L’entrepreneuriat : Un saut dans l’inconnu qui demande de l’audace (deuxième partie)

Vous voulez vous lancer en affaires? Par où commencer? Comment éviter les erreurs les plus fréquentes?

Plus tôt ce mois-ci, nous avons examiné par où commencer lorsqu’on veut se lancer en affaires. Passons maintenant aux éléments dont il faut tenir compte. Les trois principaux sont :

  • le risque (c’est-à-dire les possibilités de faillite)
  • le coût (c’est-à-dire l’argent qu’il faut dépenser)
  • la réglementation (c’est-à-dire les impôts et les taxes)

La possibilité d’une faillite ne peut être écartée

Diverses études montrent qu’entre 80 % et 90 % des petites et moyennes entreprises (PME) ferment leurs portes au cours de leur première année d’existence et que le taux de faillite est encore plus élevé pendant les trois premières années. Le gouvernement du Canada rapporte que, en 2013, 78 430 PME ont vu le jour et 83 240 PME ont mis la clé sous la porte; c’est donc dire que le nombre d’entreprises qui ont été créées est inférieur au nombre d’entreprises qui ont cessé leurs activités. C’est la première chose qu’il vous faut savoir. Ces chiffres doivent vous inciter à effectuer des recherches approfondies et une planification rigoureuse avant de démarrer une entreprise. Rappelez-vous la fable du lièvre et de la tortue.

Dépenses indispensables

Il n’y a rien de gratuit en ce bas monde. Le démarrage de votre entreprise coûtera de l’argent. Voici certains des coûts à prévoir :

  • la constitution en société ou l’enregistrement d’une autre forme juridique, comme une société de personnes
  • les droits relatifs à la propriété intellectuelle, comme l’enregistrement d’une marque de commerce
  • l’acquisition d’une clientèle soit par l’achat d’une entreprise existante, soit par l’injection massive de fonds dans une campagne de marketing pour attirer de nouveaux clients
  • la constitution de stocks de départ suffisants si votre entreprise vend un produit

Au même titre qu’on ne part en guerre que si l’on peut la gagner, on ne lance une entreprise qu’après en avoir calculé les coûts.

Les taxes et impôts : des incontournables

Il n’y a que deux certitudes dans la vie : la mort et les impôts – et seuls les impôts sont de votre ressort. Vous devrez payer taxes et impôts pour votre entreprise même si elle n’est pas constituée en société. Si vos fournitures taxables (c’est-à-dire les ventes assujetties à la TPS/TVH) excèdent 30 000 $, vous devez percevoir la TPS/TVH et la verser à l’Agence du revenu du Canada (ARC).

Vous devez aussi payer des impôts sur le revenu net de votre entreprise, à titre de particulier si votre entreprise n’est pas constituée en société, et à titre d’entreprise si elle l’est. Enfin, vous devrez effectuer des retenues sur la paie pour tous les salaires et traitements versés à vous-même et à vos employés. Ce sont là les trois principales formes d’impôts et de taxes que vous devez prévoir. Votre entreprise pourrait aussi être assujettie à d’autres lois et règlements.

Voici en guise de conclusion une liste de choses à faire et à ne pas faire.

À faire :

  • préparer un plan d’affaires détaillé et un plan stratégique, même sommaire
  • consulter des conseillers professionnels (juridiques, comptables et autres)
  • rechercher l’aide offerte aux entreprises, comme les subventions gouvernementales
  • lire de bons ouvrages sur les affaires, par exemple Guerrilla Marketing de Jay Conrad Levinson ou Good to Great de Jim Collins
  • perfectionner ses compétences en réseautage en adhérant à une chambre de commerce ou à un groupe de réseautage

À ne pas faire :

  • plonger sans avoir fait de planification ou de recherche
  • dépasser ses capacités financières ou risquer plus que ce que l’on est prêt à perdre
  • parler en mal d’un ancien employeur ou se plaindre des clients et des fournisseurs

Commencez par voir petit. Démarrer une entreprise, c’est comme avoir un enfant. Si l’on entend réussir, c’est un engagement à long terme.

Poursuivons la conversation

Il reste tant à dire. De quoi avons-nous omis de parler? Les entrepreneurs aguerris ont-ils des conseils à donner? Publiez vos commentaires ci-dessous.

Avertissement

Les vues et opinions exprimées par l’auteur dans le présent article ne représentent pas nécessairement celles de Comptables professionnels agréés du Canada (CPA Canada).

À propos de l’auteur

Bernard Grobbelaar, CPA, CA

Associé, Oikonomos Chartered Professional Accountants
Bernard Grobbelaar est le fondateur d’Oikonomos Chartered Professional Accountants, un cabinet comptable offrant des services dans cinq domaines : fiscalité, comptabilité, externalisation, consultation et certification. Au cours de sa carrière, il a fourni ses services tant à des sociétés ouvertes qu’à des sociétés à capital fermé, ainsi qu’à des organismes sans but lucratif. Marié et père de quatre enfants, il est bien au fait des défis à surmonter lorsqu’on se lance dans les affaires.

Faits saillants

Participez à ce rendez-vous annuel (en anglais) des dirigeants financiers d’OSBL pour obtenir des conseils sur la gestion de votre organisation et tirer parti des connaissances d’experts.

Pour ne rien manquer des principales mesures du #budget2017, suivez CPA Canada sur les médias sociaux et regardez notre vidéo en direct.