Le Netflix des services bancaires

Des entrepreneurs en technologie financière mobile fondent des banques en ligne.

Les services bancaires déçoivent, selon de nombreux entrepreneurs en technologie mobile, et c’est à Londres que les banques de l’avenir pourraient décoller, rapporte Bloomberg.

L’un des entrepreneurs en question? Tom Blomfield, fondateur de Mondo, une banque accessible par téléphone intelligent qui a demandé un permis d’exploitation au Royaume-Uni. Il énumère ses griefs : il faut des heures pour ouvrir un compte ou demander un prêt, les frais de découvert et d’utilisation d’une carte de crédit à l’étranger sont exorbitants, et les applications mobiles, rudimentaires. « Les banques sont des dinosaures », lance-t-il.

Selon M. Blomfield, les banques d’aujourd’hui sont comme Blockbuster Video, et les jeunes entreprises numériques, comme Netflix. Il veut rendre les services bancaires « aussi accessibles que le courriel », rapporte Bloomberg, et mieux adaptés à un public qui « aime tout faire sur un cellulaire, en cinq secondes ».

L’application prototype de Mondo « vous avertit en cas d’erreur », précise Bloomberg. Si vous perdez votre carte Mondo, vous la désactivez, et vous la réactiverez si vous la retrouvez. Vous pouvez même bloquer votre capacité de règlement par carte de crédit dans un pub en particulier. Si vous avez besoin d’emprunter, l’application indique combien coûte un prêt à court terme, au lieu d’imputer les frais après coup.

Au Royaume-Uni, depuis que George Osborne, qualifié de « féru de la technologie », est devenu chancelier de l’Échiquier, on est plus favorable aux banques en démarrage. L’an dernier, M. Osborne a déclaré vouloir faire de Londres « la capitale mondiale de la technologie financière » et prévoit que la Banque d’Angleterre délivrera au moins 15 nouveaux permis dans les cinq ans.