Étiquette professionnelle - août 2014

Voici quelques règles à suivre lorsque vous invitez vos clients au restaurant pour le compte de l’entreprise. De plus, un sondage récent indique que plus de 50 % des Canadiens seraient prêts à déménager pour leur carrière, tandis qu'un autre sondage conclut qu'Edmonton est la ville du pays la moins favorable aux femmes.

Étiquette professionnelle

Q : J’invite souvent des clients au restaurant pour le compte de l’entreprise. Quelles sont les règles à suivre lorsqu'on invite un client à un repas d’affaires?

R : Avant la récession, inviter les clients à des repas bien arrosés était une pratique courante. Il vaut la peine d'offrir le repas aux clients, pourvu que l’entretien soit plaisant et productif, selon Frank Auddino, président de Vitaliz Inc., société de services de gestion, de marketing et d'établissement de relations, établie à Ajax (Ontario). « À l'ère des textos et des courriels, les relations clients issues de repas d’affaires sont rares, mais demeurent un moyen formidable de créer et d’entretenir des liens professionnels, affirme M. Auddino. La technologie ne remplacera jamais les tête-à-tête qui permettent de converser avec vos clients dans une ambiance décontractée. » Toutefois, certaines règles implicites s'imposent. « Ne buvez pas d’alcool, ayez une conversation agréable et misez sur des sujets d’actualité. Ne commencez pas à parler affaires avant que le serveur vous ait remis les menus. » Enfin, vos supérieurs n’apprécieront pas les factures salées; laissez tomber le bifteck d’aloyau à 100 $.

— Lisa van de Geyn

ED-MEN-TON

Le pire endroit pour les femmes

Selon une étude du Centre canadien de politiques alternatives, Edmonton est la ville du pays la moins favorable aux femmes. Cette étude compare la situation des femmes et des hommes dans les 20 plus grandes régions métropolitaines du Canada, sur cinq plans : sécurité économique, leadership, santé, sécurité personnelle et éducation. Edmonton présente l’écart le plus marqué en matière d’emplois à temps plein (68 % des hommes comparativement à 48 % des femmes) et de revenu (les femmes gagnent 60 % du salaire des hommes, soit 21 000 $ de moins par an). La ville n'a qu’une élue au conseil municipal, et le taux d’agressions sexuelles signalées à la police est parmi les plus élevés des villes examinées.

Par contre, Québec arrive en tête de liste quant au bien-être des femmes : écarts hommes/femmes relativement faibles en matière de salaires et d’emplois à temps plein, quasi-parité entre les sexes au conseil municipal, et taux les plus faibles d’agressions sexuelles et d’incidents de violence conjugale signalés à la police. On trouve la liste complète à cpacanada.ca/mag/femmes.

— Tamar Satov

INCITATIFS DE MUTATION

Une offre qu’on ne saurait refuser

Selon un sondage mené pour le Conseil canadien de mutation d’employés, 45 % des Canadiens envisageraient peut-être de déménager dans une autre province, moyennant une augmentation salariale de 10 % et le paiement des frais de déménagement. Voici des incitatifs et le pourcentage des répondants qui les ont choisis :

  • augmentation salariale additionnelle de 10 % (48 %);
  • garantie de pouvoir reprendre son poste actuel au bout de deux ans, avec aide à la réinstallation (39 %);
  • soutien au conjoint pour la recherche d’emploi dans la nouvelle ville (31 %);
  • voyage exploratoire payé dans la nouvelle ville avant la mutation (23 %);
  • indemnité de déménagement unique correspondant à 5 % du salaire brut (23%).

— TS

comments powered by Disqus

Faits saillants

Le Canada célèbre son 150e anniversaire. Quant à nous, nous fêtons nos membres, les CPA canadiens. Dites-nous pourquoi vous portez avec fierté le titre canadien de CPA. C’est une fierté à partager : nous préparons une grande fête en juillet.

Participez à ce rendez-vous annuel (en anglais) des dirigeants financiers d’OSBL pour obtenir des conseils sur la gestion de votre organisation et tirer parti des connaissances d’experts.