Bien en selle

Shelly Flint, chef des finances du Stampede de Calgary, parle de ce qui la motive et de ce qu’elle préfère concernant cet événement emblématique.

Q: Quel est votre style de leadership?
Je suis très à l’écoute des gens et je privilégie la transparence. Je crois qu’il est essentiel que tous aient un tableau complet de la situation pour pouvoir être autonomes et en mesure de prendre les meilleures décisions pour l’organisation.

Q : Pourquoi avoir choisi le secteur sans but lucratif?

En 2013, une inondation a ravagé Calgary et le sud de l’Alberta, juste avant le Stampede. À l’époque, je dirigeais une succursale bancaire et j’ai dû travailler de la maison pendant quelques jours. C’est grâce à la solidarité des résidents que l’événement a quand même eu lieu. Je me suis alors demandé ce que je pouvais faire pour mon entourage et pour la collectivité.

Q : Quels sont les défis professionnels que vous devez relever?
Je suis aussi trésorière de la Calgary Stampede Foundation, un organisme de bienfaisance, et présidente du Cowboys’ Casino, une entité à but lucratif. Je touche donc à la comptabilité des entreprises et des OSBL : un défi de taille! Mais il est intéressant d’observer les interactions et la cohésion entre ces différentes entités. Chaque client ayant des besoins différents, mon travail n’est jamais monotone.

Q : Que préférez-vous dans votre travail pour le Stampede de Calgary?

J’aime la variété et le fait de collaborer avec différentes personnes. Le conseil est entièrement composé de bénévoles. Il faut avoir fait du bénévolat pour le Stampede avant d’en devenir actionnaire. Les gens consacrent un nombre phénoménal d’heures à l’événement, avec une passion que je n’ai vue nulle part ailleurs. De plus, dans quel autre emploi pourrais-je, pendant ma pause, aller voir ruer des broncos ou me rendre à l’écurie pour caresser des chevaux?

Q : Quel est votre objectif au quotidien?
J’essaie de trouver les meilleurs rapports qualité-prix pour nos programmes. Ma mission, en quelque sorte, est de repérer et de réduire les dépenses superflues afin de maximiser l’efficience pour notre collectivité. Le plus grand défi que j’ai eu à relever, en passant au secteur des OSBL, a été de cesser de me concentrer uniquement sur le résultat net. J’ai appris à me préoccuper davantage de ce que nous devons faire une fois arrivés à ce résultat.

Shelly Flint a travaillé pendant dix ans dans le secteur des banques et des assurances avant de devenir administratrice, puis chef des finances du Stampede de Calgary.


À propos de l’auteur

Sadiya Dendar


Sadiya Dendar est rédactrice indépendante à Toronto.

comments powered by Disqus

Faits saillants

Mettez vos connaissances à jour et élargissez votre réseau grâce à ce colloque à ne pas manquer (en anglais), qui porte sur les questions et tendances essentielles pour les membres des comités d’audit.

Dans votre entourage se tapit sûrement une personne surendettée. Si vous êtes observateur, vous reconnaîtrez l’un ou plusieurs de ces symptômes.