Pourquoi Bitcoin est la voie de l'avenir

Les notes et les pièces cèdent la voie aux monnaies virtuelles.

D'ici 30 ans, toutes les monnaies traditionnelles seront remplacées par les cryptomonnaies comme le bitcoin. Et je le dis malgré les difficultés que Bitcoin a récemment rencontrées. Celles-ci étaient liées, non pas à la cryptomonnaie comme telle, mais à des intermédiaires offrant des services de change ou de stockage. Une précision pour les non-initiés : Bitcoin (avec la majuscule initiale), c'est le système; le bitcoin (sans majuscule), c'est la monnaie.

Comme bien des gens, j'ai pensé que c'était une mode, une bulle techno, rien que du battage. Après tout, si la valeur de la cryptomonnaie n'est pas soutenue par une banque centrale étatique, sur quoi repose-t-elle? Le manque apparent de supervision et de traçabilité m'amenait aussi à penser qu'il s'agissait d'un instrument de choix pour les criminels. Enfin, comme un programme informatique est à la base du système, je me suis demandé si quelqu'un, quelque part, pouvait violer le code pour prendre le contrôle de la monnaie.

Mes recherches m'ont fait changer totalement d'opinion. Bitcoin, la première et la plus populaire des cryptomonnaies à code source libre (mais pas la seule), est une innovation qui n'est pas près de disparaître. En fait, Bitcoin a déjà cinq ans, et les transactions qu'il a alimentées se chiffrent en milliards. Sa croissance est exponentielle, pour une bonne raison : il permet aux parties de conclure une transaction à distance sans avoir recours à un intermédiaire tel qu'une banque.

Or, selon la Federal Deposit Insurance Corporation, 8 % des ménages américains n'ont pas de compte bancaire. De son côté, la Banque mondiale estime que 36 % de la population du globe n'en a pas, surtout parce que c'est trop coûteux et qu'il est difficile de se rendre à la banque. C'est donc dire que 2,5 milliards de personnes ne peuvent conclure une opération financière avec quelqu'un se trouvant à distance. Par ailleurs, 85 % de la population a accès à un téléphone portable; le marché est donc mûr pour le paiement électronique. Avec les bitcoins, qu'on conserve dans un portefeuille électronique, plus besoin de compte.

J'ai compris que la monnaie n'est plus nationale. Déjà, avec l'euro, créé pour faciliter le commerce international, la monnaie n'est plus sous le contrôle d'un pays unique. Depuis les années 1970, toutes les monnaies nationales sont fiduciaires, c'est-à-dire qu'elles ne sont pas rattachées à une matière ou à un étalon. Un euro ou un dollar canadien vaut ce que le marché dit qu'il vaut. En outre, nous vivons à l'ère numérique, où plus personne ne veut ou n'a besoin d'argent comptant.

Un autre avantage du bitcoin réside dans sa transparence, au contraire de l'argent comptant qui offre une confidentialité absolue et ne laisse aucune trace. Pourtant, l'une des principales critiques à l'endroit de la cryptomonnaie vise l'anonymat qu'elle semble procurer. Or, parce que son code source est libre, le bitcoin est transparent et décentralisé. Il n'y a aucune chambre de compensation. Tout le monde a accès au code source dans son intégralité et peut suivre toutes les opérations entre les portefeuilles codés identifiés par des numéros (c'est ce qu'on appelle le « minage » dans le jargon de Bitcoin). Chaque passage de bitcoins d'un portefeuille à un autre est validé par toute une série de personnes afin d'éviter le double paiement. Une monnaie sert de réservoir de valeur et de moyen d'échange entre deux parties disposées à l'accepter. Le bitcoin possède ces caractéristiques et sa nature électronique en permet la transmission à coût presque nul, comme le courriel. Toutefois, comme il menace le statu quo en n'étant pas soumis aux politiques monétaires nationales, au pouvoir d'une chambre de compensation et aux frais d'administration inhérents au fonctionnement des systèmes et établissements financiers actuels, on lui oppose une énorme résistance. Bitcoin n'en est qu'à ses débuts et gagne du terrain. L'avenir lui appartient!

À propos de l’auteur

Dwayne Bragonier


Dwayne Bragonier, CPA, CA, CA•Ti, est président de BAI Bragonier & Associates inc. et le créateur de la méthode. On peut le joindre à dwayne.bragonier@bragonier.com.

comments powered by Disqus

Faits saillants

Mettez vos connaissances à jour et élargissez votre réseau grâce à ce colloque à ne pas manquer (en anglais), qui porte sur les questions et tendances essentielles pour les membres des comités d’audit.

Dans votre entourage se tapit sûrement une personne surendettée. Si vous êtes observateur, vous reconnaîtrez l’un ou plusieurs de ces symptômes.