Vous payez comptant?

La plupart d'entre nous avons accepté de payer comptant plutôt que par carte pour réduire une facture. Mais ces petites infractions s'accumulent, et leurs conséquences aussi.

L'une des leçons que j'essaie de léguer à mes étudiants est l'importance d'écouter son instinct. Lorsqu'une situation nous met mal à l'aise, au lieu de faire fi de notre instinct et de trouver des excuses pour justifier la situation, il faut chercher les raisons de ce malaise. J'en ai fait récemment l'expérience.

Je paie pratiquement tout en ligne ou par carte. Je passe quand même au guichet automatique une fois par semaine, car l'argent comptant est encore utilisé pour payer les services fournis par de petites entreprises individuelles. Je paie comptant la personne qui fait le ménage, celle qui nourrit mes chats en mon absence et d'autres petits fournisseurs qui acceptent rarement les paiements par carte de crédit. Pour ce qui est de savoir s'ils déclarent ou non ce revenu, je n'en ai aucune idée.

Mon coiffeur, lui, accepte les cartes de crédit, mais offre un rabais si je paie comptant, ce que je fais en général. Récemment, toutefois, il s'est plaint de la difficulté d'obtenir un prêt hypothécaire, le revenu pris en compte par la banque étant celui qu'il avait déclaré au fisc. C'est à ce moment-là que j'ai commencé à éprouver un certain malaise. Pas en raison de son comportement, mais plutôt du mien.

Naturellement, le fait qu'il ne déclare pas ses revenus en espèces au fisc est illégal et ne peut en aucun cas être justifié d'un point de vue éthique. Nous connaissons tous les tentatives de justification habituelles  : les riches, eux, ont des conseillers qui les aident à dissimuler légalement leurs revenus; tout le monde triche; il n'y a pas de raison de verser plus d'impôt à un gouvernement qui ne fait que gaspiller, etc.

Mais quelles sont les conséquences lorsque j'accepte de payer mon coiffeur comptant pour économiser? Je me soustrais à l'obligation de payer les taxes de vente, et je l'aide à ne pas déclarer de revenu. J'ai demandé à un certain nombre de personnes si elles avaient déjà accepté de payer comptant pour réduire une facture. La plupart l'avaient fait. Voici leurs justifications (et les miennes) :

1. Les économies que nous réalisons en payant comptant.

2. Les sommes en cause étant peu élevées, elles semblent insignifiantes. La taille de l'économie souterraine est si colossale (35 G$, selon les données récentes de Statistique Canada) qu'il est difficile de croire que nos actions individuelles puissant avoir un quelconque effet.

3. Nous sympathisons avec les petits entrepreneurs. Nous comprenons leurs difficultés et nous avons tissé des liens d'amitié avec eux.

4. Tout le monde le fait. Que l'on nous offre de payer comptant ne nous surprend pas, et nous trouvons « normal » d'accepter.

5. Cela ne nous semble pas vraiment grave. Quelqu'un a dit : « C'est comme rouler 10 km au-dessus de la limite de vitesse sur l'autoroute. »

6. C'est insignifiant par comparaison avec ce que font les véritables escrocs, qui versent d'énormes pots-de-vin, vendent des produits dangereux, cachent leur argent à l'étranger ou volent des actionnaires.

7. Je me vois très mal dire à mon coiffeur que je désapprouve sa façon de faire; il n'y changerait rien et aurait simplement l'impression que je lui fais la morale.

Si vous continuez à penser que payer vos petits fournisseurs comptant n'est pas bien grave, dites-vous que les excuses énumérées ci-dessus sont aussi celles que nous utilisons lorsqu'un client, un collègue ou notre employeur nous demande de faire quelque chose qui nous paraît douteux.

Nous avons tous à prendre des décisions délicates : recommander ou non tel traitement fiscal; parler ou non à un collègue dont nous jugeons le comportement inapproprié; dire ou non à notre patron que nous n'approuvons pas une décision; etc. En tant que professionnels, notre responsabilité éthique est plus grande que celle du commun des mortels, mais nous ne sommes pas pour autant à l'abri des tentations. La prochaine fois que vous fermerez les yeux sur quelque chose de douteux, demandez-vous pourquoi.

À propos de l’auteur

Karen Wensley


Karen Wensley, MBA, est chargée de cours en éthique professionnelle à l’Université de Waterloo et associée retraitée d’EY.

comments powered by Disqus

Faits saillants

Participez à ce rendez-vous annuel (en anglais) des dirigeants financiers d’OSBL pour obtenir des conseils sur la gestion de votre organisation et tirer parti des connaissances d’experts.

Pour ne rien manquer des principales mesures du #budget2017, suivez CPA Canada sur les médias sociaux et regardez notre vidéo en direct.