Un bon rythme

Entre deux dossiers, Mark Winfield et John Swain font de la musique avec leur groupe, Sound Castle.

Comme pour la plupart des passions musicales, tout a commencé... dans un sous-sol. « Les mercredis, nous nous réunissons chez notre batteur », raconte Mark Winfield à propos de Sound Castle. M. Winfield, un fiscaliste, joue de la guitare, tout comme John Swain, le chanteur du groupe, lui aussi fiscaliste.

Après quelques spectacles sur la scène locale, le groupe a entendu parler du combat musical Rock for Dimes, organisé par la Marche des dix sous à Halifax, à une heure de route de leur ville, Bridgewater. « Nous avons gagné, et le prix consistait en une journée d’enregistrement dans un studio professionnel, explique M. Winfield. Ce fut un tournant pour le groupe ... qui a aussi gagné l’année suivante, et qui se produira encore à Rock for Dimes en novembre.

Depuis, les concerts du groupe s’enchaînent à un bon rythme. « Nous jouons en public 10 ou 12 fois par année. Au moins la moitié du temps, il s’agit de concerts de bienfaisance, que nous donnons volontiers », lance M. Winfield. Par exemple, le groupe a joué pour des organismes comme la Société canadienne du cancer, la fondation de l’Hôpital régional South Shore et Harbour House, une maison de transition pour les femmes et leurs enfants.

Le dîner dansant de remise des permis de CA de Nouvelle-Écosse compte parmi les plus gros spectacles annuels du groupe, qui s’y produit depuis maintenant quatre ans. « Habituellement, il y a environ 1 000 personnes, explique M. Winfield. Toutes les années où j’y étais allé auparavant, la salle était vide à 22 h 30. [Mais] la première année où nous sommes montés sur scène, nous jouions encore à deux heures du matin. »

M. Winfield, a commencé à jouer sur le tard, alors que M. Swain, lui, manie la guitare depuis l’âge de huit ans. Quoi qu’il en soit, les deux hommes voient la musique comme un excellent remède antistress. En préparant l’EFU, M. Swain a écrit et enregistré un album de 12 chansons originales. « C’était vraiment une bonne façon d’arrêter de penser à cet examen, qui est sans doute l’un des plus difficiles du monde. La musique m’a servi d’exutoire. »

Quant à M. Winfield, il a maintenant un bon portefeuille de clients dans le secteur du divertissement. « J’ai dû obtenir un peu de travail grâce à la musique : je comprends maintenant le secteur un peu mieux que la plupart des CA. »

À propos de l’auteur

Vanessa Santilli


Vanessa Santilli est rédactrice indépendante à Toronto.

comments powered by Disqus

Faits saillants

Mettez vos connaissances à jour et élargissez votre réseau grâce à ce colloque à ne pas manquer (en anglais), qui porte sur les questions et tendances essentielles pour les membres des comités d’audit.

Dans votre entourage se tapit sûrement une personne surendettée. Si vous êtes observateur, vous reconnaîtrez l’un ou plusieurs de ces symptômes.