Un homme d'idées : Marcel Côté

Marcel Côté était un homme d’affaires, un homme d’idées et un chroniqueur de longue date de CAmagazine.

Marcel Côté, figure marquante du paysage économique et politique canadien, est décédé le 25 mai dernier à l’âge de 71 ans. M. Côté a signé pendant plus de 20 ans la populaire chronique Perspectives de CAmagazine. Né en 1942 à Malartic (Québec), il a cofondé en 1975 le cabinet de services-conseils SECOR, avec Yvan Allaire et Roger Miller. Il a été l’un des proches collaborateurs de Brian Mulroney et de Robert Bourassa. L’automne dernier, il a été candidat à la mairie de Montréal. Il est l’auteur de six ouvrages, dont Growing the Next Silicon Valley et Innovation Reinvented, coécrits avec Roger Miller. M. Côté participait au Défi cycliste métropolitain, dans Lanaudière, lorsqu’il a succombé à une crise cardiaque. Il laisse dans le deuil son épouse, Louise Drouin.

Connu comme un homme d’idées, M. Côté avait un esprit novateur et prolifique. Daniel Denis, associé chez KPMG SECOR, est entré au service de SECOR en 1984. Il se rappelle que le gouvernement du Québec avait alors mis sur pied un groupe de travail réunissant une dizaine d’hommes d’affaires pour étudier et améliorer la capitalisation des entreprises. « À lui seul, Marcel a présenté une vingtaine de propositions, relate M. Denis, alors que les autres participants n’en ont soumis chacun que trois ou quatre. »

Le remue-méninges était une pratique privilégiée chez SECOR. « Nous lancions diverses idées et, au bout d’une heure, nous étions prêts à écrire un article », affirme M. Miller. Toutes ces idées étaient réalisables. « Elles étaient pragmatiques », ajoute M. Denis.

Marcel Côté avait son franc-parler. « Il ne se gênait pas pour dire ce qu’il pensait, même avec les clients, reconnaît M. Denis, mais il ne le faisait pas avec arrogance et jamais dans le but de dénigrer les gens. »

Animé d’une grande curiosité, M. Côté aimait argumenter à fond. Toutefois, contrairement à nombre d’intellectuels, il cherchait davantage à mettre à profit l’opinion des autres qu’à avoir raison. Si on lui démontrait qu’une idée était la meilleure, il l’adoptait et la défendait avec enthousiasme. « Il avait cette humilité », note Véronique Fournier, membre de Coalition Montréal-Marcel Côté et conseillère de l’arrondissement Montréal Sud-Ouest de 2009 à 2013.

M. Côté était humain et généreux. Après avoir été défait aux élections municipales de Montréal (il s’est classé quatrième), il a accepté d’être conseiller spécial du nouveau maire Denis Coderre, au salaire symbolique annuel de 1 $. « Une autre preuve de son dévouement à la vie publique », soutient Mme Fournier.

Grâce aux arguments bien rédigés qu’elle contenait sur des sujets controversés, la chronique Perspectives de M. Côté était la plus lue de CAmagazine et était régulièrement primée par la presse spécialisée du Canada. « Année après année, nos sondages menés auprès des lecteurs révélaient que c’était le premier texte qu'ils lisaient, qu’ils aient été d’accord ou non avec M. Côté », souligne Christian Bellavance, ancien rédacteur en chef de CAmagazine. Dernier détail qui en dit long sur l’homme : « Il a toujours respecté la date d’échéance de ses chroniques, dit Marie-Josée Boucher, rédactrice-réviseure de l’édition française de CPA Magazine. J’étais impressionnée par son tact et son grand professionnalisme. »

Au revoir et merci, Marcel Côté!