TransCanada : échos canadiens – octobre 2015

La récente dévaluation du renminbi par la Chine pourrait entraîner une guerre de devises. Cependant, le Canada s’améliore sur le plan de l’innovation après plusieurs décennies de déclin.

EXPORTATIONS

Quand la Chine éternue

La récente dévaluation du renminbi par la Chine pourrait avoir un effet négatif (bien qu’indirect) sur la capacité d’exportation et sur le secteur des produits de base du Canada, indique un bulletin de la Chambre de commerce du Canada. Cette dévaluation ayant été imitée au Vietnam et au Kazakhstan, une guerre de devises pourrait s’ensuivre. Même si d’autres importants marchés émergents ne participent pas à la dévaluation, leur monnaie subit les conséquences de sorties de capitaux.

Pour les entreprises canadiennes, cette situation rendra leurs exportations plus coûteuses dans les marchés émergents, tandis que la fuite des capitaux et une croissance plus lente réduiront la demande. La Chine consomme à elle seule entre le tiers et la moitié des métaux, du pétrole et des minéraux du marché.

SCIENCE

La protéine de l’intelligence

Cerveau 


L’intelligence supérieure des êtres humains pourrait s’expliquer par un processus moléculaire lié à une seule protéine, découverte par des chercheurs de l’Université de Toronto et présentée dans le magazine Science.

Les gènes des humains sont étonnamment semblables à ceux des grenouilles, des poulets et d’autres vertébrés. Toutefois, les protéines (éléments de base de la vie) auxquelles les gènes donnent naissance sont beaucoup plus diversifiées chez les mammifères que chez les oiseaux et grenouilles.

L’équipe de chercheurs a étudié une protéine appelée PTBP1, dont il existe deux formes : la première, présente chez les vertébrés inférieurs, déclenche un processus qui freine la transformation de cellules en neurones, qui composent le cerveau; la seconde, présente chez les humains, accroît la production de neurones. On ne peut pas être plus intelligent que ses gènes.

INNOVATION

Frein au déclin canadien

Après plusieurs décennies de faible performance et de déclin, le Canada s’améliore sur le plan de l’innovation, d’après l’étude How Canada Performs: Innovation du Conference Board.

Cette année, le Canada a obtenu une note globale de C et s’est classé 9e sur 16 pays, soit une amélioration par rapport à l’année dernière (note D et 13e rang).

Cette amélioration résulte de deux facteurs : les investissements en capital de risque, pour lesquels le Canada a bondi au 2e rang (14e en 2009), et l’ambition entrepreneuriale, une nouvelle mesure (le seul A du Canada) indiquant la proportion de la population qui déclare avoir des activités entrepreneuriales.

PROGRAMMES D’EMPLOI

Travailler à réduire le chômage


Le régime d’assurance-emploi du Canada a grand besoin d’une réforme, selon une étude de l’Institut de recherche en politiques publiques.

Actuellement, l’admissibilité à l’assurance-emploi et le montant des prestations sont calculés d’après la région de résidence (on compte 62 régions économiques) et le nombre d’heures travaillées. Cette façon de faire peut entraîner des différences importantes dans le traitement des dossiers. L’étude donne l’exemple d’un travailleur gagnant 560 $ par semaine en mai 2015. Au Cap-Breton, travailler 420 heures (12 semaines) lui vaudrait 264 $ pendant 30 semaines. À Saskatoon, il lui faudrait travailler 700 heures (20 semaines) pour obtenir 280 $ pendant 14 semaines.

Pour éliminer de tels écarts, les auteurs proposent d’uniformiser les prestations et leur durée partout au Canada.


À propos de l’auteur

Yan Barcelo


Yan Barcelo est journaliste dans la région de Montréal.

comments powered by Disqus

Faits saillants

Participez à ce rendez-vous annuel (en anglais) des dirigeants financiers d’OSBL pour obtenir des conseils sur la gestion de votre organisation et tirer parti des connaissances d’experts.

Notre Répertoire des cabinets de CPA vous permet de trouver des cabinets de CPA au Canada grâce à une carte interactive et à différents critères de recherche.