Q&R : Les collègues devraient-ils discuter des affaires du bureau dans l’ascenseur?

Les murs des ascenseurs ont eux aussi des oreilles : la confidentialité doit donc primer sur les ragots.

La réponse est simple : absolument pas, affirme Cissy Pau, consultante principale à Clear HR Consulting, à Vancouver. « Le monde est trop petit pour qu’on puisse parler de collègues, du patron ou de clients dans l’ascenseur. C’est inapproprié », ajoute-t-elle. Au travail, la confidentialité doit primer sur les ragots (et sur tout le reste, y compris le « désir de tenir son collègue au courant »). Peut-être les interlocuteurs se croient-ils entre eux dans l’ascenseur (ou à la cafétéria, à la salle de bain, etc.), mais les murs ont des oreilles et ce dont on parle peut très bien constituer des renseignements confidentiels. « Les employés ont une obligation de confidentialité; la protection de l’information est primordiale, ici. C’est un principe de base qui n’a pas à figurer dans le guide de l’employé », explique Mme Pau. « Ce qui concerne l’entreprise doit toujours demeurer confidentiel. On ne doit pas parler des projets, des opérations ou des clients hors du bureau. La divulgation involontaire de renseignements peut entraîner l’échec d’une entente commerciale ou même une poursuite. » Tenez-vous-le pour dit : lorsqu’on parle de clients et de collègues en présence d’étrangers, on ne sait jamais qui sait quoi ni qui connaît qui.

À propos de l’auteur

Lisa van de Geyn


Lisa van de Geyn est rédactrice indépendante à Toronto.

comments powered by Disqus

Faits saillants

Mettez vos connaissances à jour et élargissez votre réseau grâce à ce colloque à ne pas manquer (en anglais), qui porte sur les questions et tendances essentielles pour les membres des comités d’audit.

Dans votre entourage se tapit sûrement une personne surendettée. Si vous êtes observateur, vous reconnaîtrez l’un ou plusieurs de ces symptômes.