Le globe-trotteur : nouvelles d’ailleurs dans le monde – août 2016

Un scientifique a créé un robot capable de choisir de faire souffrir un être humain. De plus, la morphine et d’autres opiacés soulagent la souffrance dans l’immédiat, mais pourraient aussi la prolonger.

INTELLIGENCE ARTIFICIELLE

Robots rebelles?

Afin d’alimenter le débat sur l’intelligence artificielle (IA), Alexander Reben, expert en robotique et artiste de l’Université de Berkeley (Californie), a créé un robot qui peut être amené à choisir de faire souffrir un être humain, selon la BBC. « Il prend une décision imprévisible », explique M. Reben.

C’est une infraction à la première loi de la robotique, proposée par l’écrivain Isaac Asimov : le robot doit s’abstenir de porter atteinte à un être humain. « La principale inquiétude reste la perte de contrôle, ajoute M. Reben, et je voulais montrer que les robots dangereux existent. »

Des chercheurs de Google DeepMind et de l’Université Oxford ont déjà conçu un mécanisme d’arrêt qui empêcherait un robot d’apprendre à désobéir. Mais, se demande M. Reben, un robot doté d’une intelligence supérieure pourrait-il désactiver cette fonction?

CHEFS DE LA DIRECTION

Hausse vertigineuse

Salaires de pdg

Aux États-Unis, l’adoption d’une nouvelle règle de divulgation pourrait freiner la hausse vertigineuse de la rémunération des chefs de la direction, selon une étude du Journal of Management Accounting Research.

D’après Khim Kelly, de l’Université de Waterloo, et Jean Lin Seow, de la Singapore Management University, les exigences actuelles de divulgation du salaire du chef de la direction sont insuffisantes. En vertu d’une disposition intégrée à la loi Dodd-Frank, dès janvier prochain, les sociétés cotées devront présenter le ratio entre le salaire du chef de la direction et le salaire médian d’un employé : « Ce chiffre s’établissait à 20 il y a 50 ans, puis à 80 il y a 25 ans, mais il se situe aujourd’hui entre 200 et 300, affirme Mme Kelly. Des hauteurs stratosphériques qui feront réagir les actionnaires. »

FUSION À TOUT PRIX

Prudence et modération

Les conseils d’administration où siègent des femmes se lanceraient moins dans les acquisitions d’envergure, indique la revue en ligne Quartz, citant le Strategic Management Journal. Les chercheurs ont analysé des milliers d’accords conclus entre 1998 et 2010 et vu une baisse du nombre d’acquisitions (-18 %) et de l’ampleur des opérations (-12 %), accompagnée d’une réduction de 97,2 M$ du budget affecté aux fusions-acquisitions. La présence féminine favoriserait les discussions approfondies sur les acquisitions envisagées.

PHARMACOPÉE

Douloureuse morphine

La morphine et d’autres opiacés soulagent la souffrance dans l’immédiat, mais pourraient aussi la prolonger. D’après une étude de Proceedings of the National Academy of Sciences reprise par  Science News, des rats mis sous morphine après une lésion nerveuse auraient ressenti de la douleur deux fois plus longtemps. Au-delà de leurs effets indésirables et du risque de dépendance, les opiacés comme l’OxyContin pourraient aussi prolonger des sensations de souffrance. Les êtres humains ont des réactions plus variées aux opiacés que les rats, mais dans les cas semblables, le traitement analgésique accentuerait le problème, souligne Peter Grace, coauteur de l’étude.