Série Retraite : L’importance d’avoir un testament

Sans testament, il leur serait beaucoup plus difficile de faire avancer les choses.

Tous les samedis matin, je conduis mon fils à son cours de piano. C’est une tradition familiale en quelque sorte, puisque mes parents ont fait la même chose pour moi dans ma jeunesse. Ma mère était tellement contente que j’aie inscrit mon fils à ce cours qu’elle lui a acheté un piano le lendemain.

Un jour où je suis allé chercher mon fils après son cours, sa professeure m’a raconté qu’elle venait de vivre deux semaines très éprouvantes. Son père était décédé subitement, et son frère et elle essayaient de mettre de l’ordre dans ses affaires. Elle avait demandé au gouvernement d’annuler les prestations du RPC et de la SV, mais elle devait encore trouver sa carte d’assurance-maladie pour informer le ministère de la Santé.

Je lui ai demandé si son père avait un testament; elle m’a répondu qu’ils n’en avaient pas trouvé, mais qu’elle pensait que non. Je lui ai dit qu’il était très important de vérifier s’il y en avait un. Sans testament, il leur serait beaucoup plus difficile de faire avancer les choses.

Décéder intestat, ou mourir sans testament, peut être coûteux en temps et en argent pour ceux que vous laissez derrière vous. Le partage de vos biens se fera sans que vous ayez eu votre mot à dire et vous ne pourrez pas intervenir dans le choix des personnes qui vont s’occuper de vos personnes à charge. Et il pourra y avoir des conséquences fiscales. Autrement dit, vous laissez l’État faire le partage de l’œuvre de toute votre vie. Sans planification adéquate, les biens que recevront vos héritiers risquent d’être lourdement imposés.

À défaut de testament, l’État fera le partage de vos biens selon une formule prédéterminée et il s’écoulera probablement un certain temps avant que le tribunal ne nomme un liquidateur pour votre succession, ce qui gèlera vos biens. Les biens répartis risquent d’être imposés sans aucune stratégie — en général, tous les biens sont liquidés, ce qui n’est peut-être pas ce que vous auriez souhaité.

Le partage des biens entre le conjoint et les enfants varie selon les provinces; même la définition de conjoint varie et peut avoir un impact sur le partage des biens. En général, si vous n’avez pas d’enfant, tous vos biens vont à votre conjoint. Mais, si vous en avez, ils en recevront probablement une part. En Ontario, par exemple, si vous mourez sans avoir fait de testament et que vous avez un conjoint et 2 enfants, votre conjoint recevra 200 000 $ plus un tiers de la valeur de la succession au-delà de 200 000 $. Vos enfants recevront chacun un tiers de la valeur de la succession au-delà de 200 000 $.

Si vous avez des personnes à charge ou possédez des biens que vous destinez à certaines personnes ou à des œuvres de bienfaisance, vous devez absolument avoir un testament. Vos proches ont déjà énormément de chagrin de vous perdre, ne leur compliquez pas les choses en les laissant régler vos affaires sans testament.

À propos de l’auteur

Nicholas Cheung


Faits saillants

Mettez vos connaissances à jour et élargissez votre réseau grâce à ce colloque à ne pas manquer (en anglais), qui porte sur les questions et tendances essentielles pour les membres des comités d’audit.

Dans votre entourage se tapit sûrement une personne surendettée. Si vous êtes observateur, vous reconnaîtrez l’un ou plusieurs de ces symptômes.