Comment protéger les enfants des arnaques

On croit volontiers que les aînés crédules sont une proie facile pour les fraudeurs, mais en fait, ce sont plutôt les jeunes qui tombent dans le panneau.

Je l’avoue. Si on me demande quel type de consommateur se laisse arnaquer, l’image qui me vient à l’esprit est celle d’une adorable vieille dame, plutôt technophobe et pas vraiment dans le coup. Pourtant, les travaux du Better Business Bureau Institute for Marketplace Trust (BBB Institute) montrent que rien n’est moins vrai.

Parmi les quelque 30 000 consommateurs ayant signalé des combines illégales au BBB Scam Tracker depuis le lancement du site, à la fin de 2015, 89 % des 65 ans et plus se sont aperçus de la machination à temps et seulement 11 % ont perdu de l’argent. Dans le groupe des 18 à 24 ans, en revanche, trois fois plus de consommateurs sont tombés dans le piège : 34 % ont été plumés.

Alors, pourquoi les jeunes sont-ils plus crédules que leurs aînés quand il s’agit d’argent? Rubens Pessanha, directeur des études de marché et des analyses au Council of Better Business Bureaus, en attribue la cause à un «parti pris d’optimisme» : on s’imagine que les autres sont plus vulnérables que nous.

Dans un article intitulé Cracking the Invulnerability Illusion: Stereotypes, Optimism Bias, and the Way Forward for Marketplace Scam Education, Rubens Pessanha explique que les personnes âgées, à qui on a martelé le message qu’elles étaient des proies faciles, se sont mieux cuirassées que les jeunes : «Elles ont pris conscience du risque, de sorte qu’elles se sont armées, plus que d’autres groupes, d’une saine méfiance. Les aînés sont aussi des consommateurs moins impulsifs que les jeunes, et moins enclins à faire des achats sur Internet, un terrain de chasse prisé par les arnaqueurs.»

Le meilleur moyen de sensibiliser les jeunes? Leur faire comprendre qu’ils sont une cible de choix. De fait, quand on leur a demandé ce qui aurait pu les protéger, les victimes ont affirmé qu’elles auraient gagné à connaître les différents types d’arnaques et les principales méthodes des fraudeurs.

C’est la rengaine qu’Adam, mon fils de 10 ans, entend son père et moi seriner : «Surtout, méfie-toi! Ne fais jamais confiance à un inconnu sur Internet.» Il sait, par exemple, qu’il est plus prudent de faire des achats en ligne chez de grands détaillants qu’auprès de particuliers sur des sites comme eBay. Il sait aussi qu’il ne doit communiquer aucun renseignement personnel en ligne. Quand il participe à des forums de programmeurs amateurs de jeux vidéo, il utilise un pseudonyme, et jamais son vrai nom. En théorie.

Car nul n’est à l’abri de l’erreur. Il a déjà envoyé au membre d’un forum une capture d’écran sans se rendre compte que son nom d’utilisateur, Adam, apparaissait sur l’image. Heureusement, il s’agissait d’un message privé, et le destinataire a eu le bon réflexe : il lui a signalé la chose et a supprimé le message. 

C’était une leçon salutaire. Je suis prête à parier qu’Adam ne transmettra plus jamais quoi que ce soit à un inconnu sans d’abord s’assurer que son message ne comporte aucun renseignement personnel. Voilà à mon avis un autre moyen de protéger nos enfants. S’ils apprennent à tirer des leçons d’erreurs qui portent peu à conséquence, ils seront mieux outillés pour faire face aux risques plus tard.

Poursuivons la conversation

Avez-vous déjà été victime d’une escroquerie? Quelqu’un de votre entourage a-t-il été berné? Avez-vous signalé la fraude? Publiez vos commentaires ci-dessous.

Avertissement 

Les vues et opinions exprimées par l’auteure dans le présent article ne représentent pas nécessairement celles de Comptables professionnels agréés du Canada (CPA Canada).

À propos de l’auteur

Tamar Satov

Directrice de la rédaction, CPA magazine
Tamar Satov, directrice de la rédaction à CPA Magazine, est journaliste spécialisée dans les questions liées aux affaires, à l’éducation des enfants et aux finances personnelles. Elle propose régulièrement des conseils et des anecdotes dans le cadre de ce blogue, où elle fait part de ses efforts pour faire l’éducation financière de son enfant. (@TamarSatov)

Faits saillants

Participez à ce rendez-vous annuel (en anglais) des dirigeants financiers d’OSBL pour obtenir des conseils sur la gestion de votre organisation et tirer parti des connaissances d’experts.

Pour ne rien manquer des principales mesures du #budget2017, suivez CPA Canada sur les médias sociaux et regardez notre vidéo en direct.