Nouvelles et conseils sur la gestion et l’environnement des affaires – août 2015

Selon des études récentes, les entreprises dont le chef joue souvent au golf affichent un faible rendement de l’actif, tandis que les patrons insécures divisent leurs collègues pour mieux régner.

HANDICAP PROFESSIONNEL

Le golf est-il bon pour les affaires?

Votre patron ne vit que pour le golf? Méfiez-vous. Les entreprises dont le chef joue 22 parties ou plus par année affichent un rendement de l’actif inférieur de 20 %, par rapport à celles dont les dirigeants sont moins férus de golf, selon une étude de chercheurs des universités du Tennessee et de l’Alabama. L’examen du profil de 363 chefs d’entreprise du S&P 1500 (quatre années d’archives de la United States Golf Association) confirme ce que beaucoup soupçonnaient : on discute parfois affaires au golf, mais les multiples parties de votre patron ne sont pas essentielles au succès de l’entreprise.

Collègues

LA LOI DE LA JUNGLE

Diviser pour régner

Même si aucun manuel de gestion n’en parle, les études montrent qu’un leader qui se sent menacé freine la collaboration entre ses subordonnés pour qu’ils ne se liguent pas contre lui. Une enquête présentée dans le Journal of Personality and Social Psychology indique que certains leaders font obstacle aux communications entre leurs employés, les séparent et les empêchent de tisser des liens – mais seulement lorsque le haut niveau de compétence de ces derniers les insécurise. Quand leur pouvoir est assuré, ils ne cherchent pas à diviser pour régner.

CANDIDATS FRUSTRÉS

Les candidats insatisfaits : un risque pour votre marque

Les employeurs auraient intérêt à traiter les candidats comme leurs meilleurs clients. Selon un sondage d’envergure nationale mené par CareerBuilder.ca auprès de 500 travailleurs et de 400 recruteurs, 23 % des postulants insatisfaits sont susceptibles de s’en plaindre en ligne, et 38 %, de ne plus acheter les produits de l’entreprise. Un tiers (33 %) se disent peu enclins à soutenir une société qui n’a pas jugé utile de répondre à leur demande.

EN QUÊTE D'ESTIME                              

Un peu de respect S.V.P.

Tout ce que les employés attendent de leurs patrons et de leurs collègues, c’est un peu de respect, semble-t-il. Dans une étude de la société de ressources humaines Right Management, 53 % des répondants ont classé en tête de leurs attentes le respect de leurs connaissances et de leur expérience. En Amérique du Nord, 54 % ont indiqué le respect des collègues à leur égard comme première attente.

FAIRE BONNE IMPRESSION

Tout ce joue...moins vite qu'on ne le croyait

Vous avez sûrement entendu dire qu’en entrevue, la décision d’embauche se prend dans les instants qui suivent la poignée de main. Eh bien, selon de nouvelles études, les candidats disposent quand même d’un peu plus de temps pour faire bonne impression. Une analyse de 600 entrevues d’une demi-heure révèle que seulement 30 % des décideurs avaient fait leur choix au bout de cinq minutes. Après 15 minutes, six sur dix l’avaient prise.

À propos de l’auteur

Tamar Satov


Tamar Satov est directrice de la rédaction à CPA Magazine.

comments powered by Disqus

Faits saillants

Participez à ce rendez-vous annuel (en anglais) des dirigeants financiers d’OSBL pour obtenir des conseils sur la gestion de votre organisation et tirer parti des connaissances d’experts.

Pour ne rien manquer des principales mesures du #budget2017, suivez CPA Canada sur les médias sociaux et regardez notre vidéo en direct.