Investir à Cuba

Le dégel entre les États-Unis et Cuba encourage certains investisseurs, mais d’autres se méfient.

Comme le drapeau américain flotte devant l’ambassade des États-Unis à La Havane, certains investisseurs s’intéressent à Cuba, d’après The Fiscal Times.

Le fonds d’investissement Herzfeld Caribbean Basin a pris les devants. Il détient des parts de 60 sociétés qui évoluent ailleurs qu’à Cuba et qui pourraient bénéficier du dégel. Lancé en 1994, le fonds avait affiché une croissance de 52,17 %, mais depuis le 16 décembre 2014 – la veille du jour où le président Obama a annoncé le rétablissement des relations –, sa valeur a bondi de 31,94 %.

Le site Havana Cuba Business invite les investisseurs à « se préparer aux possibilités post-embargo et post-Castro ». Il met en valeur des sociétés ouvertes américaines, canadiennes et européennes, qui participent ou prévoient participer à des opérations axées sur Cuba.

D’après Gregory Biniowsky, fondateur de Havanada Consulting, Cuba présente de nombreux débouchés : les Américains ont désormais le droit d’y séjourner et l’embargo économique a été levé. On prévoit donc un essor du tourisme et une reprise économique. L’île compte la population la plus instruite d’Amérique latine; les crimes et la corruption politique y sont rares.

 D’autres investisseurs hésitent. Selon John Kavulich, président du US Cuba Trade and Economic Council Inc., à New York, les Américains « devraient laisser leur argent aux États-Unis. Trop sentimentaux, ils réagissent par idéal, se disant que Cuba tombe en ruine et a besoin d’eux. Nous tentons de tempérer leur élan. »

À propos de l’auteur

Yan Barcelo


Yan Barcelo est journaliste dans la région de Montréal.

comments powered by Disqus

Faits saillants

Le Canada célèbre son 150e anniversaire. Quant à nous, nous fêtons nos membres, les CPA canadiens. Dites-nous pourquoi vous portez avec fierté le titre canadien de CPA. C’est une fierté à partager : nous préparons une grande fête en juillet.

Participez à ce rendez-vous annuel (en anglais) des dirigeants financiers d’OSBL pour obtenir des conseils sur la gestion de votre organisation et tirer parti des connaissances d’experts.