L'innovation au Canada

D’un océan à l’autre, des entreprises développent des technologies de pointe qui changeront notre mode de vie. Canada, voici l’avenir!

La technologie évolue à un rhytme vertigineux. Le premier ordinateur personnel qui s’est révélé un succès auprès du grand public a vu le jour en 1977. Moins de 15 ans plus tard, Internet rendait possible la connexion entre des ordinateurs du monde entier. Aujourd’hui, un appareil qui tient dans la main peut servir à la fois d’ordinateur, d’appareil photo, de chaîne stéréo, de carte de crédit, de clés, etc.

On dit qu’il y a eu autant de progrès technologiques au cours des deux premières décennies du XXe siècle que pendant tout le siècle précédent. Et les prévisionnistes croient que le XXIe siècle verra autant de bouleversements technologiques qu’en ont connus les vingt derniers millénaires.

Des entreprises et des particuliers prendront les devants. Certaines innovations viendront du Canada. Découvrez dans les pages qui suivent des sociétés canadiennes d’avant-garde à l’origine de procédés et de produits qui transformeront nos façons de cultiver la terre, de nous alimenter, de travailler, de communiquer, de faire des courses et de préserver notre planète.

VÉHICULES SANS PILOTES : De la Terre aux étoiles

L'AVENIR

Grâce à la robotique, les tâches très monotones, malpropres et dangereuses seront de plus en plus automatisées.

LES FOURNISSEURS

Lancée en 2009 par quatre étudiants en génie de l’Université de Waterloo, l’entreprise Clearpath Robotics Inc., de Kitchener, est un leader mondial du secteur des véhicules sans pilote. Spécialisée en mécatronique (discipline alliant la mécanique, l’électronique, l’informatique et la conception de systèmes), elle a mis au point des technologies pour faciliter la cartographie des mines, la surveillance des ports et le contrôle des bassins à résidus du champ pétrolifère albertain.

À Sudbury, une autre entreprise, Deltion Innovations Ltd., crée des outils spatiaux révolutionnaires. Elle collabore avec l’Agence spatiale canadienne et la NASA pour fabriquer des outils de forage en vue d’une mission au pôle Sud de la Lune, qui pourrait avoir lieu dès 2018.

LES PERSPECTIVES

Clearpath Robotics compte plus de 75 employés et travaille dans une trentaine de pays, notamment avec l’Agence spatiale canadienne, la marine américaine, Intel et Honda. En juillet dernier, elle a vendu son millième robot. « Dans l’avenir, on achètera sa première voiture, sa première maison, puis son premier robot », a déclaré Matt Rendall, cofondateur de Clearpath Robotics.

Dans l’espoir de participer aux missions de prospection de la NASA, Deltion Innovations est en train de mettre au point un véhicule sans pilote doté d’un foret capable d’extraire un échantillon dans une atmosphère quasi sans matière et à une température de moins 180 degrés Celsius. Des éléments qui sont rares sur Terre peuvent être abondants sur la Lune ou sur des astéroïdes, lesquels sont souvent riches en métaux (fer, nickel et cobalt) et peuvent contenir des traces d’éléments précieux (or, platine, rhodium).

BIOMÉTRIE : La clé de l’univers numérique

Bracelet à capteurs 

L'AVENIR

Oubliez vos mots de passe, NIP et passeports. Des lecteurs biométriques portables (qui reconnaissent les caractéristiques physiques comme la rétine) vous permettront de confirmer votre identité à votre tablette ou à votre téléphone, ce qui vous facilitera la vie au moment d’effectuer des paiements, de réserver un siège dans un avion ou une chambre dans un hôtel, ou de franchir des frontières.

LES FOURNISSEURS

La société torontoise Nymi Inc. a mis au point un bracelet muni de capteurs qui produisent un électrocardiogramme (ECG) et enregistrent l’activité électrique du cœur de l’utilisateur. Cet ECG sert d’identifiant unique par lequel l’utilisateur peut à distance déverrouiller tous ses appareils, faire ses paiements, etc. Le bracelet est désactivé quand l’utilisateur l’enlève. Il est réactivé par un nouvel ECG.

LES PERSPECTIVES

Fondée il y a trois ans, Nymi s’est associée à la Banque Royale et à MasterCard afin de piloter l’authentification biométrique des paiements. La société a ensuite expédié son bracelet à des développeurs pour les inviter à créer de nouvelles applications en lien avec cette technologie. Le bracelet est offert en précommande, mais on ignore quand il sera lancé sur le marché.

SPECTROSCOPIE : Toute la lumière sur nos aliments

Détecteur Tellspec 

L'AVENIR

Dans une usine de transformation d’aliments, un inspecteur pointe vers des échantillons un capteur manuel dont le faisceau lumineux cherche des traces de contamination. Lors d’une fête d’enfants, une mère scanne un plateau de biscuits pour s’assurer que sa fille, allergique aux noix, ne court aucun danger. Ces scénarios pourraient bientôt se réaliser grâce à un « tricordeur » (style Star Trek), soit un petit appareil qui détectera les calories, les éléments nutritifs, les allergènes et les produits chimiques dans les aliments et les boissons.

LES FOURNISSEURS

Fondée à Toronto en 2013 à la suite d’une campagne de financement participatif qui a recueilli plus de 385 000 $, TellSpec Inc. met à l’essai un scanneur d’aliments destiné au grand public, qu’elle prévoit lancer cette année. L’appareil contient un spectromètre qui mesure les variations de la lumière qu’un objet renvoie lorsqu’un faisceau lumineux est dirigé sur lui. Ces signaux numériques, ou spectres, identifient les composés chimiques des denrées. L’appareil transmet, sans fil, les spectres à un téléphone intelligent qui traite l’information, l’interprète et l’affiche à l’écran.

LES PERSPECTIVES

Le scanneur d’aliments TellSpec est offert en précommande à 349 $ US. Le fabricant précise que l’appareil ne repère encore que les calories, les macronutriments et les ingrédients, ainsi que certains produits chimiques et certains allergènes dans des aliments simples non emballés. Mais il ajoute que sa capacité de détection augmentera avec le temps.

COMMANDE GESTUELLE : Le monde à portée de la main

Brassard 

L'AVENIR

Lorsque vous utilisiez un ordinateur de bureau, la souris était un outil tout à fait adéquat pour déclencher une opération à l’écran. Mais les portables et autres appareils informatiques omniprésents dans notre quotidien requièrent de nouvelles façons de transmettre les commandes. Exemple : de simples mouvements de la main pourraient permettre de régler le volume d’un lecteur de musique.

LES FOURNISSEURS

Fondée en 2012 par trois diplômés en génie de l’Université de Waterloo, Thalmic Labs veut intégrer davantage la technologie à la vie courante. Son brassard de commande gestuelle Myo, lancé l’an dernier, était très attendu : plus de 10 000 développeurs ont déjà fait connaître leur intention de créer des applications compatibles avec Myo. Des capteurs intégrés au brassard détectent des signaux électriques dans les muscles de l’avant-bras de l’utilisateur, ce qui permet au brassard de reconnaître certains mouvements ou positions de la main et de lancer, à distance, des commandes à l’ordinateur, au téléphone ou à d’autres appareils.

LES PERSPECTIVES

Vendu 199 $ US, le brassard Myo vise le grand public, mais pourrait s’imposer dans d’autres domaines (jeux, santé, médecine, armée, fabrication, etc.). « Nous voulons utiliser la technologie pour améliorer les capacités humaines », dit Stephen Lake, cofondateur et chef de la direction de Thalmic Labs. L’entreprise s’est associée à Augmedix, de San Francisco, pour aider les médecins à enregistrer des données pendant l’examen de patients. Elle mène d’autres essais pour aider les chirurgiens à accéder à des images médicales en salle d’opération.

ÉNERGIE DE FUSION : L’activité du Soleil, un processus à imiter

Le soleil 

L'AVENIR

La fusion reproduit, sur Terre, l’activité du Soleil. Des noyaux d’hydrogène entrent en collision, fusionnent en atomes d’hélium et produisent une énergie qui coûte moins cher, par kilowatt, que le charbon. Le processus ne crée ni pollution ni gaz à effet de serre et, contrairement à la fission nucléaire, il ne génère pas de déchets radioactifs. La fusion offrira au monde une nouvelle énergie durable, sûre et sécuritaire. Le hic : elle ne fonctionne encore qu’en laboratoire.

LES FOURNISSEURS

Alors que de nombreux pays ont investi des milliards de dollars dans des projets expérimentaux en matière d’énergie de fusion, l’entreprise General Fusion, de Burnaby (C.-B.), entend trouver, avec ses 60 chercheurs, « la voie la plus rapide, la plus pratique et la moins coûteuse vers la commercialisation de l’énergie de fusion ». Les investisseurs (dont le fondateur d’Amazon.com, Jeff Bezos), qui ont englouti 55 M$ US dans l’entreprise, misent sur son système de fusion à cible magnétisée : des pistons percuteurs produisent une onde de choc qui chauffe à plus de 150 millions de degrés Celsius un gaz (plasma) contenu au moyen d’aimants dans une sphère de trois mètres. Surchauffé par la réaction de fusion, le plomb fondu est alors pompé au moyen d’un échangeur de chaleur pour produire de la vapeur qui fait tourner des turbines, comme dans une centrale ordinaire au gaz ou au charbon.

LES PERSPECTIVES

Créée en 2002, General Fusion a mis à l’essai les éléments de cette technologie et espère construire cette année un prototype de réacteur commercial pour 2020.

RECHERCHE VISUELLE : La reconnaissance d’images

Slyce sur téléphone intelligent 

L'AVENIR

Vous croisez sur la rue une personne dont les chaussures vous font envie. Avec votre téléphone intelligent, vous prenez une photo. Votre écran affiche aussitôt la marque et le modèle, ou un article très semblable, que vous pouvez acheter en un simple clic.

LES FOURNISSEURS

Slyce vous permet de trouver et d’acheter instantanément l’article désiré grâce à sa technologie de reconnaissance d’images. Lancée en 2012, Slyce a mis au point un logiciel de recherche visuelle pour le magasin de luxe Neiman Marcus. Selon le directeur du marketing du magasin, cette technologie « révolutionnera le commerce de détail ». L’an dernier, Slyce a lancé Pounce, une application qui permet de trouver et d’acheter sur-le-champ des articles dans les plus grands magasins de détail nord-américains.

LES PERSPECTIVES

Slyce a recueilli 28 M$ et collabore avec certains des plus grands détaillants du monde, dont Walmart, Target et Best Buy. L’an dernier, elle s’est associée à Screenvision pour mettre au point des applications qui permettraient aux cinéphiles d’acheter avec leur téléphone intelligent des articles qu’ils viennent de voir à l’écran. Autres applications potentielles : l’accès à des renseignements sur les plantes et les animaux, sur des propriétés immobilières, etc.

AGRICULTURE VERTICALE : La culture en hauteur

Ferme cubique 

L'AVENIR

L’agriculture en ville ou en terrain non arable offrira des coûts de main-d’œuvre et d’énergie moindres, consommera 94 % moins d’eau et produira infiniment plus que les exploitations ordinaires, par la culture en hauteur plutôt qu’en étendue.

LES FOURNISSEURS

Urban Barns Foods Inc., de Mirabel (QC), a ouvert l’an dernier la première « ferme cubique » commerciale du monde et prévoit cultiver 475 laitues pommées dans un espace où d’autres exploitations agricoles n’en produiraient pas deux. L’entreprise cultive tout près de Montréal du basilic, de la laitue et d’autres herbes et légumes verts à partir de graines semées sur des courroies transporteuses verticales qui tournent dans un milieu contrôlé, sous un éclairage DEL conçu pour maximiser la taille et la qualité des légumes. « Qu’on la cultive de cette manière ici, en Australie ou en Arabie saoudite, on obtient la même plante », affirme Mark Lefsrud, professeur agrégé en génie des bioressources à l’Université McGill et collaborateur d’Urban Barns. « Nous n’avons pas besoin des pesticides, des herbicides ou des produits chimiques synthétiques qu’utilisent les exploitations ordinaires et certaines serres. »

LES PERSPECTIVES

En mars dernier, Urban Barns a commencé à approvisionner en produits agricoles certains supermarchés Sobeys situés dans la région de Montréal. D’ici la fin de l’année, elle espère prendre de l’expansion à Québec, à Ottawa, à Toronto de même que sur certains marchés aux États-Unis.

 

Inventions Canadiennes

Des entreprises et des particuliers canadiens ont contribué à la mise au point de nombreux produits et procédés révolutionnaires, dont les suivants :

1853: La corne de brume

1874: L'ampoule électrique

1876: Le téléphone

1879: L'heure normale

1892: Le four électrique

1894: Le pistolet à calfeutrer

1906: La radio AM

1909: Le vis à empreinte carrée

1922: L'insuline comme traitement du diabète

1925: La souffleuse à neige

1930: La céréale pour bébé Pablum

1931: Le plexiglas

1932: Le nettoyeur pour le four Easy-Off

1938: La moissonneuse-batteuse automotrice

1938: Le microscope électronique

1939: Le soutien-gorge Wonderbra

1940: Le rouleau à peindre

1941: La combinaison anti-gravité

1942: L’émetteur-récepteur portatif

1948: Le synthétiseur électronique

1948: Le Jolly Jumper

1949: Le téléavertisseur

1949: Le stimulateur cardiaque externe

1950: Le sac à ordures vert

1950: Le traitement anti-cancer au cobalt 60

1954: La pile alcaline

1954: Le fauteuil roulant électrique

1955: La reprise instantanée

1957: La poignée rétractable de contenant à bière

1959: La motoneige

1959: Le masque de gardien de but de hockey (goalie mask)

1959: L’indicateur de de position d’écrasement

1962: La purée de pommes de terre instantanée

1968: Le format de pellicule IMAX

1971: La main prothétique

1974: L’animation par image clé

1981: Le télémanipulateur canadarm

1985: Le détecteur de vapeurs explosives

1991: Le langage de programmation Java

1999: Le terminal mobile BlackBerry

2010: Le moteur diesel au gaz naturel à injection directe sous haute pression

2011: Le premier ordinateur quantique commercialisé

À propos de l’auteur

Steve Brearton


Steve Brearton est rédacteur indépendant à Toronto.

comments powered by Disqus

Faits saillants

Le Canada célèbre son 150e anniversaire. Quant à nous, nous fêtons nos membres, les CPA canadiens. Dites-nous pourquoi vous portez avec fierté le titre canadien de CPA. C’est une fierté à partager : nous préparons une grande fête en juillet.

Participez à ce rendez-vous annuel (en anglais) des dirigeants financiers d’OSBL pour obtenir des conseils sur la gestion de votre organisation et tirer parti des connaissances d’experts.