Les bienfaits de la gratitude

Sensibilisez vos enfants à la gratitude, et vous les prémunirez peut-être contre la consommation irréfléchie.

L’Action de grâces est l’occasion de réfléchir à tout ce que nous avons, et d’en être reconnaissant. Dans tout le pays, les familles se rassemblent pour fêter autour d’un bon repas et se demander : «De quoi suis-je reconnaissant cette année?» Les parents le savent, cette question toute simple est une occasion de faire prendre conscience aux enfants du fait que la vie nous semble beaucoup plus belle lorsque nous nous attardons à tout ce que nous avons, plutôt qu’à ce que nous n’avons pas.

Mais savez-vous que cette attitude a aussi pour effet de tempérer une envie de dépenser de manière irréfléchie? Dans le cadre d’une étude dont les résultats ont paru l’an dernier dans Psychological Science, des chercheurs ont offert aux participants la possibilité de recevoir 50 $ immédiatement ou une somme plus élevée, 80 $, un mois plus tard. Les participants laissés à eux-mêmes ont, pour la plupart, choisi de recevoir le plus petit montant immédiatement… tout comme ceux que l’on avait préalablement préparés à se sentir heureux. Cependant, les participants que l’on avait amenés à se sentir reconnaissants ont été plus enclins à retarder la satisfaction pour une récompense plus importante.

Ces résultats n’étonnent pas Kit Yarrow, psychologue de San Francisco qui se spécialise dans l’étude des comportements des consommateurs. Ses propres recherches l’ont amenée à conclure que les gens qui dépensent impulsivement le font principalement pour combler un sentiment de vide dans leur vie ― sentiment qui s’estompe lorsque l’on ressent de la gratitude.

«Le sentiment de gratitude, non pas tant pour ce que nous possédons, mais pour toutes les petites choses de la vie ― une agréable rencontre, une brise légère, un délicieux repas, un petit mot gentil de son enfant, un beau paysage ― nous apaise, écrivait-elle l’an dernier dans le magazine Money. Il est plus difficile d’avoir une impression de vide lorsque nous prenons le temps de réfléchir à tout ce que nous avons. Il est logique que tous, et pas seulement les acheteurs compulsifs, nous démontrions un plus grand contrôle de notre impulsivité lorsque nous nous sentons reconnaissants.»

J’utilise parfois cette technique avec mon fils de neuf ans, Adam. Par exemple, lorsqu’il se plaint de ne pas avoir un Mac comme l’un de ses amis, je lui énumère les nombreuses choses qu’il a la chance de posséder. Mais ce qui est plus efficace encore, c’est de lui mentionner un ou deux de ses amis dont je sais qu’ils n’ont pratiquement pas accès à la technologie. Adam devient alors silencieux et je sais qu’il se dit qu’il a de la chance de ne pas être à leur place.

On peut espérer qu’Adam, à mesure qu’il vieillira, continuera de lui-même à réfléchir ainsi, et que le sentiment de gratitude, plutôt que les achats impulsifs, lui permettra de combler d’occasionnelles impressions de vide.

POURSUIVONS LA CONVERSATION

De quoi vos enfants devraient-ils être reconnaissants?


Avertissement

Les vues et opinions exprimées par l’auteure dans le présent article ne représentent pas nécessairement celles des Comptables professionnels agréés du Canada (CPA Canada).

À propos de l’auteur

Tamar Satov

Directrice de la rédaction, CPA magazine
Tamar Satov, directrice de la rédaction à CPA Magazine, est journaliste spécialisée dans les questions liées aux affaires, à l’éducation des enfants et aux finances personnelles. Elle propose régulièrement des conseils et des anecdotes dans le cadre de ce blogue, où elle fait part de ses efforts pour faire l’éducation financière de son enfant. (@TamarSatov)

Faits saillants

Participez à ce rendez-vous annuel (en anglais) des dirigeants financiers d’OSBL pour obtenir des conseils sur la gestion de votre organisation et tirer parti des connaissances d’experts.

Pour ne rien manquer des principales mesures du #budget2017, suivez CPA Canada sur les médias sociaux et regardez notre vidéo en direct.