Maître parfumeuse

Pour Isabelle Ramsay-Brackstone, une nouvelle carrière aux effluves de succès.

Isabelle Ramsay-Brackstone se rend aux Bermudes par amour et y découvre une autre passion qui changera le cours de sa carrière : le parfum.

Auparavant, Mme Ramsay-Brackstone travaillait à Toronto à la banque d’investissement Chase Manhattan (devenue JPMorgan Chase & Co.). En 2002, son mari, feu Kirby Brackstone, accepte un emploi dans une banque aux Bermudes, où il a des racines familiales. Elle le suit en 2003, après avoir donné naissance à leur seconde fille. « Les Bermudes et le Canada ayant le même titre comptable, c’était idéal professionnellement », dit-elle. Elle prévoit alors travailler dans le florissant secteur de la réassurance, mais la vie en décidera autrement. La semaine où un grand cabinet lui propose un poste, elle apprend qu’elle est enceinte de William, qui a aujourd’hui 10 ans. Après la naissance de son fils, sa carrière prend un tournant fantastique.

Amoureuse des parfums depuis l’enfance, Mme Ramsay-Brackstone décide d'acheter une parfumerie locale. Fondée en 1928, la Bermuda Perfumery n’a plus son lustre d’antan et a besoin d’une nouvelle direction.

« J’ai pensé qu’il serait agréable de faire des parfums dans ce lieu paradisiaque. Le prix était raisonnable et les employés clés, prêts à rester. Nous avons acheté la parfumerie en 2004 et nous ne l’avons jamais regretté. »

Mme Ramsay-Brackstone a acquis la science des parfums auprès d’experts de l’industrie. Elle a renouvelé l’image de marque de la société et relancé sa gamme phare, Lili Bermuda. Son premier parfum, Coral, reste son produit vedette. « Je voulais offrir une vision moderne des Bermudes. Avec ses notes printanières (freesia, rose, gingembre, clémentine), Coral évoque le renouveau. » Elle ne se soucie guère des tendances. « Je suis entre New York et Paris, alors je peux faire ce que veux! », dit-elle en riant.

À la parfumerie, Isabelle Ramsay-Brackstone met souvent à profit son expérience comptable. Elle s’est familiarisée avec l’aspect financier des cosmétiques lors d’un stage chez EY, qui avait pour cliente Cosmair Canada. « Il faut comprendre ce que veut le client. Ma formation en comptabilité a été la meilleure école. »

La Bermuda Perfumery offre des parfums artisanaux pour hommes et femmes. Le plus récent, Mary Celestia, réinterprète un parfum vieux de 150 ans trouvé dans une épave au large des Bermudes. Mme Ramsay-Brackstone met la main à la pâte, créant des parfums et donnant des ateliers. Elle invite ses confrères comptables à cultiver leur fibre artistique : « On peut faire d’une passion artistique une réussite commerciale.