Saveur des Caraïbes

Donnez du piquant à vos plats en vous inspirant de la cuisine jamaïcaine.

J'ai grandi en banlieue de Toronto dans les années 1970 et 1980, et, comme tout enfant canadien de parents immigrants, mon lien à ma culture d'origine (en l'occurrence jamaïcaine) se résumait surtout aux plats traditionnels cuisinés par ma mère deux ou trois fois par semaine. À table, mes parents nous servaient, à mes frères et sœurs et moi, des histoires étonnantes qui les amenaient à décrire les succulents fruits et les épices parfumées disponibles seulement dans leur pays natal. Aujourd'hui, on peut trouver la plupart de ces aliments dans les supermarchés de Toronto. Voici quatre de ces délicieux aliments dont vous apprécierez la saveur originale.

Caraïbes

PIMENT SCOTCH BONNET

Je me réjouis toujours lorsque je trouve un piment Scotch Bonnet, car c'est l'ingrédient qui donne toute sa saveur au poulet à la jamaïcaine (jerk chicken). De la famille des piments enragés, le Scotch Bonnet de la Jamaïque est non seulement plus fort que son plus proche cousin, le habanero, mais il est aussi considéré comme l'un des piments les plus forts du monde, à un point tel qu'on conseille de porter des gants pour le couper. Le truc pour qu'il ne soit pas trop fort consiste à retirer les pépins et la membrane blanche à l'intérieur du piment, les parties les plus piquantes.

COROSSOL

Plusieurs noms désignent ce fruit tropical. En Amérique du Sud, on l'appelle guanabana, et en Jamaïque, corossol (soursop). Son bon goût, plutôt difficile à décrire, s'apparente à celui d'un mélange de fraise et d'ananas, avec un soupçon crémeux de noix de coco ou de banane.

Il n'y a rien de plus délicieux qu'un verre de jus de corossol bien froid. Toutefois, le fruit est très recherché pour ses vertus médicinales. Certains affirment même, bien que cela  ne soit pas scientifiquement fondé, qu'il pourrait éliminer les cellules cancéreuses.

PIMENT DE LA JAMAÏQUE

Si vous n'êtes pas des Caraïbes et entendez pimento (piment de la Jamaïque), vous pensez sûrement au piment rouge utilisé dans les olives. Le piment de la Jamaïque est plutôt connu sous le nom  « quatre-épices » (même s'il s'agit d'une seule épice, et non d'une combinaison d'épices). Il provient de baies séchées avant maturité, entières ou moulues, et est utilisé dans les plats jamaïcains épicés et doux. De plus, le bois de son arbre sert à fumer de la viande façon jerk à la perfection, étant considéré comme l'ingrédient secret pour préparer l'authentique jerk.

POUDRE DE CARI DE LA JAMAÏQUE

L'amour de la Jamaïque pour le cari est attribuable aux ouvriers qui ont apporté la cuisine des Indes orientales sur l'île au XIXe siècle. La poudre de cari jamaïcaine se différencie des nombreuses recettes de mélanges d'épices de l'Inde par l'ajout de piment de la Jamaïque. Autre différence : la poudre de cari indienne comprend souvent de la cardamome brune ou verte. Toutefois, vous n'avez pas à acheter de la poudre de cari jamaïcaine pour préparer un délicieux cari jamaïcain. En suivant la bonne recette, vous obtiendrez d'excellents résultats avec une poudre de marque maison.

À propos de l’auteur

Angela Lawrence


comments powered by Disqus

Faits saillants

Mettez vos connaissances à jour et élargissez votre réseau grâce à ce colloque à ne pas manquer (en anglais), qui porte sur les questions et tendances essentielles pour les membres des comités d’audit.

Dans votre entourage se tapit sûrement une personne surendettée. Si vous êtes observateur, vous reconnaîtrez l’un ou plusieurs de ces symptômes.