Action fantôme

Une nouvelle recherche en physique quantique révèle que des objets éloignés peuvent interagir instantanément.

« Dieu ne joue pas aux dés avec l’univers. » Par cette phrase célèbre, Albert Einstein rejetait l’un des fondements de la théorie quantique : des objets éloignés peuvent influencer instantanément le comportement l’un de l’autre. C’est ce qu’on appelle souvent le principe de l’intrication quantique.

Aujourd’hui, des scientifiques de l’Université de technologie de Delft (Pays-Bas) semblent avoir démontré de manière définitive que le principe d’intrication est bel et bien fondé, rapporte l’édition internationale du New York Times.

La nouvelle recherche met encore une fois à mal le principe de « localité » à la base de la physique classique. En vertu de ce principe, un objet ne peut subir l’influence que des phénomènes présents dans son environnement immédiat. Or, selon le principe de l’intrication quantique, deux objets peuvent interagir instantanément même s’ils sont très éloignés l’un de l’autre; c’est ce qu’Einstein appelait l’« action fantôme à distance ».

L’intrication est l’un des postulats fondamentaux de la mécanique quantique, qui étudie ce que le New York Times appelle « un monde étrange formé d’un tissu de particules subatomiques, où la matière ne prend forme que lorsqu’elle est observée et où l’on peut aussi bien avancer que reculer dans le temps ».  

Depuis les années 1970, on a tenté de prouver par de nombreuses expériences que l’intrication quantique existe; la plupart du temps, cependant, une variable ou une autre s’appuyait sur des notions de physique classique. Cette fois-ci, l’expérience réalisée par les chercheurs de l’Université de Delft excluait toute variable cachée pouvant s’expliquer par les lois de la physique classique.

Les chercheurs ont placé à 1,3 kilomètre de distance deux diamants renfermant de minuscules pièges à électron unique surveillés par des capteurs. À une telle distance, il était impossible qu’un message puisse être transmis entre les deux électrons avant qu’on n’en mesure l’état. On a ensuite dirigé un faisceau de micro-ondes et d’énergie laser sur l’une des particules afin de lui donner un « spin »; l’autre particule, à 1,3 kilomètre de là, a présenté le même spin.

Ce qui a amené Ronald Hanson, chercheur principal, à déclarer : « Nous venons de confirmer l’existence de l’action fantôme à distance ».

À propos de l’auteur

Yan Barcelo


Yan Barcelo est journaliste dans la région de Montréal.

comments powered by Disqus

Faits saillants

Mettez vos connaissances à jour et élargissez votre réseau grâce à ce colloque à ne pas manquer (en anglais), qui porte sur les questions et tendances essentielles pour les membres des comités d’audit.

Dans votre entourage se tapit sûrement une personne surendettée. Si vous êtes observateur, vous reconnaîtrez l’un ou plusieurs de ces symptômes.