Le travail, mais sans la chaîne

De nos jours, la définition du « bureau » au sens de « lieu de travail » semble caduque. Le travail, c’est ce que l’on fait; ce n’est plus un lieu où l’on se rend.

Jadis, tous les employés accomplissaient leurs tâches dans les locaux de l’employeur : ils se présentaient au bureau de bon matin, puis en repartaient en fin de journée. Certaines frontières séparaient vie professionnelle et vie personnelle. Certes, on emportait parfois un dossier à la maison – ou restait tard au bureau –, mais c’était l’exception. Mon propre père évoque le souvenir de cette époque, et j’avoue faire partie d’une équipe où ce modus operandi reste la norme.

De nos jours, la définition du « bureau » au sens de « lieu de travail » semble caduque. Votre bureau est-il encore un poste de travail fixe fourni par l’employeur? Ou bien un espace à la carte, axé sur la collaboration? Un lieu privé propice à la concentration? Ou simplement l’espace-temps où vous travaillez, sans égard au lieu, à l’heure, aux interactions humaines en direct?

Fruit d’un métissage, le nouvel espace fluide où exercent les travailleurs du savoir a fait reculer bien des frontières. Le milieu de travail a tant évolué que Dilbert l’ingénieur et ses compagnons d’infortune, condamnés aux bureaux à cloisons, ne s’y retrouveraient plus.

Une nouvelle ère du savoir s’amorce : principale monnaie d’échange, l’expertise s’appuie sur des plateformes évolutives de communication, de numérisation et d’infonuagique, qui ouvrent des horizons insoupçonnés. Car au-delà des moyens mis en œuvre et du lieu d’exécution des tâches, ce qui importe, c’est l’excellence des résultats.

Selon une étude de globalworkplaceanalytics.com et de teleworkresearchnetwork.com, entre 80 et 90 % des salariés souhaiteraient télétravailler, du moins à temps partiel. Et le recours à deux ou trois jours de télétravail par semaine offrirait un équilibre idéal entre la concentration solitaire et la collaboration. Voici quelques avantages observés sur une année de télétravail à temps partiel :

Employeur : La productivité augmente de 30 % et les coûts immobiliers baissent de 20 %. L’absentéisme diminue (quatre jours de moins) et le taux de rotation baisse de 25 %. Résultat : des économies d’au moins 10 000 $ par télétravailleur.

Employé : Le télétravailleur gagne entre 100 et 200 heures par an (entre 3 et 5 semaines). Il économise entre 1 000 et 3 500 $ sur les frais de déplacement et entre 1 000 et 3 300 $ sur les autres débours (repas, café, vêtements). Résultat : des économies de 2 000 à 6 800 $ pour lui, sans oublier l’allègement des contraintes de déplacement.

Collectivité : La congestion routière diminue et les émissions de gaz à effet de serre baissent. Les accidents de la route se font plus rares (on évite des frais, mais surtout des blessures et des décès); les coûts d’entretien des voies publiques décroissent.

Les organisations qui emboîtent le pas adoptent le principe « à la carte » : les employés réservent par plage horaire des espaces de travail et d’autres ressources. Ailleurs, le partage des postes de travail amène certains coéquipiers à se servir tour à tour d’un même bureau. Les entités les plus innovantes mettent à profit la technologie pour contourner les obstacles techniques. Elles élaborent des politiques pour informer l’employé de ses devoirs; mettent des caméras à sa disposition pour assurer la qualité des communications audio et vidéo; et lui fournissent du matériel adéquat (siège, écran, bureau) sur le lieu de télétravail.

Si votre organisation n’a pas encore pris le virage, parlez-en à quelques collègues : Comment créer un environnement favorable au télétravail? Les organisations à la traîne sont délaissées par les candidats talentueux qui font leur entrée sur le marché du travail. Alors, n’attendez pas, démarquez-vous!

À propos de l’auteur

Dwayne Bragonier


Dwayne Bragonier, CPA, CA, CA•Ti, est président de BAI Bragonier & Associates inc. et le créateur de la méthode. On peut le joindre à dwayne.bragonier@bragonier.com.

comments powered by Disqus

Faits saillants

Participez à ce rendez-vous annuel (en anglais) des dirigeants financiers d’OSBL pour obtenir des conseils sur la gestion de votre organisation et tirer parti des connaissances d’experts.

Notre Répertoire des cabinets de CPA vous permet de trouver des cabinets de CPA au Canada grâce à une carte interactive et à différents critères de recherche.