Sauvons le fonds pétrolier de l’Alberta

Un nouveau rapport explique comment la province peut augmenter la valeur de son fonds pétrolier — et peut-être même surpasser la Norvège à ce chapitre.

En Norvège, le fonds pétrolier (où le pays injecte tous ses revenus tirés de l’activité pétrolière et qui sert à financer ses services sociaux) valait plus de 905 G$ au début de 2014. Les revenus pétroliers de la Norvège lui permettent donc de dégager un surplus de près d’un billion de dollars.

En Alberta, la situation est bien différente. Au début de 2014, la Fédération canadienne des contribuables a calculé que les contribuables de la province faisaient face à une dette de 7,7 G$, indique le Huffington Post. Les actifs du Fonds du patrimoine de l’Alberta, créé en 1976, ne se chiffrent qu’à 15 G$.

Qu’est-ce qui a mal tourné? Est-il trop tard pour réparer les pots cassés? Voilà les grandes questions que soulève un rapport de la School of Public Policy de Calgary signé par Ton van den Bremer et Rick van der Ploeg de l’Université Oxford.

Les auteurs du rapport croient qu’« un plan adéquat pour l’Alberta pourrait permettre à la province de se remettre sur pied, voire de surpasser la Norvège à ce chapitre ».

Le fonds norvégien distribue au gouvernement un dividende constant de 4 %. Or, un jour, le dividende chutera, car la richesse souterraine s’épuisera. Les auteurs suggèrent une formule plus durable, soit que le dividende du Fonds du patrimoine représente une proportion décroissante des actifs du fonds. « Autrement dit, écrivent-ils, la province pourrait calculer un dividende approprié qui correspond non pas à une fraction de la taille du fonds sur le plan financier (hors sol), mais à une fraction constante du patrimoine total, soit la valeur des actifs souterrains et du portefeuille d’actifs hors sol. Ainsi, l’évolution du dividende correspondrait à celle du PIB. »

Si l’Alberta pouvait économiser 30 % de ses revenus pétroliers, elle serait en mesure de faire passer la valeur du fonds à 40 % du PIB de la province d’ici 2030, à 100 % du PIB d’ici 2050 et à 165 % du PIB d’ici 2100.

À propos de l’auteur

Yan Barcelo


Yan Barcelo est journaliste dans la région de Montréal.

comments powered by Disqus

Faits saillants

Le Canada célèbre son 150e anniversaire. Quant à nous, nous fêtons nos membres, les CPA canadiens. Dites-nous pourquoi vous portez avec fierté le titre canadien de CPA. C’est une fierté à partager : nous préparons une grande fête en juillet.

Participez à ce rendez-vous annuel (en anglais) des dirigeants financiers d’OSBL pour obtenir des conseils sur la gestion de votre organisation et tirer parti des connaissances d’experts.