Le Canada vulnérable aux fluctuations de la zone euro

Selon une étude récente, l'économie canadienne pourrait subir une baisse importante si une nouvelle crise financière devait frapper l'Europe.

Des signes récents laissent croire à une amélioration de la situation financière dans la zone euro. Toutefois, des risques importants persistent, et le Canada pourrait en pâtir, juge Pierre L. Siklos, professeur à la School of Business and Economics de l'Université Wilfrid Laurier. Dans une étude publiée par l'Institut C.D. Howe en mars, l'universitaire estime que si une nouvelle crise financière comme celle qu'a connue la Grèce survenait, « l'économie canadienne pourrait subir une baisse de près de 8 % de son PIB 18 mois après le début de cette crise ».

La plupart des études se penchent sur la relation entre les États-Unis et le Canada. L'étude de l'Institut C.D. Howe innove en se concentrant sur les liens entre le Canada et la zone euro, dont l'importance est appelée à croître à la suite de la signature de l'accord de libre-échange entre le Canada et l'Union européenne.