tous les Canadiens, ou leurs ancêtres, sont des expatriés, il n’y a pas de quoi en faire tout un plat. Mais la réalité est tout autre, et c’est pourquoi nous consacrons le présent numéro à l’immigration.

D’abord, l’immigration est-elle encore avantageuse pour le Canada? Dans « Pour le meilleur et pour le pire » , Susan Smith avance que « le traitement des demandes d’immigration et le soutien aux immigrants entraînent évidemment des coûts », et que « l’avantage net pour le Canada est difficile à quantifier, mais un modèle prévisionnel indique qu’une hausse de l’immigration profiterait économiquement à l’ensemble du pays. L’étude [...] conclut qu’en acceptant un million d’immigrants de plus sur une période de dix ans, on accroîtrait de 2,3 % le PIB réel du Canada ». Cette hausse se traduirait par « une légère augmentation du PIB par habitant chez les personnes qui vivent déjà au pays ». La suite de l’article appuie la thèse selon laquelle l’immigration serait favorable au Canada.

Terre d’accueil, le Canada est pourtant un cancre lorsque vient le moment de trouver aux nouveaux venus des emplois à la mesure de leurs compétences. Comment expliquer que les arrivants ne puissent exploiter le bagage acquis dans leur pays d’origine? Dans « Voie de garage » , Peter Carter se penche sur la question.

M. Carter nous apprend que le Canada a toujours voulu cibler un certain type d’immigrant. Par exemple, au XIXe siècle, un ministre fédéral décrivait l’immigrant idéal comme un paysan « vêtu d’une chaude pelisse en mouton, qui fait corps avec la terre, issu d’une longue lignée d’agriculteurs, dont l’épouse vigoureuse lui donnera une demi-douzaine d’enfants ».

Axés sur des besoins précis, « les planificateurs canadiens se sont toujours efforcés d’harmoniser les compétences et les tempéraments des arrivants avec les besoins de l’économie », ajoute M. Carter. D’ailleurs, son article pourrait vous amener à revoir certaines de vos opinions.

Qu’est-ce qui pousse une personne à tout quitter pour refaire sa vie à l’autre bout du monde? Rosalind Stefanac a posé la question à quatre comptables pour qui l’accès à la profession n’a pas été une sinécure. Dans « Atteindre l’inaccessible érable » , elle relate brièvement leur parcours.

À propos de l’auteur

Okey Chigbo


Okey Chigbo est rédacteur en chef de CPA Magazine.

comments powered by Disqus

Faits saillants

Mettez vos connaissances à jour et élargissez votre réseau grâce à ce colloque à ne pas manquer (en anglais), qui porte sur les questions et tendances essentielles pour les membres des comités d’audit.

Dans votre entourage se tapit sûrement une personne surendettée. Si vous êtes observateur, vous reconnaîtrez l’un ou plusieurs de ces symptômes.