Parlons rémunération

Les résultats du sondage de CPA Canada sur la rémunération parlent d’eux-mêmes : la profession comptable unifiée n’a rien à envier aux autres professions du milieu des finances et des affaires.


 

En 1970, Paul Cherry, étudiant en commerce à l’Université Queen’s, a décidé qu’il deviendrait comptable professionnel. Il n’a donc pas hésité à accepter un emploi d’été chez Coopers & Lybrand qui lui permettrait d’empocher 550 $ par mois, une jolie somme à l’époque. Aujourd’hui, en voyant la rémunération des CPA, il a peine à se rappeler son salaire de CA fraîchement diplômé. Une chose est certaine : la profession comptable a bien évolué.

Selon le sondage national 2013 de CPA Canada sur la rémunération des membres, dont les résultats seront publiés ce mois-ci sur le site de CPA Canada, les membres de la profession sont sur un pied d’égalité avec leurs homologues offrant des services financiers et professionnels.

« Je repense aux salaires du début des années 1970, et je ne suis pas vraiment étonné que la profession se porte si bien », indique Paul Cherry, O.C., FCPA, FCA, président de l’IFRS Advisory Council et ancien président du Conseil des normes comptables du Canada. « Au fil des ans, il est devenu clair que les comptables professionnels répondent à un besoin. Il suffit de penser à notre rôle de premier plan en normalisation nationale et internationale et à notre présence tant dans le secteur privé que public. Notre rémunération est proportionnelle au besoin auquel nous répondons dans le milieu des affaires », ajoute-t-il.


 

Selon les résultats du sondage, la rémunération moyenne au pays s’établit à 141 000 $. Les CPA en entreprise sont ceux qui gagnent le plus (163 000 $ en moyenne), suivis des CPA qui offrent des services professionnels (142 000 $). En entreprise, les secteurs minier et pétrogazier offrent des rémunérations moyennes parmi les plus intéressantes (194 000 $ et 203 000 $, respectivement). Cela n’a rien d’étonnant, selon Kevin Johnson, CMA, vice-président directeur à l’agence de recrutement Robert Half, en Alberta, car la demande est très forte dans les secteurs de l’extraction. Il sait de quoi il parle : cet ancien président du conseil d’administration de CMA Calgary a été analyste principal chez PanCanadian Petroleum Corp. (aujourd’hui Encana). À son avis, les sondages sur la rémunération sont d’abord et avant tout des outils de comparaison qui permettent de voir ce qui se passe dans chaque secteur et de nous situer par rapport aux autres.

Mais attention! Pour une comparaison pertinente, il faut voir au-delà des moyennes et tenir compte de la médiane, qui correspond à la valeur centrale (50e centile) des rémunérations des 21 147 répondants.

Selon Kevin Dancey, président et chef de la direction de CPA Canada, ce sondage nous donne un « instantané » de la profession en 2013. Comme il s’agit du premier sondage de la profession unifiée, la comparaison avec les sondages précédents présente peu d’intérêt et l’on peut difficilement en tirer quelque conclusion sur l’avenir de la profession.

M. Dancey rappelle qu’il peut être dangereux de se fier aux moyennes. Si l’on vous assure que la profondeur moyenne de l’eau dans une rue inondée n’est que d’un mètre, oserez-vous la traverser à la nage? Pour bien comprendre les moyennes, il faut connaître la méthode et les données qui ont servi à leur calcul.

Par exemple, le salaire de certains répondants (PDG et associés d’expérience) se situait entre 800 000 $ et plus de 1 M$. « Ces données influent grandement sur la moyenne, souligne John Tabone, MBA, responsable, Valeur ajoutée et services de recherche, à CPA Canada. Et même dans le cas de la médiane, il faut savoir que la moitié des répondants gagne moins. Ne soyez pas déçu si votre rémunération avoisine la médiane. C’est également le cas de la majorité des membres de la profession. Par ailleurs, ce salaire se compare avantageusement à la moyenne d’autres professions. »

Il convient aussi de noter qu’il est difficile de comparer la rémunération des CPA avec celle des autres professionnels, car peu de sondages tiennent compte de l’ensemble de la carrière. Dans le cas du MBA, par exemple, une étude réalisée par Payscale.com montre que le revenu médian en mi-carrière est de 104 000 $. « Pour lancer sa carrière, le MBA est un atout indéniable, soutient Leigh Gauthier, directrice, Carrières, pour les étudiants à temps plein du MBA à la Rotman School of Management de l’Université de Toronto. L’expertise qui y est rattachée inspire la confiance et le respect, ce qui se reflète dans la rémunération. Il est toutefois difficile de voir comment le MBA contribue à l’ascension professionnelle et salariale tout au long de la carrière. »

Par ailleurs, Kevin Dancey se demande s’il est possible de comparer la profession de CPA à un diplôme, qui ne comporte pas d’exigences en matière d’expérience pratique et de perfectionnement, d’épreuves d’admission et de code de déontologie rigoureux. À son avis, si les domaines d’expertise des médecins et des avocats n’étaient pas si éloignés de celui des CPA, une comparaison avec ces professions aurait été plus appropriée.

« Nombre d’entre nous exercent la profession par passion et s’intéressent davantage à la satisfaction que leur procure leur travail qu’à la valeur pécuniaire qui s’y rattache », explique Paul Cherry. Tôt dans sa carrière, il a sacrifié une progression salariale rapide au profit d’un travail gratifiant : établir les principes nationaux et internationaux qui orienteraient les pratiques comptables. « Mais je me réjouis de voir que les jeunes comptables professionnels gagnent un salaire décent », ajoutet-il. En effet, le sondage montre que la rémunération médiane pour les CPA de moins de 35 ans est de 83 000 $. La croissance stable de la rémunération pendant la majeure partie de la carrière est également encourageante. « Si l’on compare le salaire moyen des moins de 35 ans [97 000 $] à celui des 55 à 64 ans [192 000 $], on constate qu’il passe presque du simple au double, souligne Paul Long, responsable, Marketing et études de marché, à CPA Canada. Quand on fait le même exercice avec les médianes, on obtient une hausse d’environ 60 %. »

Selon le Graduate Management Admission Council, le salaire médian des MBA nouvellement embauchés au Canada était de 81 443 $ US en 2012. Selon Leigh Gauthier, qui a dirigé la préparation de l’édition 2013 du Full-Time MBA Employment and Salary Report de la Rotman School, le salaire de base médian de la promotion de 2012 s’établissait à 85 000 $ en 2012.

Les étudiants de la promotion de 2015 qui suivent le programme de deux ans de la Rotman School devront débourser 87 532 $ en droits de scolarité. Comme par le passé, les propriétaires d’entreprise et les associés des cabinets comptables sont les mieux rémunérés. Il ressort aussi que le pourcentage d’écart entre la rémunération médiane et la rémunération au 75e centile est semblable pour les professionnels exerçant à titre individuel (53 %, soit une hausse de 53 000 $), les associés dans un cabinet comptable (57 %, soit une hausse de 97 000 $) et les propriétaires ou associés d’entreprise (52 %, soit une hausse de 86 000 $).

Autre fait intéressant, parmi les 21 147 CPA ayant participé au sondage, 4 404 oeuvrent dans le domaine de l’expertise comptable, et 16 743 travaillent dans l’un ou l’autre des multiples secteurs d’activité au Canada. La profession unifiée est donc bien représentée dans les postes les plus influents et les plus respectés du milieu des affaires.

À propos de l’auteur

Robert Colapinto


Robert Colapinto est un rédacteur indépendant à Toronto.

Faits saillants

Pour ne rien manquer des principales mesures du #budget2017, suivez CPA Canada sur les médias sociaux et regardez notre vidéo en direct.

Notre Répertoire des cabinets de CPA vous permet de trouver des cabinets de CPA au Canada grâce à une carte interactive et à différents critères de recherche.

Présenté par CPA Canada et CPA Ontario, le congrès national UNIS (en anglais) est un rendez-vous annuel incontournable qui propose un programme multidisciplinaire approfondi à tous les CPA qui souhaitent rester maîtres du jeu.