Boîte aux lettres – juin-juillet 2014

Les lecteurs de CPA Magazine réagissent aux numéros d’avril et de mai par courriel et Twitter.

CPA Magazine : pertinent et agréable à lire

Trois lettres publiées en mai critiquent le professionnalisme de CPA Magazine. Pour ma part, j’ai apprécié chacun des numéros. Le magazine fait des liens entre notre profession et la vie courante, et est très agréable à lire. Je suis fier de mon titre, mais je sais qu’on reproche plus souvent aux membres de la profession de manquer de pertinence que de professionnalisme. Continuez votre bon travail.

Brian Murray, CGA, Moncton

« Mesures frileuses », accueil glacial

En voyant le titre de l’article « Mesures frileuses contre les changements climatiques » (Fenêtres sur le monde, mars), j’avais déjà des appréhensions. En effet, pourquoi ne pas dire « le réchauffement de la planète »? L’auteur, vice-président adjoint en recherche à l’Institut C.D. Howe, semblait mal connaître le sujet. S’il avait lu les rapports du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) de l’ONU, ses résumés à l’intention des décideurs ou les courriels d’experts rendus publics avant la conférence de Copenhague de 2009, il ne donnerait aucun crédit à la théorie du GIEC.

Je suis déçu que CPA Magazine s’aliène la confiance du public en publiant des articles soutenant cette théorie non prouvée du réchauffement de la planète.

James Shutiak, CA, EMBA, CMC, CFE (retraité), Calgary

Informations sur des informations

En réponse à l’article « Le fisc s’en va-t-en guerre » (avril), nous tenons à signaler des propos trompeurs qui pourraient porter atteinte à la réputation de notre société.

Le premier paragraphe de l’article, faisant état d’un litige opposant Cameco à l’Agence du revenu du Canada (ARC), laisse entendre que Cameco n’aurait pas communiqué l’existence du litige aux investisseurs et autres parties prenantes avant le printemps 2013, et aurait donc retenu l’information durant deux ans.

En réalité, la nouvelle du litige a été communiquée dès le début (voir la page 46 de notre rapport de gestion annuel de 2008 et la note 16 afférente aux états financiers consolidés). Les faits importants qui se sont produits depuis ont été rapportés en temps opportun. La seule différence en 2013 était que les dispositions de la Loi de l’impôt sur le revenu nous avaient obligés à faire un premier paiement lié au litige. De plus, puisque nous nous attendions à devoir effectuer d’autres paiements, nous avons fourni une estimation de l’incidence probable de ces paiements sur nos flux de trésorerie en utilisant la méthode que, selon nous, l’ARC utilise. Outre les informations fournies dans notre rapport de gestion, des explications supplémentaires ont été fournies par notre vice-président directeur et directeur des finances, Grant Isaac, qui a répondu aux questions des investisseurs lors de la conférence téléphonique ayant suivi la publication de nos résultats, et notre rapport de gestion annuel de 2014 contient des informations à jour sur le sujet.

Dans l’affaire en question, Cameco fournit plus d’informations que ce qui était exigé, afin d’aider les investisseurs et autres parties prenantes à comprendre le litige et ses incidences probables si sa résolution n’était pas favorable à la société. Quant au litige lui-même, nous nous en tenons à notre politique consistant à ne communiquer aucune information autre que celles contenues dans nos documents publics, et nous espérons obtenir gain de cause.

Rachelle Girard, CMA, directrice, Relations avec les investisseurs, Cameco Corp., Saskatoon

Pas d’une grande importance

Lorsque j’ai mis la main sur le numéro d’avril de CPA Magazine, j’ai cru être victime d’une hallucination. Puis la lecture du titre m’a confirmé que c’était bel et bien Tim Leiweke en couverture. J’admets n’avoir rien lu concernant M. Leiweke dans CPA Magazine.

Je sais toutefois, ayant lu des articles à son sujet dans les médias grand public, qu’il n’a pas de diplôme universitaire et encore moins un titre professionnel en comptabilité.

M. Leiweke est le dernier de plusieurs dirigeants sportifs à chercher à rendre le sport professionnel concurrentiel à Toronto. Il s’agit d’une histoire de sports.

Et bien que CPA Magazine ait un mandat national, il s’agit d’une histoire d’intérêt local, qui a peu d’échos à l’extérieur de la grande région de Toronto.

Si CPA Magazine veut nous en mettre plein la vue avec des photos ou des histoires de représentants de la culture populaire de Toronto, pourquoi diable ne pas avoir pensé aux membres Paul Beeston ou Bob Nicholson, ou bien Sergio Marchionne? Ce dernier n’est peut-être pas très connu à Toronto, mais il est une figure emblématique à Détroit comme à Turin.

David Case, CPA, CA, Ottawa

comments powered by Disqus

Faits saillants

Pour ne rien manquer des principales mesures du #budget2017, suivez CPA Canada sur les médias sociaux et regardez notre vidéo en direct.

Notre Répertoire des cabinets de CPA vous permet de trouver des cabinets de CPA au Canada grâce à une carte interactive et à différents critères de recherche.

Présenté par CPA Canada et CPA Ontario, le congrès national UNIS (en anglais) est un rendez-vous annuel incontournable qui propose un programme multidisciplinaire approfondi à tous les CPA qui souhaitent rester maîtres du jeu.