Embaucher la bonne personne

Comment attirer le meilleur candidat pour votre cabinet.

Attirer les meilleurs professionnels est une priorité pour les dirigeants d’entreprise. Selon Cathy Logue, CPA, CA, associée fondatrice d’Ambit Search, agence de recrutement de Toronto, c’est surtout vrai pour les petits et moyens cabinets, dont beaucoup doivent planifier la relève : « Les associés atteignent la cinquantaine ou la soixantaine avec une excellente clientèle, mais qu’arrive-t-il s’ils n’ont personne à qui passer le flambeau? Tout plan de relève doit reposer sur une fine stratégie de recrutement. » Voici les conseils de Cathy Logue pour embaucher les bonnes personnes.

Connaissez-vous

Les associés doivent partager la même vision du cabinet. Il s’agit de bien comprendre son fonctionnement et sa culture d’entreprise. Vous voulez quelqu’un qui partage les valeurs de votre cabinet et qui s’y épanouira. Vous devez également bien définir ce que vous pouvez offrir aux candidats et ce que vous cherchez. Faites valoir le cabinet sans exagération.

Déterminez vos besoins

Vous devez définir les compétences voulues dans l’immédiat, dans deux ans, cinq ans, etc. Ainsi, la prospection est une compétence essentielle si l’embauche s’inscrit dans une stratégie de planification de la relève. Il faudra en tenir compte au moment des entrevues, de même que lors de la vérification des références.

Présentez le candidat à votre équipe

Au cours du processus d’entrevue, présentez le candidat au plus grand nombre possible d’associés et d’employés avec qui il travaillera. Cela vous permettra de déterminer s’il s’intégrera ou non à votre équipe. Posez des questions clés. Pourquoi voulez-vous changer d’emploi? Pourquoi voulez-vous travailler ici? Ces questions apparemment simples forcent le candidat à expliquer ce qu’il cherche, et les réponses vous permettront d’évaluer s’il sera heureux de travailler au sein du cabinet.

Allez casser la croûte

Si les choses vont bien et que vous croyez avoir trouvé la bonne personne, invitez-la au restaurant. Cela vous permettra de voir comment elle se comporte dans un contexte plus détendu. De plus, si cette personne doit grossir le rang des associés, elle devra inviter des clients à manger et son comportement rejaillira sur le cabinet. Les compétences sociales sont toujours importantes.

Attention aux signaux d’alarme

Premier signal d’alarme : la succession d’emplois de courte durée. Si le candidat quitte les cabinets au bout de deux ou trois ans, vous devez vous enquérir de la raison. A-t-il eu du mal à s’entendre avec ses collègues? Ses compétences techniques présentaient-elles des lacunes en raison desquelles il ne répondait pas aux attentes? Son éthique de travail laissait-elle à désirer? Interrogez-le. Autre signal d’alarme : l’absence de questions. Les candidats devraient vouloir en savoir le plus possible sur le cabinet, le poste et la manière de réussir.

Vérifiez les références

C’est une bonne façon d’apprendre comment le candidat a fait face à des situations stressantes et comment il travaille en équipe. Il faut poser les bonnes questions et écouter attentivement les réponses. Assurez-vous de poser les questions suivantes : réengageriez-vous cette personne? Que conseilleriez-vous à son prochain supérieur pour l’aider à réussir?

« Embaucher la bonne personne demande du temps et des efforts, affirme Cathy Logue. L’embauche du mauvais candidat peut se traduire par une baisse de productivité, une réputation entachée et une perte de moral. Les efforts consentis au départ pour trouver le bon candidat peuvent donc être très payants pour votre cabinet. »

À propos de l’auteur

Taryn Abate


Taryn Abate, CPA, CA, CPA (ILL.), est directrice de projets au sein de la division Recherche, orientation et soutien de CPA Canada.

comments powered by Disqus

Faits saillants

Mettez vos connaissances à jour et élargissez votre réseau grâce à ce colloque à ne pas manquer (en anglais), qui porte sur les questions et tendances essentielles pour les membres des comités d’audit.

Dans votre entourage se tapit sûrement une personne surendettée. Si vous êtes observateur, vous reconnaîtrez l’un ou plusieurs de ces symptômes.