Comptant, crédit ou nuage?

Le commerce électronique mobile devrait s’imposer lorsqu’Apple Pay sera offert au Canada plus tard cette année.

Selon l’indice de préparation aux paiements mobiles de MasterCard, les Canadiens sont prêts à faire ce type de paiements, mais ils n’ont pas les outils nécessaires. Cette situation est sur le point de changer. Le commerce électronique mobile devrait s’imposer lorsqu’Apple Pay sera offert au Canada plus tard cette année. Apple n’est pas le seul acteur — Samsung Pay et des applis compatibles avec Android Pay de Google seront aussi offerts bientôt —, mais il devrait être le premier. Au pays, RBC a mis au point une solution infonuagique novatrice qui relie les téléphones intelligents au nuage pour approuver et traiter des paiements, mais sans divulguer les données des clients aux détaillants, aux fabricants de téléphones ou aux opérateurs mobiles. RBC espère tirer parti de cet important facteur de différenciation pour se tailler une place de choix sur le marché mondial.

Cette course aux parts de marché n’est pas surprenante : les paiements mobiles devraient atteindre 721 G$ US d’ici 2017. C’est aussi pourquoi Rogers Communications détient un permis de banque de l’annexe I. Préparez-vous à l’arrivée en force des paiements mobiles. Voici ce que vous devez savoir :

Paiements mobiles et portefeuilles numériques – Essentiellement, ces systèmes stockent des données de façon sécurisée pour le traitement des paiements (débit ou crédit), des cartes de fidélité et des coupons numériques, éliminant ainsi le recours aux portefeuilles et aux cartes de toutes sortes.

Fonctionnement – Une appli utilisant la communication en champ proche, combinée à une nouvelle puce de sécurité, transfère les données de façon sûre par segmentation en unités (transmission d’un numéro d’identification plutôt que des renseignements sur la carte, qui sont stockés dans une chambre forte virtuelle) vers un terminal de point de vente, qui traite ensuite le paiement comme pour une carte physique. Il peut être nécessaire de balayer votre doigt ou d’entrer un NIP pour approuver la transaction. (La communication en champ proche, la puce de sécurité et la segmentation en unités feront l’objet d’une future chronique.)

Nécessité – La sécurité sera accrue, comparativement aux cartes physiques. Même si les brèches de données font les manchettes, les transactions mobiles sont plutôt sûres. Oui, le service Apple Pay offert sur l’iPhone 6, l’iPad Air 2 et l’iPad mini 3, et bientôt sur l’Apple Watch récemment annoncée, a été touché par une série de transactions frauduleuses. Toutefois, Apple et son système de paiement n’y étaient pour rien. Les fraudeurs ont utilisé des numéros de cartes volées pour effectuer les achats; ce sont donc les protocoles de vérification des banques qui étaient en cause. Comme Apple Pay ne divulgue jamais votre numéro de carte aux commerçants, des fraudeurs n’obtiendraient que des données inutilisables. En cas de vol ou de perte de votre iPhone ou iPad, le service de localisation d’Apple vous permet d’activer le mode Perdu, ce qui désactive Apple Pay, ou même d’effacer tout le contenu de l’appareil.

Dans une entrevue publiée par PYMNTS, la plateforme interentreprises et source d’information pour tout ce qui concerne les paiements, Linda Mantia, vice-présidente directrice, Solutions cartes et paiements à RBC, a dit : « Au cours des prochaines années, nous assisterons à la convergence des services mobiles et d’Internet. Les clients pourront faire plus que des paiements. Ils disposeront d’une solution en ligne à flux unique leur permettant d’utiliser des points de fidélité (accumulation, échange) et des cartes-cadeaux (ajout, recharge, vérification de solde) ainsi que de recevoir des offres et des reçus électroniques de leurs commerçants préférés. Un jour, le client n’aura plus besoin d’avoir de l’argent ou des cartes sur lui. »

Je l’imagine déjà. Vous attendez en file à la caisse. La personne qui vous précède discute au téléphone des suggestions d’achats de dernière minute fournies par sa tablette. Et comment règle-elle ses achats? Avec sa montre!

À propos de l’auteur

Dwayne Bragonier


Dwayne Bragonier, CPA, CA, CA•Ti, est président de BAI Bragonier & Associates inc. et le créateur de la méthode. On peut le joindre à dwayne.bragonier@bragonier.com.

comments powered by Disqus

Faits saillants

Le Canada célèbre son 150e anniversaire. Quant à nous, nous fêtons nos membres, les CPA canadiens. Dites-nous pourquoi vous portez avec fierté le titre canadien de CPA. C’est une fierté à partager : nous préparons une grande fête en juillet.

Participez à ce rendez-vous annuel (en anglais) des dirigeants financiers d’OSBL pour obtenir des conseils sur la gestion de votre organisation et tirer parti des connaissances d’experts.