L’infonuagique : sa vraie nature

Beaucoup de gens ignorent encore le sens du terme « nuage » ou les façons d’utiliser l’infonuagique. Voici une initiation et un bref sondage.

Joe, un dentiste de l’Iowa, a perdu son iPhone l’an dernier au Maroc, alors qu’il visitait des ruines. Il était bouleversé, car son téléphone contenait les coordonnées de tous ses contacts et ses photos de voyage. Mais un appel à son fournisseur de téléphonie cellulaire plus tard, il était rassuré. « Aucun problème, a dit le représentant. À votre retour, vous pourrez acheter un nouveau téléphone et récupérer la liste de vos contacts : elle est dans le nuage. »

Joe ignorait ce que signifie « dans le nuage » (et l’ignore toujours, d’ailleurs). Il était simplement ravi de savoir qu’il allait pouvoir récupérer ses données. Et en fin de compte, son nouveau téléphone contenait non seulement la liste de ses contacts, mais également ses photos et ses textos. « Mes données étaient toutes là, raconte-t-il. J’étais stupéfait. »

À l’instar de Joe, beaucoup de gens pourraient tirer profit de l’infonuagique, mais ils ne savent pas comment l’utiliser – et c’est particulièrement vrai en entreprise. 

Nous avons donc décidé de vous présenter un bref aperçu de ce qu’est l’infonuagique, afin de vous aider à déterminer si elle convient à vos besoins d’affaires. Nous avons également préparé un bref sondage pour savoir combien d’entre vous utilisent l’infonuagique en entreprise et, le cas échéant, de quelle façon.

QU’EST-CE QUE LE NUAGE?

D’où vient le terme « nuage »? Selon le site webopedia, il s’agit simplement d’une métaphore qui désigne Internet. En infonuagique, on accède aux applications et aux services sur le Web plutôt que sur son disque dur. Autrement dit, on utilise un réseau de serveurs distants accessible par Internet (le nuage) pour enregistrer, gérer et traiter les données, plutôt qu’un serveur local ou un ordinateur personnel.

Le fournisseur des services infonuagiques entretient l’ensemble des serveurs et de l’infrastructure, et on « loue » l’espace de stockage ou les services utilisés. Par exemple, dans le cas d’une application, il faut stocker les logiciels et les données, comme les opérations au grand livre général et les soldes des comptes. L’accès au logiciel est partagé, mais les données sont propres à votre entreprise.

La plupart d’entre nous utilisent l’infonuagique d’une façon ou d’une autre. Quand on sauvegarde des données sur Internet à partir de Microsoft OneDrive ou de Google Drive, c’est le nuage. Quand on utilise des applications comme Facebook ou LinkedIn, c’est encore le nuage. Dans le cas de Joe, ses photos et sa liste de contacts ont sans doute été conservées parce que la synchronisation était activée sur son iPhone.

Quand on utilise Facebook, Google Drive ou tout autre logiciel grand public, on ne paie pas la « location » des services comme on le ferait pour une application d’entreprise. Pourquoi? Parce que le fournisseur tire son revenu d’autres sources, comme la publicité ou la vente de services supplémentaires.

TYPES DE NUAGES

Plusieurs types de systèmes infonuagiques sont offerts, notamment :
  • Logiciel-service : un fournisseur ou un tiers héberge une application. Exemples : Microsoft Office 365, Google Apps, NetSuite et Salesforce. Au cours des premières années d’utilisation, le logiciel-service coûte habituellement moins cher que l’application sous licence, car on paie des frais mensuels ou annuels, souvent en fonction du nombre d’utilisateurs. À long terme, il peut toutefois s’avérer plus coûteux. Les logiciels-services sont extrêmement répandus de nos jours. Selon le magazine Forbes, le marché mondial du logiciel-service devrait passer de 49 G$ US en 2015 à 67 G$ US en 2018.
  • Plateforme-service : un fournisseur ou un tiers héberge une plateforme pour que ses clients développent leurs propres applications ou ajoutent des fonctionnalités à une application existante. Par exemple, Salesforce et NetSuite fournissent les outils nécessaires au développement de modules supplémentaires pour combler des besoins uniques auxquels leurs produits ne répondent pas au départ.
  • Infrastructure-service : un fournisseur, comme Amazon EC2, Windows Azure, Rackspace ou Google Compute Engine, héberge une infrastructure de serveurs, de données et de réseaux qui peut servir à n’importe quelle fin. Votre entreprise n’a donc plus besoin de matériel informatique coûteux, de l’espace qu’il occupe et des techniciens qui l’entretiennent. Selon le magazine Forbes, le marché de l’infrastructure-service devrait atteindre 16,5 G$ US cette année – une hausse de 32,8 % par rapport à 2014.

NUAGES PUBLICS ET PRIVÉS

Un système infonuagique peut être public ou privé.

Public : diverses organisations partagent une même plateforme ou application. Exemples : NetSuite et Salesforce. Si le logiciel est mis à jour automatiquement par le fournisseur, il s’agit d’un nuage public.

Privé : une seule organisation utilise la plateforme ou l’application. L’entreprise exerce un plus grand contrôle sur ses données et celles de ses clients. Par exemple, de nombreux progiciels de gestion intégrés sont uniquement offerts en version privée.

Généralement, les nuages publics sont moins coûteux à entretenir, tandis que les nuages privés offrent plus de contrôle et de souplesse. On peut également avoir recours à un nuage hybride, pour sauvegarder certaines données dans un nuage privé ou sur place (serveur local) et d’autres dans un nuage public.

LE NUAGE VOUS CONVIENT-IL?

Bien que répandue, l’infonuagique comporte des limites. Voici certaines raisons qui peuvent inciter une entreprise à ne pas y recourir :
  • Les informations de l’entreprise pourraient être stockées dans un pays étranger dont les lois sont déficientes en matière de protection et de confidentialité des données.
  • L’entreprise pourrait ne pas vouloir sauvegarder ses données, ou ses actifs attrayants, hors site.
  • Le choix de systèmes peut être réduit, parce que certains ne sont pas encore adaptés à l’infonuagique.
  • L’infonuagique repose sur l’accès Internet, ce qui peut constituer un obstacle dans certaines régions.
  • L’entreprise risque de ne pas pouvoir modifier le code source pour personnaliser le logiciel si d’autres organisations utilisent le même système.
  • Les coûts peuvent s’accumuler au fil du temps et finir par dépasser les coûts d’une solution en utilisation locale, sous licence.

SONDAGE SUR LE NUAGE

Avez-vous déjà recours à l’infonuagique? Nous aimerions le savoir. Veuillez répondre à notre sondage ici.

Si vous utilisez déjà l’infonuagique, nous aimerions connaître votre degré de satisfaction.

Le sondage porte principalement sur la gestion des ressources d’entreprise, du temps, de la facturation et de la relation client, mais vous pouvez nous faire part des autres applications et services que vous utilisez. Il ne porte sur aucun renseignement confidentiel et quelques minutes suffisent pour y répondre. Nous publierons les résultats dans un numéro à venir de CPA Magazine.

Veuillez répondre au sondage d’ici le 30 janvier 2016. Nous avons hâte de vous lire!

À propos des auteurs

Michael Burns


Michael Burns, MBA, CPA, CA, est président de 180 Systems (180systems.com), cabinet-conseil indépendant dont les services comprennent notamment l’analyse des processus, la sélection de systèmes, la constitution de dossiers justificatifs et la gestion de projet.

Margaret Craig-Bourdin


Margaret Craig-Bourdin, M.A., DEA, DESS, est rédactrice en chef, édition Internet, pour CPA Magazine.

comments powered by Disqus

Faits saillants

Pour ne rien manquer des principales mesures du #budget2017, suivez CPA Canada sur les médias sociaux et regardez notre vidéo en direct.

Notre Répertoire des cabinets de CPA vous permet de trouver des cabinets de CPA au Canada grâce à une carte interactive et à différents critères de recherche.

Présenté par CPA Canada et CPA Ontario, le congrès national UNIS (en anglais) est un rendez-vous annuel incontournable qui propose un programme multidisciplinaire approfondi à tous les CPA qui souhaitent rester maîtres du jeu.