Résultats du sondage sur les investissements technologiques

Le sondage 2015 de CPA Magazine sur les investissements technologiques révèle que les lecteurs sont en général satisfaits de leurs investissements.

La constitution de dossiers justificatifs pour des investissements technologiques n’est pas chose facile et peut même nuire à la carrière. Il peut donc être utile de tirer profit de l’expérience de nos pairs pour monter un dossier justificatif. 

Voilà pourquoi nous avons décidé à CPA Magazine de mener notre propre sondage sur la satisfaction en matière d’investissements technologiques. Ce sondage s’est tenu de janvier à avril 2015, et peut être consulté à cpacanada.ca/mag-sondageTI2015.

QUESTIONS

Le sondage comprenait des questions sur les investissements relatifs aux progiciels de gestion intégrés (PGI), aux systèmes de gestion de la relation client (GRC) et aux systèmes d’informatique décisionnelle (ID). Nous avons choisi ces produits essentiellement parce que leur utilisation est très répandue et qu’ils sont l’objet de nos sondages auprès des différents fournisseurs depuis de nombreuses années. Nous avons également posé des questions sur le secteur d’activité, la taille de l’entreprise, le système utilisé, le déploiement (en local ou en nuage), les coûts, la satisfaction à l’égard de la mise en œuvre, la satisfaction à l’égard des avantages, et les leçons apprises. Nous avons utilisé l’échelle de satisfaction suivante : 5 = Très satisfait, 4 = Satisfait, 3 = Neutre, 2 = Insatisfait, 1 = Très insatisfait, Sans objet.

RÉSULTATS

Avant tout, nous avons constaté que la plupart des organisations sont en général satisfaites à l’égard de la mise en œuvre de leurs systèmes, comme le montre le graphique ci-dessous. C’est en matière de fonctionnalité et de fiabilité que les répondants sont les plus satisfaits, ces deux critères ayant obtenu une moyenne de 4 points. La production de rapports et le soutien sont les éléments qui satisfont le moins les répondants, avec une moyenne de 3,33 points.

 RÉSULTATS

Les résultats globaux sont d’autant plus encourageants que nous entendons davantage parler de mises en œuvre ratées que de réussites. Les systèmes sont enfin plus faciles d’utilisation et les fournisseurs ont appris, parfois à la dure, comment les mettre en œuvre. Les fournisseurs veulent développer une relation à long terme avec leurs clients pour obtenir des revenus récurrents provenant des frais d’entretien et d’hébergement. Par ailleurs, ils ont besoin que leurs clients leur servent de références auprès des futurs acheteurs, qui demandent souvent au moins deux références avant de prendre une décision.

De nombreux répondants ont par ailleurs estimé avoir obtenu un rendement du capital investi, mais la plupart d’entre eux provenaient de petites entreprises où l’investissement avait été modeste et le rendement, rapide. Le rendement du capital investi est plus insaisissable dans les moyennes et grandes entreprises. Mais même sans un tel rendement, de nombreuses organisations investissent quand même dans les technologies car elles en retirent d’autres avantages plus intangibles, mais importants pour elles, par exemple une amélioration des processus décisionnels ou du service à la clientèle. Voir le graphique ci-dessous.

RÉSULTATS 

Bien que les raisons citées ci-dessus soient importantes, nous avons constaté que la raison première pour laquelle les organisations investissent dans les technologies est le fait qu’elles considèrent ne pas avoir le choix. Ce peut être le cas lorsque la maintenance du système en place n’est plus assurée, ou lorsque l’entreprise a connu des changements dans les services qu’elle offre ou dans le volume d’activités.

Certains commentaires sur les leçons apprises par les répondants sont également intéressants. Ils ont notamment parlé :

  • de l’importance de passer du temps dès le départ pour bien comprendre le système et éviter ainsi des coûts additionnels au cours de la mise en œuvre;
  • de l’importance d’avoir des ressources appropriées;
  • du fait que les nouveaux systèmes ont énormément évolué par rapport aux systèmes d’origine.

Nous avons également tiré des leçons de ce sondage. Par exemple, nous essaierons de raccourcir le sondage la prochaine fois de manière à encourager un meilleur taux de réponse. N’hésitez pas à nous envoyer vos suggestions et commentaires. 


À propos de l’auteur

Michael Burns


Michael Burns, MBA, CPA, CA, est président de 180 Systems (180systems.com), cabinet-conseil indépendant dont les services comprennent notamment l’analyse des processus, la sélection de systèmes, la constitution de dossiers justificatifs et la gestion de projet.

comments powered by Disqus

Faits saillants

Mettez vos connaissances à jour et élargissez votre réseau grâce à ce colloque à ne pas manquer (en anglais), qui porte sur les questions et tendances essentielles pour les membres des comités d’audit.

Dans votre entourage se tapit sûrement une personne surendettée. Si vous êtes observateur, vous reconnaîtrez l’un ou plusieurs de ces symptômes.