D’Uber à Washio

Un nouveau service de blanchisserie facturé au poids suscite la convoitise des investisseurs en capital de risque aux États-unis.

Uber, le service de taxi et de covoiturage à la demande a inspiré beaucoup d’entrepreneurs, mais peu aussi prometteurs que la nouvelle entreprise de blanchisserie Washio, rapporte Streetfightmag.com.

Pour 1,60 $ US la livre, le linge sale est ramassé à la maison, transporté à la buanderie, lavé ou nettoyé à sec et livré en 24 heures. Mais la valeur réelle de ce service semble bien plus élevée que 1,60 $ US la livre. À preuve, les 16,8 millions de dollars US investis dans la nouvelle entreprise par des sociétés de capital-risque comme Canaan Partners, SherpaVentures et AFSquare.

Jordan Metzner, cofondateur de l’entreprise, dit avoir des dizaines de milliers de clients. Ainsi, après un an seulement, Washio compte 35 employés et plus de 150 livreurs à Los Angeles, San Francisco et Washington D.C.

L’idée de ce service vient de l’expérience même de M. Metzner. « Je n’aime pas faire ma lessive, explique-t-il à Streetfightmag.com. Devant la montée d’entreprises comme Uber et de tout le marché des services à la demande, je me suis mis à rêver. Et si, par la magie d’un seul clic, on venait chez moi prendre mon linge pour le laver? Et voilà comment tout a commencé. »

La croissance de Washio et d’autres émules d’Uber est rendue possible grâce à la popularité des téléphones intelligents, qui ont un taux de pénétration du marché de 60 % aux États-Unis. Selon M. Metzner, ces appareils permettent un degré de coordination sans précédent entre consommateurs et entrepreneurs. « Sans le téléphone mobile, des entreprises comme Uber n’auraient jamais vu le jour, affirme M. Metzner. Et c’est la même chose pour nous. »