Trouver l'équilibre - mars 2014

Nicole LeBlanc, directrice des finances de la Fondation de l'Innovation du Nouveau-Brunswick, explique comment elle réussit à concilier travail et vie personnelle.

« On parle beaucoup de conciliation travail-vie personnelle, mais je n'aime pas cette distinction. Je consacre environ 80 heures par semaine à mon métier et au bénévolat, mais j'ai du mal à dire où finit le travail et où commence tout le reste. Pour moi, il faut se donner entièrement dans tout ce qu'on entreprend. L'essentiel, c'est d'y trouver un plaisir. En fait, j'espère ne jamais prendre ma retraite.

Dans mon travail, j'ai affaire à un grand nombre d'entreprises du secteur de la haute technologie, où la pénurie de main-d'œuvre est énorme. De là ma décision de participer à un programme pilote qui vise à enseigner la programmation aux enfants. Nous sommes tous de grands consommateurs de technologie, mais qui en comprend les dessous? L'Angleterre veut rendre les cours de programmation obligatoires du primaire à la fin du secondaire, comme en Chine. Si nous ne réagissons pas, nous resterons à la traîne. Nous travaillons donc de concert avec des professionnels des TI, des enseignants et le ministère de l'Éducation pour que la programmation devienne une matière enseignée dès le primaire.

J'ai en outre la chance de m'adonner à des activités physiques, ce qui m'aide à trouver l'équilibre. Je joue au ultimate Frisbee et je pratique le soccer depuis l'enfance. J'ai même été entraîneuse et arbitre, et j'ai mis sur pied un club de soccer. Mon mari et moi aimons voyager : nous avons fait le tour de la Nouvelle- Zélande et, en février, nous sommes allés en Patagonie. Pour tout concilier, il suffit d'aimer ce que l'on fait! »

— Propos recueillis par Tamar Satov