Arnaques en tous genres – décembre 2015

Deux vedettes du FC Barcelona sont accusées d’évasion fiscale, tandis qu'un prétendu spécialiste du renseignement a récemment été arrêté pour fausses déclarations et fraude électronique.

JOUEURS DÉJOUÉS

Fiscalité de l'image

Dans le cadre de la lutte que mène l'état espagnol contre les fraudeurs bien en vue, deux vedettes du FC Barcelona sont accusées d’évasion fiscale. Lionel Messi, nommé meilleur joueur mondial de la FIFA à quatre reprises, subira un procès pour avoir caché au fisc des revenus publicitaires perçus entre 2007 et 2009, soit quelque 4,1 M€ (5,7 M$), en ayant recours à des sociétés étrangères. S’il est reconnu coupable, Messi est passible d’une peine maximale de 22 mois de prison. Son coéquipier Javier Mascherano, lui, est accusé de fraudes totalisant 1,5 M€ en revenus non déclarés provenant de ses droits à l’image. Il a déjà remboursé les impôts rétroactifs et près de 200 000 € en intérêts.

BROUILLER LES PISTES

Fraudeur en excursion

 


James Hammes, comptable de 53 ans du Kentucky, a littéralement disparu dans la nature après avoir été interrogé en 2009 par son employeur, l’embouteilleur G&J de Pepsi-Cola, au sujet de fonds manquants de 8,7 M$ US. Il s’est engagé sur le sentier des Appalaches, sous l’identité d’un randonneur nommé « Bismarck ». Le FBI l’a arrêté cet automne dans une petite auberge de Virginie. Hammes avait été dénoncé par un autre randonneur qui l’avait reconnu dans un épisode de l’émission American Greed.

JOUER À L'ESPION

Filature? Non, imposture.

Wayne Simmons, prétendu spécialiste du renseignement fréquemment invité à Fox News, affirmait avoir travaillé à la CIA de 1973 à 2000. Il a été arrêté pour fausses déclarations, fraude grave contre les États-Unis et fraude électronique. Simmons utilisait son prétendu emploi à la CIA pour tenter d’obtenir des autorisations de sécurité et travailler comme entrepreneur pour la Défense. S’il est jugé coupable, Simmons encourt une peine de 35 ans de prison pour l’ensemble des accusations.

ÉPARGNE VIRTUELLE...

...arnaque bien réelle

Le Bitcoin vient de franchir la triste étape d’une première fraude criminelle américaine liée à la cryptomonnaie. Trendon Shavers, du Texas, faisait miroiter des rendements quotidiens de 1 % aux investisseurs, qui ont confié 4,5 M$ US à sa société, Bitcoin Savings and Trust, en 2011 et 2012. Il s’agissait en fait d’une pyramide de Ponzi. Shavers a plaidé coupable à des accusations de fraude et attend la sentence.

ACHETER LE DROIT D'ÊTRE ESCROQUÉ

Étalage de fraude

Un ressortissant nigérian de Toronto a été condamné à douze ans et demi de prison aux États-Unis pour avoir extorqué 13 M$ US dans une fraude massive par courriel, de 2008 à 2013. Alex Sualim recrutait ses victimes américaines en leur offrant la possibilité d’agir comme distributeur d’un produit fictif et leur demandait une avance de fonds pour conclure l’accord. Peu discret, Sualim vit dans un palace à Toronto, où il fait étalage de voitures de luxe.

À propos de l’auteur

Tamar Satov


Tamar Satov est directrice de la rédaction à CPA Magazine.

comments powered by Disqus

Faits saillants

Mettez vos connaissances à jour et élargissez votre réseau grâce à ce colloque à ne pas manquer (en anglais), qui porte sur les questions et tendances essentielles pour les membres des comités d’audit.

Dans votre entourage se tapit sûrement une personne surendettée. Si vous êtes observateur, vous reconnaîtrez l’un ou plusieurs de ces symptômes.