Sept films à regarder en famille pour lancer des conversations sur l’argent

Par les froides soirées d’hiver, parents et enfants décident parfois de se blottir au chaud devant un bon film. J’ai donc sélectionné des titres sur le thème de la littératie financière, qui conviennent à un jeune public.

Si vos enfants sont curieux, comme mon fils, les questions fusent probablement de toute part lorsque vous regardez un film ou une émission de télévision : «Pourquoi il a fait ça, Dark Vador? Ça veut dire quoi, “inconcevable”? C’est pour de vrai ou pour de faux?»

La prochaine fois que vous chercherez un film à voir en famille, vous pourriez en prendre un qui fait appel à la curiosité de vos enfants, pour amorcer une discussion sur l’argent.

Voici quelques titres à considérer. La plupart sont sur Netflix, iTunes ou d’autres services en ligne. Et vous pourriez même les trouver à votre bibliothèque de quartier (sans doute gratuitement).

La guerre des étoiles (trilogie originale, de 1977 à 1983, pour les grands)

Un aventurier au cœur d’or nommé Han Solo apprend à ses dépens que les dettes impayées attirent bien des ennuis (comme se retrouver emprisonné dans un bloc de carbonite aux mains de l’infâme Jabba le Hutt). Mais l’amitié, la loyauté et l’amour prévalent sur les récompenses financières.

Millions (2005, pour les grands)

En Angleterre, Damian, un garçon de sept ans, trouve un sac rempli d’une quantité astronomique de billets de banque volés. Avec son frère de neuf ans, Anthony, il essaye de déterminer ce qu’il faut faire de ce butin. Le film est bien plus innocent que Le pouilleux millionnaire, un autre film réalisé par Danny Boyle, mais tout aussi touchant. Certains dialogues sont tordants :

Anthony : Faut rien dire à papa! Faut rien dire à personne.
Damian : Pourquoi?
Anthony : Les impôts! Si le gouvernement apprend ça, ils prendront quarante pour cent. Quarante! Tu sais combien ça fait? Presque tout l’argent!

Vous ne l’emporterez pas avec vous (1938, pour tous)

Si vous êtes un inconditionnel du film La vie est belle, grand classique de Noël réalisé par Frank Capra en 1946, vous aimerez autant cette œuvre précédente du même réalisateur, où Jimmy Stewart tient aussi le premier rôle. Les thèmes abordés? Le triomphe de la bonté sur la cupidité et l’importance de la famille, au-delà des biens matériels.

Tucker : l’homme et son rêve (1988, pour les grands)

Dans ce film biographique de Francis Ford Coppola, Jeff Bridges joue Preston Tucker, un ingénieur automobile et entrepreneur visionnaire des années 1940, qui tente désespérément de percer dans un secteur dominé par d’implacables grandes sociétés. De quoi donner matière à discussion.

La petite princesse (1995, pour tous)

Inspiré du roman du même nom publié en 1905, ce film est un excellent remède contre l’excès de mièvreries. Ici, pas de prince charmant pour sauver la jolie princesse. Pendant la Première Guerre mondiale, Sara, une fillette de sept ans, est envoyée dans un pensionnat. À la mort de son père, notre héroïne se retrouve obligée de devenir servante à l’école qui l’héberge. Mais elle continue à croire obstinément que toutes les petites filles sont des princesses, car c’est ce que son père lui a appris.

Arrête-moi si tu peux (2002, pour les grands)

Ce film trépidant de Steven Spielberg relate les péripéties de Frank Abagnale (joué par Leonardo DiCaprio), l’un des plus grands fraudeurs de tous les temps. Cet escroc de génie commence par falsifier des chèques à 17 ans, puis se fait passer pour un médecin, un avocat et un pilote de ligne. Mais le filet se resserre et les policiers finissent par lui mettre la main au collet. Un récit édifiant pour les adolescents (le film ne convient pas aux jeunes enfants). Comme dit le proverbe, «bien mal acquis ne profite jamais».

Maxed out (documentaire, 2006, pour les grands)

Voici un autre film à recommander, mais aux adolescents uniquement, qui intéressera les élèves du secondaire, sur le point d’entrer au collège ou à l’université. Un portait saisissant des pratiques déloyales des sociétés de cartes de crédit, qui favorisent l’endettement à outrance des particuliers et des familles.

Poursuivons la conversation

Quels sont vos films préférés sur le sujet? Certains conviendraient-ils à un jeune public? Publiez vos commentaires ci-dessous.

Avertissement

Les vues et opinions exprimées par l’auteure dans le présent article ne représentent pas nécessairement celles de Comptables professionnels agréés du Canada (CPA Canada).


À propos de l’auteur

Tamar Satov

Directrice de la rédaction, CPA magazine
Tamar Satov, directrice de la rédaction à CPA Magazine, est journaliste spécialisée dans les questions liées aux affaires, à l’éducation des enfants et aux finances personnelles. Elle propose régulièrement des conseils et des anecdotes dans le cadre de ce blogue, où elle fait part de ses efforts pour faire l’éducation financière de son enfant. (@TamarSatov)

Faits saillants

Mettez vos connaissances à jour et élargissez votre réseau grâce à ce colloque à ne pas manquer (en anglais), qui porte sur les questions et tendances essentielles pour les membres des comités d’audit.

Dans votre entourage se tapit sûrement une personne surendettée. Si vous êtes observateur, vous reconnaîtrez l’un ou plusieurs de ces symptômes.