L’effet fourrure

Rita Elias s’est orientée vers la mode, mais sans laisser la comptabilité loin derrière.

Rita Elias participait à une activité de réseautage quand une idée s'est imposée à son esprit. « Je portais une veste de fourrure que ma sœur et moi avions modifiée, et tout le monde voulait savoir où je l’avais achetée », explique celle qui était alors analyste financière à L’Oréal Canada.

C’est ainsi qu’en octobre 2014, les deux sœurs montréalaises, Rita et Rim, ont lancé la marque Eläma (« la bonne vie » en finlandais), spécialisée en vestes de fourrure fabriquées exclusivement au Canada.

Depuis, les deux femmes n’ont pas chômé : passage à l’émission Dragons’ Den (diffusion sur CBC cet automne); boutiques temporaires, notamment en juin dernier lors du Grand Prix de Montréal; présentation de leur collection au StyleLab-Montréal, un salon pour professionnels tenu par le Conseil canadien de la fourrure. Rim Elias a de plus participé à une mission commerciale à Paris, que le Centre de commerce mondial de Montréal avait organisée afin de permettre aux entreprises de présenter leurs collections à des partenaires français.

Les réactions ont été très encourageantes. « Nous savons que nous sommes sur la bonne voie », affirme Rita Elias.

« Nous voulons rendre la fourrure plus accessible, souligne-t-elle. On ne parle plus seulement de longs manteaux de fourrure, mais plutôt de vestes et d’accessoires. Et nous y ajoutons du cachemire, du suède ou du cuir. »

Rita Elias explique que, grâce à ses connaissances en comptabilité, elle s’est chargée de la gestion de l’entreprise, et ses titres de compétences se sont avérés très utiles. « Le rendement du capital investi est une mesure clé pour nous. Comme l’entreprise est très petite, et financée en grande partie par notre propre argent, nous devons dépenser de façon stratégique. Je m’occupe des calculs et je fais mes propres rapports et états financiers. »

Pendant un an et demi, elle s’est appliquée, à force de discipline et de gestion efficace du temps, à trouver un équilibre entre son emploi de jour chez L’Oréal et ses activités d’expansion d’Eläma après les heures de travail.

À présent, elle a quitté L'Oréal et se consacre à temps plein à l'activité qui lui plaît le plus: travailler avec sa sœur Rim, sa « meilleure amie ».

« La liberté de concrétiser notre vision est très gratifiante », ajoute la conceptrice en herbe.

À propos de l’auteur

Vanessa Santilli


Vanessa Santilli est rédactrice indépendante à Toronto.

comments powered by Disqus

Faits saillants

Mettez vos connaissances à jour et élargissez votre réseau grâce à ce colloque à ne pas manquer (en anglais), qui porte sur les questions et tendances essentielles pour les membres des comités d’audit.

Dans votre entourage se tapit sûrement une personne surendettée. Si vous êtes observateur, vous reconnaîtrez l’un ou plusieurs de ces symptômes.