Mentorat en comptabilité

Le nouveau programme de mentorat de CPA renforce l’importance de compétences habilitantes telles que la résolution de problèmes, la communication, le travail d’équipe et le leadership.

Comme vous le savez probablement, le programme de mentorat CPA, qui fait partie des Exigences en matière d’expérience pratique (EEP) des CPA, débutera en septembre. Mais que vous soyez un futur CPA ou un vétéran de la profession, vous ne savez peut-être pas à quel point le mentorat peut être enrichissant. « Notre programme a un objectif précis, explique le responsable du projet EEP, Richard Piticco, CPA, CA, CFA. Il vise à aider les futurs CPA à acquérir leurs compétences habilitantes, notamment en les amenant à prendre exemple sur les membres de la profession en matière de valeurs et d’éthique.»

En rendant le mentorat obligatoire, CPA Canada renforce l’importance des compétences habilitantes, par exemple en résolution de problèmes, en communication, et en travail d’équipe et leadership pour la réussite des organisations. Selon Catherine Mossop, présidente de Sage Mentors Inc., un cabinet de Whitby (Ont.), les recherches montrent qu’avoir un mentor en début de carrière a une incidence marquée sur la réussite professionnelle à long terme. « Il s’agit surtout d’acquérir des compétences de base et d’échanger des idées pour mettre les choses en perspective.»

FONCTIONNEMENT

Les futurs CPA doivent trouver eux-mêmes leur mentor, un jumelage approprié étant essentiel au succès de la relation. Le mentor doit être membre en règle d’une organisation comptable provinciale et n’avoir aucun lien de parenté avec le mentoré. Il y a trois façons de devenir mentor : participer au programme de stages préapprouvés de l’employeur, s’inscrire sur la liste des mentors CPA ou accepter la demande d’un futur CPA.

Le mentorat doit durer au moins 30 mois, et le mentor devra normalement y investir moins de 15 heures par an. Les mentorés et les mentors doivent se rencontrer au moins deux fois l’an, mais, selon M. Piticco, il serait souhaitable d’y consacrer un peu plus de temps « pour établir un lien de confiance.  »

POUR LE MENTORÉ

Inspiration, conseils, expertise, leadership et motivation sont quelques avantages dont pourront bénéficier les futurs CPA qui auront trouvé le bon mentor. « Pouvoir profiter gratuitement des services d’un mentor est un avantage unique », ajoute M. Piticco.

« Habituellement, il faut payer pour de tels services. Voici l’occasion de profiter des précieuses connaissances d’un membre aguerri de la profession. » Le stagiaire acquiert ainsi les compétences habilitantes qu’il ne pourrait acquérir à l’université. « Ceux qui ont un mentor développent leur compréhension et apprennent à gérer les relations aussi bien qu'à filtrer l’information, ce qui réduit le stress et accroît la confiance en soi », ajoute Mme Mossop.

POUR LE MENTOR

Quelle que soit l'étape de sa carrière à laquelle il est arrivé, tout membre en règle de la profession peut devenir mentor. « Le mentorat permet aux membres plus expérimentés de contribuer à leur tour à l'essor de la profession, indique M. Piticco. Les membres plus jeunes peuvent également être de bons mentors, tout en devenant de meilleurs leaders. » En plus d’offrir des conseils, de la compréhension et du soutien, les mentors initient les futurs CPA aux « aspects cachés » de la profession et de la culture d’une organisation, ajoute Mme Mossop. « Ils ouvrent des perspectives, grâce à leur propre expérience et à leur sagesse. Les mentors forment des leaders. » En tant que mentor, on peut non seulement influer sur la carrière d’un futur CPA, mais aussi améliorer ses propres habiletés de leadership et accéder à des outils gratuits de perfectionnement professionnel. « Nous ne pouvons jamais cesser d’apprendre, et le mentorat nous donne la chance de constamment nous ressourcer », conclut Mme Mossop.

À propos de l’auteur

Lisa van de Geyn


Lisa van de Geyn est rédactrice indépendante à Toronto.

comments powered by Disqus

Faits saillants

Mettez vos connaissances à jour et élargissez votre réseau grâce à ce colloque à ne pas manquer (en anglais), qui porte sur les questions et tendances essentielles pour les membres des comités d’audit.

Dans votre entourage se tapit sûrement une personne surendettée. Si vous êtes observateur, vous reconnaîtrez l’un ou plusieurs de ces symptômes.