L’avenir… plus proche qu’on ne le croit

Planifier la relève, c’est prendre des mesures qui protégeront votre entreprise et mettront vos proches à l’abri du besoin, le cas échéant.

Un comptable au début de la soixantaine, qui exerçait seul, est décédé subitement l’an dernier pendant la période des impôts, période où il réalisait habituellement l’essentiel de son chiffre d’affaires annuel brut de 360 000 $. Il n’avait aucun plan de relève. « Sa famille, en plus d’être plongée dans le deuil, aurait pu se retrouver dans une situation financière difficile », explique Robert Gold, associé directeur chez Bennett Gold LLP à Toronto. Heureusement, un comptable ami du défunt a pris les choses en main et a dresseé une liste d’acquéreurs éventuels du cabinet de ce dernier. Deux semaines plus tard, la famille acceptait une offre. « Que serait-il arrivé si le défunt n’avait pas eu un ami qui connaissait le milieu des comptables en pratique privée? » s’interroge M. Gold.

Conseiller indépendant auprès de cabinets comptables et auteur du guide Outils de planification de la relève publié par CPA Canada, Steve McIntyre-Smith a constaté les fâcheuses répercussions d’un manque de planification : exode des clients inquiets, famille endeuillée qui vend le cabinet à bas prix, etc. Bien des professionnels qui exercent seuls adoptent la politique de l’autruche : « Qui a envie de penser à un décès prématuré ou à une invalidité? Pourtant, la vie nous réserve parfois de mauvaises surprises. »

Planifier la relève, c’est prendre des mesures qui protégeront votre entreprise et mettront vos proches à l’abri du besoin, le cas échéant. C’est l’un des piliers de la planification de la retraite, car vous pourrez cesser de travailler au moment voulu. Voici quelques conseils pour une transition adaptée à vos exigences.

Mettez de l’ordre dans vos finances. Planifiez au moins cinq ans à l’avance et prenez les mesures pour pouvoir, dans un avenir plus ou moins proche, convaincre un acheteur potentiel, conseille M. McIntyre-Smith. « Développez votre clientèle et gérez votre cabinet de façon rigoureuse afin d’en obtenir le meilleur prix possible au moment de la retraite. Les acquéreurs s’attendent à ce que votre bénéfice net ait été d’au moins 40 à 50 % durant les trois à cinq ans précédant la vente.»

Communiquez avec les autres praticiens de votre collectivité. « Expliquez-leur que vous pensez à l’avenir et discutez de la forme que pourrait prendre l’acquisition de votre cabinet, suggère M. Gold. En cas de décès inattendu, cette planification servira de police d’assurance à vos proches, qui n’auront pas à trouver un acquéreur. » M. McIntyre-Smith propose en outre de faire du réseautage : « Nouez des liens avec des comptables plus jeunes que vous, ce sont peut-être des acheteurs potentiels. »

Rédigez une entente de principe. Ce type d’entente est un accord de relève qui contient des modalités préétablies quant à la vente et à l’acquisition de votre cabinet ou au rachat de vos parts. « En général, le prix d’acquisition correspond à une fois le chiffre d’affaires, versé sur trois à cinq ans, moins l’érosion de la clientèle, dit M. Gold. Le prix peut baisser en cas de décès subit, car il est alors plus difficile d’assurer une transition fluide. »

Cette méthode courante ne convient pas toujours, précise M. McIntyre-Smith. « Sachez négocier et réfléchissez bien aux modalités. Dans le cadre d’un plan de retraite, vous aurez peut-être intérêt à toucher 20 % du chiffre d’affaires sur cinq ans, au lieu d’une somme forfaitaire. Les affaires sont les affaires. Vous recevrez non pas le juste prix, mais le prix négocié. » Outre les modalités liées à l’acquisition, l’entente devrait comporter un communiqué aux clients, corédigé par le vendeur et l’acquéreur, qui facilitera la transition et la fidélisation de la clientèle.

« Pour la plupart des praticiens, le cabinet est le principal avoir de leur succession, exception faite de la résidence familiale, conclut M. Gold. C’est l’œuvre d’une vie, que des mois à attendre un acquéreur pourraient démolir, d’où le caractère crucial du plan de relève. »

À propos de l’auteur

Andree Lavigne


Andrée Lavigne, CPA, CA, est directrice de projets chez CPA Canada. À ce titre, elle dirige les programmes de soutien aux praticiens de l’organisme.

comments powered by Disqus

Faits saillants

Pour ne rien manquer des principales mesures du #budget2017, suivez CPA Canada sur les médias sociaux et regardez notre vidéo en direct.

Notre Répertoire des cabinets de CPA vous permet de trouver des cabinets de CPA au Canada grâce à une carte interactive et à différents critères de recherche.

Présenté par CPA Canada et CPA Ontario, le congrès national UNIS (en anglais) est un rendez-vous annuel incontournable qui propose un programme multidisciplinaire approfondi à tous les CPA qui souhaitent rester maîtres du jeu.