Les baby-boomers battent en retraite

Okey Chigbo, le rédacteur en chef de CPA Magazine, présente les articles du numéro de novembre 2015

Au moment des premiers départs à la retraite des baby-boomers (la génération la plus nombreuse de l’histoire occidentale), experts et politiciens nous abreuvent de prédictions et d’études sur l’avenir du système de retraite. Leurs conclusions sont loin d’être claires, et le public s’en trouve désorienté. «Les gens n’épargnent pas assez pour leur retraite, et si nous ne faisons rien à ce sujet, une grave crise économique nous attend», affirmait il y a deux ans Kathleen Wynne, première ministre de l’Ontario.

Par ailleurs, Philip Cross, ancien analyste économique en chef de Statistique Canada, écrivait en 2014 dans The Reality of Retirement Income in Canada, une publication de l’Institut Fraser, que «la présente génération de retraités n’est touchée par aucune crise et que l’actuel système de revenu de retraite répond très bien aux besoins de la grande majorité des Canadiens».

Alors qui dit vrai à cette étape charnière où les baby-boomers semblent prêts à redéfinir le concept de retraite, dans la foulée des autres changements économiques et sociaux qu’ils ont amenés? Pour y voir plus clair, nous avons préparé un numéro spécial sur le sujet. Sans régler les questions soulevées par les affirmations de Mme Wynne et de M. Cross, ce numéro propose une vue d’ensemble de la situation et un examen de son évolution.

Pour notre principal article de fond («Exit»), Yan Barcelo, rédacteur-réviseur par intérim et spécialiste de l’économie, a interrogé des experts quant aux effets des départs massifs à la retraite sur les pays occidentaux, particulièrement les États-Unis et le Canada. Selon certaines données, la retraite des baby-boomers au Japon, qui a eu lieu plus tôt qu’en Occident, explique en partie la longue décennie de récession et de dépression qu’a connue le pays, autrefois leader des «Tigres asiatiques».

M. Barcelo pose la question de l’incidence de cet exode de travailleurs sur l’économie ainsi que sur les recettes et dépenses publiques. «Tous les économistes et prévisionnistes s’accordent à dire [qu’il] aura une incidence notable», mais de quelle ampleur? Lisez les avis des experts sur cette question cruciale qui pourrait nous concerner tous.

Depuis l’abolition de la retraite obligatoire dans la plupart des provinces, bien des gens choisissent de ne pas arrêter de travailler à 65 ans. Certains continuent même jusqu’à 80 ans, comme Larry Campbell, présenté par Susan Smith dans «Travailler après 65 ans». L’auteure s’interroge : la plupart des gens peuvent-ils travailler indéfiniment? Le corps humain peut-il supporter cela ou montre-t-il des signes d’usure à partir d’un certain âge? Les experts répondent, et bien évidemment, la question s’avère complexe. À lire.