Arnaques en tous genres – septembre 2015

Le créateur milliardaire des Beanie Babies évite à peine la prison, tandis qu’une jeune entrepreneur de la Saskatchewan est reconnue coupable d’avoir détourné des fonds pour rebâtir son entreprise.

L’ARGENT REND LIBRE

L’exemple du père des Beanie Babies

Ty Warner, créateur milliardaire des Beanie Babies, n’ira pas en prison à la suite de sa condamnation pour fraude fiscale en 2014. La Cour d’appel des États-Unis a confirmé la peine de probation déjà imposée à l’entrepreneur de Chicago pour avoir omis de déclarer un revenu de plus de 24 M$ US, même si les procureurs réclamaient la prison afin de dissuader d’autres fraudeurs. Depuis le début de l’affaire, M. Warner a payé à l’administration fédérale 80 M$ US en arriérés d’impôts, en pénalités et en amendes.

OBJET DE CONVOITISE

Une autre raison pour laquelle une BMW coûte cher

BMW rouge 

Un comptable qui a volé des millions de dollars à l’usine BMW où il travaillait a été condamné à plus de cinq ans de prison. Entre 2011 et 2014, Johannes Franken, 60 ans, du Worcestershire (R.-U.), a détourné près de 6 M£ (12 M$) des comptes de BMW vers son propre compte bancaire en faisant des paiements (59 en tout) à des fournisseurs fictifs. Cet argent lui a servi à acheter des bijoux, une école de plongée à l’île Maurice, trois voitures de luxe BMW et une motocyclette de même marque. Depuis, BMW a adopté de nouvelles mesures antifraude.

QUELQUES DÉPENSES DE TROP

Remède contre indiqué

Un stratagème d’évasion fiscale, présenté comme « le remède », s’est révélé toxique tant pour les victimes que pour ses auteures. Donna Marie Stancer et Deanna Lynn Lavalley, fiscalistes de Kelowna (C.-B.), ont déclaré près de 192 M$ en fausses dépenses au nom de centaines de clients et d’elles-mêmes, et réclamé près de 10 M$ (l’ARC n’a remboursé qu’environ 52 000 $). Les clients font face à des pénalités pour impôts impayés et certains ont dû déclarer faillite. Coupables de six accusations de fraude, Mmes Stancer et Lavalley attendent la sentence.

ALLEZ DIRECTEMMENT EN PRISON

« Bonjour, l’IRS à l’appareil »

Sahil Patel, 36 ans, passera 14 ans en prison pour avoir organisé un vaste réseau d’extorsion dont les membres appelaient des contribuables américains, les menaçaient et leur faisaient croire que les appels provenaient de l’IRS ou du FBI. M. Patel, de la Pennsylvanie, dirigeait le volet américain de la fraude (menée à partir de centres d’appels en Inde), qui a extorqué 1,2 M$ US aux victimes.

UN BRIN TROP ENTREPRENANTE

Une jeune entrepreneur de la Saskatchewan coupable de fraude

Toni Lee Huyghebaert, 28 ans, avait reçu en 2012 le Prix jeune entrepreneur, décerné par la chambre de commerce de Regina, pour sa société Slice Athletic Wear. Mais lorsque cette dernière a périclité en 2014, Mme Huyghebaert a détourné plus de 40 000 $ de la clinique vétérinaire où elle travaillait. Elle a écopé d’une peine de deux ans avec sursis. Le juge a été clément parce qu’elle avait remboursé l’argent et qu’elle était peu susceptible de récidiver.

À propos de l’auteur

Tamar Satov


Tamar Satov est directrice de la rédaction à CPA Magazine.

comments powered by Disqus

Faits saillants

Participez à ce rendez-vous annuel (en anglais) des dirigeants financiers d’OSBL pour obtenir des conseils sur la gestion de votre organisation et tirer parti des connaissances d’experts.

Pour ne rien manquer des principales mesures du #budget2017, suivez CPA Canada sur les médias sociaux et regardez notre vidéo en direct.