Mieux vaut prévenir

Chacun, quel que soit son poste, a la possibilité d'empêcher son organisation de commettre des actes regrettables.

Vous êtes ingénieur logiciel à Volkswagen. Votre supérieur vous annonce que le nouveau moteur diesel n’est pas à la hauteur et ajoute : « J’ai besoin que vous pondiez quelques lignes de code permettant de contourner les tests d’émission. » Que dites-vous?

Dans le passé, face à un problème d’éthique, le choix était simple : garder le silence, ou refuser de se taire et en assumer les conséquences. Au mieux, on pouvait faire semblant d’être d’accord jusqu’à ce qu’on trouve un nouvel emploi.

Après avoir passé plus de cinq ans en prison, l’ancien directeur financier d’Enron, Andy Fastow, revient aujourd’hui sur la célèbre débâcle de l'entreprise et sur les atteintes à l’éthique actuelles, qu’il trouve encore pires. Dans un récent article du Globe and Mail, il révèle ce qu’il répond aux étudiants en commerce qui lui demandent quoi faire dans une situation contraire à l’éthique. En s’opposant ouvertement, reconnaît-il, on risque de compromettre sa carrière. Il recommande plutôt de « trouver une façon de poser des questions qui mettent en lumière les enjeux clés – par exemple, déterminer si telle mesure crée de la valeur à long terme – afin de forcer quelqu’un à expliquer et à justifier les effets de cette mesure à longue échéance ».

Voilà la nouvelle façon d’envisager l’éthique des affaires. Parfois, on ne peut que protester avec énergie, mais la plupart du temps, il est possible de discuter des choix en jeu.

Qu’il s’agisse d’un gestionnaire qui suggère d’autres options à son supérieur, d’un nouvel employé perplexe devant une façon de faire ou d’un membre du conseil qui pose une question délicate au PDG, chacun a la possibilité d’empêcher son organisation de commettre des actes regrettables.

Mary Gentile, professeure au Babson College de Boston, a écrit un livre sur le sujet. Dans Giving Voice to Values, elle soutient qu'apprendre à déterminer la bonne conduite ne suffit pas. Il faut privilégier l’action, c’est-à-dire « élaborer des plans pour réagir aux [...] pratiques discutables, et s’exercer à provoquer la réaction voulue ». D’après elle, nous devons tous aiguiser notre sens éthique pour savoir « quoi dire, à qui et comment ».

Bien sûr, dire à quelqu’un « c’est contraire à l’éthique » a peu de chances de donner les résultats escomptés : on reproche alors à la personne, en quelque sorte, d’être malhonnête – et elle cherchera à se justifier par de « bonnes raisons ». En revanche, évoquer les conséquences éventuelles – risques de se faire attraper, dommages pour l’entreprise ou répercussions sur l’équipe ou le service – peut être bien plus efficace.

Appliquons cette approche à un ingénieur de Volkswagen.

Il pourrait dire :

• On peut trafiquer le logiciel, mais ça ne fonctionnera pas longtemps, car ce sera facile à détecter. N’y a-t-il pas une meilleure solution?

• Oui, on peut le faire, mais le risque d’atteinte à la réputation de l’entreprise serait énorme. Nous devons y réfléchir davantage.

• Il faudrait en informer toute l’équipe de développement, puisque nous savons qu’une fuite dans les médias est inévitable. Bref, c'est un terrain miné.

• Les avocats sont-ils au courant? Selon eux, est-ce légal?

• Si nous allons de l’avant et que nous nous faisons prendre, ce sont les membres de mon équipe qui seront blâmés; je ne peux pas les placer dans cette position.

• Discutons-en avec l’équipe de direction. Je dois connaître l’opinion d'autres personnes.

• À long terme, il est assurément préférable de consacrer plus de temps et d’argent à la conception d'un moteur diesel conforme à toutes les exigences. Comment puis-je vous aider à convaincre votre supérieur?

L’approche choisie dépendra de la situation et des personnes concernées, et rien ne garantit qu’elle sera couronnée de succès. De longues discussions pourraient être nécessaires. Mais qui sait combien de milliards Volkswagen aurait épargnés si quelques-unes de ces questions avaient été soulevées.

À propos de l’auteur

Karen Wensley


Karen Wensley, MBA, est chargée de cours en éthique professionnelle à l’Université de Waterloo et associée retraitée d’EY.

comments powered by Disqus

Faits saillants

Mettez vos connaissances à jour et élargissez votre réseau grâce à ce colloque à ne pas manquer (en anglais), qui porte sur les questions et tendances essentielles pour les membres des comités d’audit.

Dans votre entourage se tapit sûrement une personne surendettée. Si vous êtes observateur, vous reconnaîtrez l’un ou plusieurs de ces symptômes.